Laurent de Swarte (AGAMI Familly Office) : "Le métier de family office est universel"

Le métier de familly office est en plein développement depuis quelques années, mais reste malgré tout inconnu du public. Laurent de Swarte, co-fondateur d’AGAMI Familly Office nous expliques l’importance du choix de son familly office afin d’avoir une vision patrimoniale objective.
Laurent De Swarte

Le métier de familly office est en plein développement depuis quelques années, mais reste malgré tout inconnu du public. Laurent de Swarte, co-fondateur d’AGAMI Familly Office nous expliques l’importance du choix de son familly office afin d’avoir une vision patrimoniale objective.

Décideurs :  Pourquoi faire appel à un multi-family office ?

Laurent de Swarte : En général, les personnes font appel à un family office afin d’être accompagnées dans l’orchestration de leur patrimoine tout en ayant une vision plus globale de leurs actifs. Il est, en effet, préférable qu’une personne extérieure apporte une vision patrimoniale objective et indépendante pour travailler avec les partenaires historiques des clients. Par ailleurs, nous pouvons être sollicités pour répondre à des questions très fines qui ne trouvent pas de réponse naturelle dans leur écosystème traditionnel. Nous intervenons sur des sujets comme la gouvernance familiale, la transmission ou l’allocation d’actifs. Il est évident que le client recherche un family office qui possède une expertise transversale.

À qui s'adressent-ils ?

Le métier de family office est universel. Nous nous adressons à de jeunes entrepreneurs comme à des mono family offices. Nous accompagnons les entrepreneurs dans la structuration de leur patrimoine personnel et professionnel ainsi que la sécurisation de leurs familles. Il n’est pas rare que des familles s’adressent aussi à nous dans le but de créer leur propre structure de family office ou nous interrogent sur des sujets pour lesquels ils ne disposent pas de la compétence en interne. Globalement, un family officer n’intervient pas sur des missions ponctuelles mais bien dans la durée afin de déployer la vision qu’il aura construit avec son client.

"Il est évident que le client recherche un family office qui possède une expertise transversale"

Sur quels critères les différencier ?

Le premier point à souligner est l’indépendance. Le family office doit également être capable d’apporter un conseil sur l’ensemble des problématiques soulevées par les clients. Il est impossible d’être family office si nous faisons uniquement du conseil en investissement ou de l’ingénierie patrimoniale, car l’ensemble des problématiques patrimoniales sont interconnectées. Le familly office doit avoir la capacité de traiter l’ensemble de ces sujets. Généralement, nous partons de la gouvernance familiale qui va amener à des sujets comme l’ingénierie patrimoniale en passant par les investissements financiers et la philanthropie. Les points de différenciation reposent sur la qualité de l’équipe, le modèle de rémunération du cabinet et l’adhésion des collaborateurs à ce modèle. In fine, l’objectif principal étant que le client ait confiance dans le travail de son family office.

Comment sont-ils rémunérés ? Y a-t-il un mode de rémunération à privilégier ?

Aujourd’hui, il existe trois formules de rémunération sur le marché du multi family office : les commissions sur la taille du patrimoine, l’abonnement et les honoraires en temps passés. Au fur et à mesure, nous remarquons que les family offices ont tendance à arriver sur un système de rémunération en honoraires que nous pratiquons déjà depuis plusieurs années. Sur un horizon de cinq ans à dix ans, je pense que ce modèle par honoraire sera le modèle prépondérant sur le marché car il correspond aux attentes des clients tout en étant beaucoup plus aligné sur leurs intérêts.

Propos recueillis par Chloé Buewaert

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Amiral Gestion met le cap sur Efires et l'investissement responsable

Amiral Gestion met le cap sur Efires et l'investissement responsable

Véronique Le Heup et Nadia Tihdaini, co-fondatrices du cabinet de conseil Efires spécialisé dans l’investissement responsable, vont rejoindre la socié...

Apax Partners souhaite acquérir la majorité du groupe Crystal

Apax Partners souhaite acquérir la majorité du groupe Crystal

Apax Partners est entré en négociations exclusives avec le groupe Crystal, principalement détenu par son équipe dirigeante et par les groupes OFI et A...

G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important"

G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important"

Talan rachète Ai3, entreprise spécialisée dans les solutions Microsoft. Objectif : couvrir davantage de solutions, telles que les outils collaboratifs...

Yves Perrier, à la conquête du monde

Yves Perrier, à la conquête du monde

Patron du premier gestionnaire d’actifs de la zone euro, Yves Perrier met tout en œuvre pour consolider la place et la réputation d’Amundi depuis 2010...

Jean Pierre Mustier, le maillon fort de la finance

Jean Pierre Mustier, le maillon fort de la finance

Nommé à la tête d’Unicredit à l’été 2016, le banquier français n’hésite pas à prendre de lourdes décisions afin de redresser son établissement. Les pr...

Une deuxième vague de restructurations attendue avant la fin de l’année

Une deuxième vague de restructurations attendue avant la fin de l’année

Après un build-up cet été, Eight Advisory annonce l’ouverture d’un bureau en Suisse. Eric Demuyt, associé fondateur et directeur général, et Stéphane...

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Alain Griset : "Chaque entreprise peut participer à la transition écologique à son échelle"

Maintenant que le plan de relance français est annoncé, le gouvernement doit le mettre en œuvre et continuer à suivre de près la situation. Dans un en...

La cristallerie Baccarat dans la tourmente

La cristallerie Baccarat dans la tourmente

Le célèbre cristallier français Baccarat annonce avoir été placé sous administration provisoire par le tribunal de Nancy.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message