Laurent Berger (CFDT) : "Le dialogue social n'est pas un ralentisseur mais une sécurité"

Entre nécessité de poursuivre l’activité économique et mesures de confinement, entre risques sanitaires et économiques, Laurent Berger, secrétaire général du premier syndicat de France, en appelle au dialogue social pour prendre les bonnes décisions.

© Anne Bruel

Entre nécessité de poursuivre l’activité économique et mesures de confinement, entre risques sanitaires et économiques, Laurent Berger, secrétaire général du premier syndicat de France, en appelle au dialogue social pour prendre les bonnes décisions.

Décideurs. Comment les entreprises ont-elles réagi dans leur ensemble. À la fin de cette semaine, comment voyez-vous les choses ?

Laurent Berger. Il y a le temps de l’action et celui de l’analyse. Aujourd’hui, nous sommes encore dans la nécessité d’agir. Le tout premier bilan que l’on peut faire consiste à constater que nous sommes passés, de façon un peu chaotique, de l’insouciance à l’angoisse. Une angoisse partagée par tous, salariés et chefs d’entreprise : la crainte d’être touché soi-même, d’être vecteur de propagation du virus... Le cas qui me préoccupe le plus est celui des salariés des entreprises qui doivent rester ouvertes car elles garantissent notre subsistance : le commerce alimentaire, l’approvisionnement, le transport, les réseaux de communication, etc. Cette semaine a donné lieu à quelques injonctions contradictoires s’agissant de ce qui relève de ces activités essentielles. Il faut redéfinir un discours clair et précis afin de sécuriser l’ensemble de la communauté de travail. Ensuite, quant aux modalités de mise en sécurité, qui constitue la condition sine qua non de la poursuite de l’activité, elles peuvent être définie par le dialogue social.

Il existe aussi un débat sur la précipitation de certaines entreprises à suspendre le travail…

Il est certain que, s’il y a trop de recours au chômage partiel, l’enveloppe de 45 milliards sera vite épuisée...

Que penser de l’incitation du gouvernement à verser une prime de 1 000 euros pour ceux qui travaillent ?

Ce ne doit pas être le salaire de la peur. La santé et les mesures de prévention constituent les priorités absolues. Rien n’a plus de valeur que la vie des travailleurs. Mais qu’une prime soit distribuée à ceux qui poursuivent le travail dans des conditions de sécurité satisfaisantes, ce serait une bonne nouvelle, bien sûr. Toutefois, cela ne se décrète pas à l’échelle nationale, mais doit là encore être traité par le dialogue social. Dans les périodes d’incertitude comme celle que nous vivons, il n’y a pas d’autre solution que de continuer à discuter, à dialoguer. C’est le sens de la déclaration faite hier par l’ensemble des organisation syndicales.

"Cette semaine a donné lieu à quelques injonctions contradictoires s'agissant de ce qui relève des activités essentielles"

Comment maintenir le dialogue social dans ces conditions ? N’est-il pas perçu comme un obstacle en situation d’urgence ?

Beaucoup d’entreprises ont réuni leur CSE, ce n’est pas si long ou si complexe. Il ne s’agit pas de revisiter l’ensemble des conditions de travail mais de rendre possibles les gestes barrières, de se laver les mains, de conserver la distance nécessaire... Le dialogue social n’est pas un ralentisseur mais une sécurité. C’est se confronter ensemble à la situation, et la reconnaissance de ce que les salariés sont ceux qui connaissent le mieux les conditions de leur travail.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion de crise : Challenges et solutions

PDG, directeurs financiers, DRH, patrons d’institutions publiques...
Depuis plusieurs semaines, ils montent au front pour répondre à la crise liée au Covid-19. Le confinement ne sera-t-il qu’une douloureuse parenthèse ou faut-il s’attendre au pire? Les dirigeants se préparent aux différents scénarios. Aux commandes d'une entreprise, ils mobilisent leur capital financier et humain. À la tête d'une institution, ils s’organisent afin d’assurer la continuité de leurs missions. Tous prennent conscience qu’une autre façon de travailler est possible et surtout nécessaire pour résister à
la tempête.
Sommaire Private Equity : le marché au point mort ? Entretien avec Paul-Louis Netter, président du tribunal de commerce de Paris O.Vaury (ManoMano) : "La crise du Covid-19 va accélérer la digitalisation du marché" P.Deheunynck (Engie) : "Nous mettons à profit l'expérience acquise sur les premières zones impactées" D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël" Le modèle économique des cabinets d’avocats à l’épreuve du Covid-19 L.Margueritte (Ciri) : "Nous ne vivons pas une situation de rupture d’accès au crédit" O. Saguez (Saguez & Partners) : "Cette période est l’occasion d’inventer un nouveau monde" V. Carreau (Comet Meetings) : "Si les équipes sortent démotivées, la machine ne repartira pas" O. Buquen (Chargeurs) : "Cette activité de fabrication de masques sera pérenne"
Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Une droite qui ne parle quasiment plus qu’aux personnes âgées, un président de la République doté d’un socle solide dans toutes les CSP, un RN souvera...

Pegasus, au cœur du scandale

Pegasus, au cœur du scandale

De nombreux États, qu’ils soient considérés comme des dictatures ou des démocraties, utiliseraient un logiciel proposé par la société israélienne NSO...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le...

Ces personnalités inspirantes qui vont éclairer votre été

Ces personnalités inspirantes qui vont éclairer votre été

Ils sont journalistes, universitaires, linguistes, journalistes, entrepreneurs... Décideurs Magazine est parti à leur rencontre pour des échanges insp...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte