Laurent Musy (Terreal) : "L’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution"

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformations au long de sa carrière. Après cinq années passées au sein du groupe Terreal, il revient sur les enjeux et les difficultés majeures d’une transformation.

Président directeur général de Terreal, acteur de référence des matériaux de construction en terre cuite, Laurent Musy a porté de grandes transformations au long de sa carrière. Après cinq années passées au sein du groupe Terreal, il revient sur les enjeux et les difficultés majeures d’une transformation.

Décideurs. Lors de votre arrivée chez Terreal il y a 5 ans, quelles ont été vos missions et votre rôle pour amorcer la transformation au sein du groupe ?

Laurent Musy. Ma première mission a été de faire comprendre aux équipes que le changement de direction était nécessaire. Je me suis donc attaché à comprendre et rencontrer le maximum de gens pour élaborer, en équipe, avec une quarantaine de personnes, une démarche fondée sur les apports des uns et des autres, sur le réel. Une réalité fondée sur les propos des clients, ce qui se passe dans les usines et s’échange avec l’ensemble des parties prenantes. Il fallait donc prendre connaissance des limites existantes et établir une grande transparence dans les données, qu’elles soient chiffrées ou plus subjectives pour mettre en place les conditions du succès. Et ce, qu’il s’agisse des critères d’organisation, d’élaboration ou d’explication de la stratégie, afin de préparer sa mise en œuvre.

Quelles ont été les éléments clés au cours de cette transformation interne ?

En arrivant chez Terreal, j’ai annoncé deux priorités de transformation de l’entreprise. La première portait sur la sécurité et, la seconde, la satisfaction des clients. Deux points essentiels. La sécurité dans les usines demande beaucoup de rigueur. Elle aura été un vecteur fort car il est bien plus simple de fédérer les salariés autour des questions de sécurité que de celles de productivité ou même de qualité, notamment dans une industrie lourde avec des risques significatifs. Pour la satisfaction des clients, cela va de soi, parce qu’une entreprise sans client satisfait ne peut pas avancer.

De cette étape, en termes de méthodologie, en s’appliquant à tout le reste par la suite, résulte la bonne santé de l’entreprise. La productivité s’explique par la performance auprès des clients et les usines qui fonctionnent en assurant une qualité de production et de services, accompagnée de coûts maîtrisés.

Quelle part la RSE a-t-elle prise dans la réussite de la transformation de Terreal ?

Il n’y a pas d’activités industrielles, ancrées dans ces territoires, sans une acceptation positive de l’ensemble des parties prenantes. Cela va de l’empreinte carbone à la biodiversité, en passant par la formation des collaborateurs ou encore l’innovation. Il faut réussir à en faire un tout et intégrer chaque élément, avec les clients, les riverains, les collectivités territoriales et plus largement la société. Chacun d’eux souhaite de plus en plus voir les sociétés exemplaires en matière de réduction de l’empreinte énergétique ou encore de recyclage des produits.

Nos carrières d’argile sont exploitées de façon responsable, en minimisant cette empreinte et en respectant l’environnement. Le modèle consiste à obtenir un cycle de vie complet, de sorte que, à la fin de l’exploitation, la zone de production soit parfaitement réhabilitée. Finalement, l’industrie et les sociétés comme les nôtres font partie de la solution. Aujourd’hui, on s’attache à être en lien avec les grands engagements mondiaux, européens, français mais aussi territoriaux. Notre stratégie RSE s’adapte à ces tendances, qu’elles soient réglementaires, sociétales ou concurrentielles. 

Quelle a été la plus grande difficulté rencontrée dans le cadre de cette transformation ?

La difficulté majeure réside dans le traitement des cas humains. Quand des personnes ne souhaitent pas accompagner le projet, avoir à s’en séparer est toujours difficile. Il est plus facile de féliciter, d’encourager, mais lorsqu’ il faut prendre des décisions délicates, ce n’est jamais agréable.

Propos recueillis par David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégie, réorganisation & restructuring 2020

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégie, réorganisation & restructuring 2020
Sommaire
Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

Alors que la 5G se déploie en France, Orange lance des laboratoires où les entreprises peuvent expérimenter et s’approprier cette nouvelle technologie...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Les deux géants français, Veolia et Suez, en pourparlers depuis de nombreux mois, sont arrivés à un accord de principe sur le projet de fusion des deu...

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific, un des leaders mondiaux de services bio-analytiques, a annoncé ce jeudi l’acquisition du groupe IESPM, acteur majeur de l’analyse...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte