Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Laurent Wauquier, l’heure du come-back ?

Qui succèdera à Christian Jacob à la tête de LR ? Certaines voix s’élèvent pour réclamer le retour du président de la région Auvergne Rhône-Alpes qui, pour le moment, reste silencieux. Pourtant, certains signaux peuvent laisser augurer d’un come back.

En quittant son poste de président de LR le 30 juin, Christian Jacob peut avoir le sentiment du devoir accompli. Certes, l’étoile du grand parti de droite a pâli : sa candidate, Valérie Pécresse, a échoué sous la barre des 5% lors du premier tour de la présidentielle, son groupe parlementaire ne dispose plus que de 62 sièges au Palais Bourbon, son plus bas niveau historique. Malgré tout, le mouvement reste intact : peu de responsables ont rallié la macronie depuis 2019 et ils sont encore moins à avoir succombé à l’appel d’Éric Zemmour dont l’aventure ressemble avant tout à un feu de paille. Les municipales et les régionales ont montré que les héritiers du gaullisme bénéficient toujours d’un fort ancrage territorial. À cela s’ajoute une situation de majorité relative qui donne au parti un rôle central.

En somme, les bases pour reconstruire sont là. Seul manque, pour reprendre un terme cher à Jacques Chirac, un "chef sachant cheffer". À droite de nombreux élus et militants poussent Laurent Wauquiez à reprendre du service à la tête du parti. Objectif : se doter d’un leader capable de faire repartir la machine et, pourquoi pas, de l’incarner à la présidentielle de 2027 où Emmanuel Macron ne pourra plus se représenter.

Chat échaudé craint l’eau froide

Pour le moment, Laurent Wauquiez n’est pas sorti du bois et il doit probablement être en proie à un dilemme. D’un côté, le parti est en manque de leader et il ne peut que constater que militants, jeunes LR ou hauts responsables tels que Bruno Retailleau lui demandent plus ou moins ouvertement de venir s’occuper de la cuisine partisane. De l’autre, son dernier passage à la tête du parti s’est mal passé.

L’histoire commence par un plébiscite puisqu’il est élu avec 74% des suffrages dès le premier tour en décembre 2017. Elle se termine par un départ par la petite porte après le fiasco des européennes de 2019 où "son" candidat, François-Xavier Bellamy a récolté 8,5%. Entre les deux dates, un exil d’élus le trouvant trop droitier et une image de responsable politique "insincère" matérialisée, notamment, par une séquence diffusée par l’émission Quotidien en février 2018. On y découvre le président du parti s’exprimant devant des élèves de l’EM Lyon. Se croyant non enregistré, il assume raconter du "bullshit" dans les médias. Pour un homme qui se vante de "parler vrai", cela fait désordre.

Fuite de cadres, procès en insincérité, et score historiquement bas aux européennes. Le bilan de Laurent Wauquiez à la tête du parti est contrasté.

La traversée du désert

C’est donc avec un bilan plus que contrasté qu’il quitte la présidence de LR pour se replier sur son fief. Commence alors un épisode vécu par tout responsable politique de droite : la traversée du désert. Charles de Gaulle l’a expérimenté entre janvier 1946, date où il quitte la présidence du gouvernement provisoire de la République française (GPRF) et 1958, moment où il revient sur le devant de la scène. Jacques Chirac, pour sa part, a plusieurs fois été déclaré en état de mort politique. Has been en 1993, il redébarque en force deux ans plus tard. Nicolas Sarkozy, quant à lui, s’est retrouvé "tricard" dans son camp entre 1995 et 2002 pour avoir misé sur Édouard Balladur.

Laurent Wauquiez, pour sa part, se replie sur son fief de la région Auvergne Rhône Alpes qu’il dirige depuis 2015 avec un certain succès électoral. Largement réélu en 2021, il se sert de son mandat pour mener une politique par la preuve. De quoi rassurer l’aile conservatrice tentée par Éric Zemmour ou Marine Le Pen qui reproche à la droite de plus parler qu’agir mais aussi son aile centrale qui a besoin d’une personne augmentant les scores du parti et respectant toutes les sensibilités. Son bord politique s’émeut de la situation de l’IEP de Grenoble où deux enseignants sont victimes d’une cabale ? Les médias s’enflamment et parlent de wokisme ou de cancel culture ? Il coupe les subventions de l’établissement. Le maire de Grenoble Éric Piolle autorise le burkini dans les piscines de sa ville ? Il ferme le robinet financier. La droite perd du terrain aux dernières législatives ? Dans sa région, elle se maintient et, dans l’actuel hémicycle 19 députés sur 62, soit un tiers des effectifs, proviennent de la région qu’il préside. De quoi redescendre dans l’arène et incarner le "Wauquiez nouveau" ? Pourquoi pas.

30% des députés LR proviennent de la région Auvergne Rhône-Alpes

Traditions et soutiens

Le Congrès LR programmé le 20 et 27 novembre pourrait faire office d’oasis pour Laurent Wauquiez qui aura beau jeu de s’inscrire dans la tradition des grands dirigeants de droite : il a connu l’échec, a mangé son pain noir, tiré les leçons de ses erreurs, tout en gardant sa colonne vertébrale. Surtout, il répond à un besoin indispensable à un parti politique sous la Vème République.

Dans nos institutions, il faut un chef. Et chez LR, aucune figure incontournable ne se dégage que ce soit pour présider le parti ou porter ses couleurs en 2027, année où il fêtera ses 52 ans, soit l’âge de Nicolas Sarkozy lors de son accession à l’Élysée. Pour cela, il devra remporter le Congrès et une éventuelle investiture d’un camp où de nombreuses personnalités, telles que Michel Barnier, Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand se préparent, elles aussi, à traverser le désert…

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Députés des Français de l’étranger, les méconnus de l’hémicycle

Cela fait dix ans que des députés représentent les Français vivant à l’étranger. Voyages incessants, relations avec les électeurs, travail dans l’hémi...

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

Sardine Ruisseau a disparu de Twitter, la fin des comptes parodiques ?

L’un des comptes parodiques les plus célèbres de l’Hexagone a disparu de Twitter. Si certains fêtent une victoire contre la fachosphère, d’autres dépl...

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

États généraux de la justice : pour les entreprises, un rapport prometteur

Critique, la situation de la justice ? Oui, reconnaît le rapport sur les États généraux de la justice paru le 8 juillet. Mais pour les entreprises, l’...

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

"Emmanuel Macron a voulu nous tuer" : à l’Assemblée nationale, la rancune des députés LR est vive

Un détail psychologique, peu mis en avant dans la presse, pourrait empêcher un rapprochement entre LR et Renaissance à l’Assemblée nationale. Il prouv...

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

Durant son discours de politique générale, la première ministre a déclaré que l’État reprendrait le contrôle de la totalité du capital d’EDF.

Remaniement, la macronie serre les rangs

Remaniement, la macronie serre les rangs

Des responsables LR et PS qui ne se bousculent plus au portillon, des alliés à "fidéliser", des marcheurs de combat qui montent en grade ou effectuent...

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Olivier Marleix, le gardien du temple LR

Olivier Marleix, le gardien du temple LR

Favori des pronostics, le député d’Eure-et-Loir est le nouveau président du groupe LR à l’Assemblée nationale. Ses missions ? Préserver l’unité de la...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message