Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformations au long de sa carrière. Après cinq années passées au sein du groupe Terreal, il revient sur les enjeux et les difficultés majeures d’une transformation.

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformations au long de sa carrière. Après cinq années passées au sein du groupe Terreal, il revient sur les enjeux et les difficultés majeures d’une transformation.

Décideurs. Lors de votre arrivée chez Terreal il y a 5 ans, quelles ont été vos missions et votre rôle pour amorcer la transformation au sein du groupe ?

Laurent Musy. Ma première mission a été de faire comprendre aux équipes que le changement de direction était nécessaire. Je me suis donc attaché à comprendre et rencontrer le maximum de gens pour élaborer, en équipe, avec une quarantaine de personnes, une démarche fondée sur les apports des uns et des autres, sur le réel. Une réalité fondée sur les propos des clients, ce qui se passe dans les usines et s’échange avec l’ensemble des parties prenantes. Il fallait donc prendre connaissance des limites existantes et établir une grande transparence dans les données, qu’elles soient chiffrées ou plus subjectives pour mettre en place les conditions du succès. Et ce, qu’il s’agisse des critères d’organisation, d’élaboration ou d’explication de la stratégie, afin de préparer sa mise en œuvre.

Quelles ont été les éléments clés au cours de cette transformation interne ?

En arrivant chez Terreal, j’ai annoncé deux priorités de transformation de l’entreprise. La première portait sur la sécurité et, la seconde, la satisfaction des clients. Deux points essentiels. La sécurité dans les usines demande beaucoup de rigueur. Elle aura été un vecteur fort car il est bien plus simple de fédérer les salariés autour des questions de sécurité que de celles de productivité ou même de qualité, notamment dans une industrie lourde avec des risques significatifs. Pour la satisfaction des clients, cela va de soi, parce qu’une entreprise sans client satisfait ne peut pas avancer.

De cette étape, en termes de méthodologie, en s’appliquant à tout le reste par la suite, résulte la bonne santé de l’entreprise. La productivité s’explique par la performance auprès des clients et les usines qui fonctionnent en assurant une qualité de production et de services, accompagnée de coûts maîtrisés.

Quelle part la RSE a-t-elle prise dans la réussite de la transformation de Terreal ?

Il n’y a pas d’activités industrielles, ancrées dans ces territoires, sans une acceptation positive de l’ensemble des parties prenantes. Cela va de l’empreinte carbone à la biodiversité, en passant par la formation des collaborateurs ou encore l’innovation. Il faut réussir à en faire un tout et intégrer chaque élément, avec les clients, les riverains, les collectivités territoriales et plus largement la société. Chacun d’eux souhaite de plus en plus voir les sociétés exemplaires en matière de réduction de l’empreinte énergétique ou encore de recyclage des produits.

Nos carrières d’argile sont exploitées de façon responsable, en minimisant cette empreinte et en respectant l’environnement. Le modèle consiste à obtenir un cycle de vie complet, de sorte que, à la fin de l’exploitation, la zone de production soit parfaitement réhabilitée. Finalement, l’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution. Aujourd’hui, on s’attache à être en lien avec les grands engagements mondiaux, européens, français mais aussi territoriaux. Notre stratégie RSE s’adapte à ces tendances, qu’elles soient réglementaires, sociétales ou concurrentielles. 

Quelle a été la plus grande difficulté rencontrée dans le cadre de cette transformation ?

La difficulté majeure réside dans le traitement des cas humains. Quand des personnes ne souhaitent pas accompagner le projet, avoir à s’en séparer est toujours difficile. Il est plus facile de féliciter, d’encourager, mais lorsqu’ il faut prendre des décisions délicates, ce n’est jamais agréable.

Propos recueillis par David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégie, réorganisation & restructuring 2020

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégie, réorganisation & restructuring 2020
Sommaire
Lancel, de tradition et d'audace

Lancel, de tradition et d'audace

À la fois ancrée dans son époque et garante d’un héritage, rigoureuse dans sa maîtrise de la confection et furieusement créative dans son style, la ma...

Carrefour-Couche-Tard,  pas de sitôt

Carrefour-Couche-Tard, pas de sitôt

Bercy s’oppose au rapprochement entre Carrefour et le canadien Couche-Tard, brandissant l’argument de la sécurité alimentaire française. Un droit de v...

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

Korian, leader européen du bien-vieillir et du soin aux personnes fragiles n’a pas cessé de multiplier les transactions ces dernières années. Jean-Mic...

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Dans le contexte pandémique actuel, Primonial a décidé de s’associer avec Net-investissement, une marketplace de l’investissement immobilier et financ...

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

En avril 2019, le groupe de défense et d’électronique, Thales, rachetait le spécialiste des cartes à puces. Si depuis, la crise est passée par là, l’i...

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour nous en ces temps troublés"

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour no...

Le groupe PSA a retrouvé sa place de 1er déposant de brevets en 2019 dans le célèbre palmarès de l’INPI, devant Valéo, Safran, le CEA et Renault, pour...

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième milliardaire mondial du...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte