Le CAC 40 retrouve de sa splendeur

2016 restera comme un grand cru pour les groupes français. La onzième étude du réseau EY sur le profil financier du CAC 40 montre que les principaux indicateurs sont revenus aux niveaux d’avant-crise. Un signal pour le moins positif adressé aux institutions et aux investisseurs nationaux.

2016 restera comme un grand cru pour les groupes français. La onzième étude du réseau EY sur le profil financier du CAC 40 montre que les principaux indicateurs sont revenus aux niveaux d’avant-crise. Un signal pour le moins positif adressé aux institutions et aux investisseurs nationaux.

Si les quarante meilleures capitalisations boursières françaises n’ont connu qu’une augmentation de 1 % de leur chiffre d’affaires sur l’exercice de 2016, leur résultat net a explosé avec un bond de 40 %. Celui-ci est passé de 55 milliards à 77 milliards d’euros. Les bénéfices atteignent aujourd’hui à des niveaux inédits depuis 2010, où ils s’établissaient à 82 milliards d’euros. Cette conjoncture a permis à l’intégralité des acteurs de l’indice boursier français, à l'exception d'ArcelorMittal, de verser 55,7 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires, un niveau qui vient égaler celui de 2014 et se rapproche du record d’avant-crise (56,1 milliards). Un tiers de ces versements sont emmenés par seulement trois entreprises : Vivendi (22e) et deux ténors du trio de tête (Sanofi, Total). Les fonds propres cumulés ont eux aussi atteint un niveau record à 186 milliards d’euros. Résultat, l’endettement privé s’en retrouve assaini, avec un ratio dette sur fonds propres de 19 %, contre 25 % l’an dernier, et 58 % au cœur de la crise en 2008.

Un recours plus important aux marchés

Cette nouvelle dynamique économique devrait permettre aux entreprises d’investir de nouveau. L’investissement est ainsi en progression de 2 % après un passage à vide ces dernières années, pour s’élever à 81 milliards d’euros (soit 6 % de leur chiffre d’affaires total). Les dirigeants du CAC 40 sortent également enfin de « l’attentisme ». Si la hausse se poursuit au même rythme, le pic de 2012 et ses 92 milliards d’euros investis sera atteint dans moins de six ans.

Et tous les indicateurs sont au vert pour que cela arrive : les entreprises du CAC 40 bénéficient d’une importante marge de manœuvre. En effet, jusqu’à maintenant les préférences en matière de financement ne se concentraient pas sur le recours à la trésorerie. Avec vingt-six milliards d’euros levés sur le marché obligataire (en hausse de 20 %) et onze milliards par augmentation de capital boursier (un doublement), les entreprises du CAC 40 ont plutôt profité de bonnes conditions de refinancement sur les marchés et de taux historiquement bas grâce à la politique monétaire de la zone euro. Pour le cabinet d’audit EY, l’emprunt aux banques peut aussi avoir baissé du fait des accords de Bâle III qui leur impose de disposer de davantage de fonds propres, haussant mécaniquement leurs taux d’intérêt pour compenser. Ce recours aux marchés s’inscrit dans l’ère du temps : passant de 30 % à 40 % en trois ans, il est l’un des plus élevé d’Europe mais reste quand même loin des standards américains (70 %).

 

A.R.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Les deux grandes chaînes de la distribution alimentaire, Intermarché et Casino, annoncent un partenariat stratégique pour une période de 5 ans, en mat...

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme des entreprises, ses centres médicaux...

Démarrage réussi pour Stellantis

Démarrage réussi pour Stellantis

Quelques semaines après l’officialisation de leur fusion, PSA et FCA dévoilaient des résultats 2020 dans le vert malgré un contexte difficile pour le...

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

Certaines entreprises ont vu leur croissance de 2019 fondre l’année suivante. Pour le concepteur franco-italien de semi-conducteurs, c’est l’inverse....

VallJet, la bonne altitude

VallJet, la bonne altitude

La compagnie aérienne VallJet, spécialisée dans l’aviation privée, se déploie en France et devrait bientôt se lancer en Europe. En un an, son chiffre...

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Sommet Education met le cap sur l'Afrique

Le groupe d’enseignement spécialisé dans l’hôtellerie, les arts culinaires et pâtissiers, Sommet Education, a annoncé l’acquisition de la majorité du...

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Bertrand Andriani (Linklaters) : "Nous visons une équipe corporate de huit associés ou plus"

Le spécialiste du financement Bertrand Andriani est la tête du bureau de Paris de Linklaters depuis début 2019. Aux commandes d’une équipe de 170 avoc...

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte