Laureen Kouassi-Olsson (Amethis Finance): « On ne peut investir durablement en Afrique si l’on n’y est pas implanté»

La création du fonds Amethis West Africa inaugure une nouvelle ère du capital-investissement en Afrique. Entretien avec  Laureen Kouassi-Olsson, directrice d’investissement, responsable secteur financier chez Amethis Finance.

La création du fonds Amethis West Africa inaugure une nouvelle ère du capital-investissement en Afrique. Entretien avec Laureen Kouassi-Olsson, directrice d’investissement, responsable secteur financier chez Amethis Finance.

Décideurs. Vous venez de créer le fonds Amethis West Africa. Pourquoi avoir décidé de le localiser à Abidjan (Côte d’Ivoire) ?

Laureen Kouassi-Olsson. Cette implantation traduit notre volonté d’une approche purement africaine car on ne peut investir durablement sur ce continent si l’on n’y est pas implanté. Nous avons pris appui sur l’Afrique francophone avec laquelle nous entretenons des liens historiques, et nous avons choisi la Côte d’Ivoire, en raison du rôle de locomotive qu’elle exerce sur les économies des pays de la zone UEMOA. Mais nous ouvrirons également une représentation à Nairobi, au Kenya, d’ici 2016. Et la création du fonds repose aussi sur la nécessité d’optimiser les ressources financières des zones UEMOA et Cemac et de les injecter dans les circuits productifs.

Décideurs. Quels sont les objectifs de ce fonds ?

L. K.- O. En vertu de la réglementation, assez contraignante, de la zone franc (CFA), l’épargne détenue par les compagnies d’assurance, les caisses de retraite et les autres institutions de la zone ne peut être investie en dehors de celle-ci. Avec la création d’Amethis West Africa, véritable innovation financière et véhicule d’investissement, les acteurs locaux - voire régionaux - peuvent ainsi drainer l’épargne locale, irriguer l’économie réelle et favoriser la croissance dans la zone.

Il s’agit d’encourager les institutions régionales détentrices de la liquidité monétaire à participer à l’aventure Amethis West Africa en développant l’effet catalyseur de l’industrie du private equity. Amethis développe une stratégie basée sur l’investissement de long terme, avec une approche temporelle différente des autres fonds (Helios Investment Partners, Carlyle, ECP…). Ce fonds favorise également une prise de participation minoritaire aux côtés d’investisseurs privés et institutionnels.

Notre intérêt consiste à renforcer les capacités de l’équipe managériale des sociétés dans lesquelles nous investissons et à assurer l’expansion de leurs activités. Nous acceptons de faire face à certains risques politiques et économiques inhérents aux géographies dans lesquelles nous investissons.

Décideurs. D’où vient cette frénésie pour le développement de l’industrie du private equity en Afrique ?

L. K.- O. Les réformes règlementaires sur le continent, comme celle de l’Acte Uniforme Ohada introduisant la variabilité du capital en droit des sociétés commerciales, constituent une véritable révolution pour les pays des zones UEMOA et Cemac. À cela s’ajoutent le désendettement des États et l’amélioration notable de la gouvernance. Même si les réformes sont parfois lentes et insuffisantes, elles ont favorisé un autre type d’approche, davantage basée sur le partenariat, avec le private equity. La forte croissance de l’ensemble du continent est portée par des facteurs endogènes. L’émergence d’une classe moyenne, la complexification des besoins de consommation et le dynamisme du secteur privé attisent également l’intérêt des acteurs du private equity. Enfin, l’apparition d’acteurs stratégiques, comme les grands groupes industriels investissant dans les infrastructures, explique également cet engouement.

Décideurs. L’augmentation de l’investissement privé en Afrique favorise-t-il de nouveaux rapports avec les institutions financières du développement ?

L. K.- O. Les bailleurs de fonds traditionnels sont entrés dans une phase de relation plus équilibrée avec les États africains. L’afflux de capitaux privés en Afrique a modifié certains rapports. Les fonds de private equity viennent en complément de l’aide classique, qui a tendance à stagner voire à diminuer. Les institutions financières de développement jouent un rôle d’arbitre et de catalyseur pour les investissements. Elles sont avant tout garantes du respect des meilleurs standards internationaux. Elles rééquilibrent les fondamentaux et pallient les distorsions du marché.

Propos recueillis par André-Franck Ahoyo & Elodie Sigaux
 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Afrique

Afrique anglophone, francophone, lusophone, zone Ohada : pour sa première édition, le guide Afrique explore le continent africain. À l’aune de ses leaders, des secteurs porteurs et des nouveaux modes de financements, mais aussi du marché juridique, le magazine Décideurs présente une Afrique aux multiples visages et aux opportunités variées, nouveau relais de croissance mondiale.
Sommaire Dr. Karim Bendhaou: "Dorénavant, il faut imaginer les centres de soins hyperconnectés"
Sommaire
Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fournitures de bureau, Adveo

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fourniture...

Adveo, un des principaux grossistes européens de la distribution de fournitures de bureau, annonce la nomination de Dominique Bernard au poste de prés...

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Coup de force dans l’univers du gaming ! Microsoft annonce le projet d’acquisition de l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard pour 68,7 milliards...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robotisés"

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robot...

En bouclant une levée de fonds de 335 millions d’euros, Exotec, concepteur de robots préparateurs de commandes depuis 2015, devient la 25e licorne fra...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Alliance stratégique entre Montefiore Investment et Starquest Capital

Alliance stratégique entre Montefiore Investment et Starquest Capital

Bonne nouvelle pour le secteur de la greentech, ce lundi 17 janvier, Montefiore Investment spécialiste de l’investissement dans les PME de services en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte