Laura Perrard : « Les maisons de luxe ont su maintenir une désirabilité forte »

Fondé par Laura Perrard en 2014, le salon du luxe, réunit chaque année au mois de juin, les acteurs français et internationaux du secteur autour de trois valeurs : « l’excellence, l’exception et l’émotion ».

Fondé par Laura Perrard en 2014, le salon du luxe, réunit chaque année au mois de juin, les acteurs français et internationaux du secteur autour de trois valeurs : « l’excellence, l’exception et l’émotion ».

Décideurs. L’événement met à l'honneur les nouveaux visages du luxe. Quels sont-ils, selon-vous ?

Laura Perrard. Dédier cette édition 2018 aux nouveaux visages du luxe nous semblait être une évidence, car ce secteur est en pleine mutation. Une réalité qui bouleverse ses liens avec toutes ses parties prenantes. L’internationalisation croissante, la montée du marché de l’occasion, l’utilisation de la data, les réflexions autour de la blockchain ou encore l’intégration de l’intelligence artificielle sont autant de sujets traités à l’occasion du salon. De même, les attentes propres aux millennials et à la « génération Z » transforment la relation qu’entretiennent les maisons avec ces nouveaux consommateurs. De nouvelles marques, des collectifs et des labels sortent aussi du lot, portés par des profils plus atypiques les uns que les autres. Ces entrepreneurs d’un nouveau genre et ces consommateurs toujours plus exigeants ont un rapport au luxe qui évolue.

« Les maisons doivent justement évoluer en fonction des besoins des nouveaux consommateurs »

Quels sont aujourd’hui les principaux enjeux pour les acteurs du luxe ?

Les maisons doivent justement évoluer en fonction des besoins des nouveaux consommateurs, que ce soit en matière d’omnicanalité, de mobilité, d’utilité, d’innovation, d’expériences, de pertinence retail, d’ultra-personnalisation… Aujourd’hui, il ne s’agit pas de créer une expérience standardisée mais de personnaliser l’offre pour chaque client pour entretenir une relation fluide et individualisée. Autant de challenges au service d’histoires de marques solides et différenciantes dans un univers de plus en plus concurrentiel.

 

Comment expliquer que le secteur du luxe résiste mieux que d'autres face à la crise ?

Les maisons de luxe ont su maintenir une désirabilité forte, notamment à l’international. Elles continuent d’émerveiller et de faire rêver. Aujourd’hui, les Chinois représentent 32 % du marché du luxe. La Chine et Hongkong constituent par exemple le premier marché pour l’exportation de l’horlogerie de prestige suisse. Ils sont suivis par les États-Unis. Ce rayonnement international va de pair avec la montée en puissance du digital et principalement du e-commerce qui va offrir de plus en plus d’opportunités dans les prochaines années, en Asie notamment. Les univers des marques sont également encore hautement aspiratifs. Celles-ci sont généralement portées par des directeurs artistiques emblématiques et des influenceurs puissants sur lesquels les sociétés investissent.

« Il nous faut capitaliser sur nos techniques d’exception »

La France est réputée pour être une référence mondiale en matière de luxe, est-ce toujours le cas ?

Oui. La France bénéficie d’une aura unique au monde. Nous sommes une terre de traditions et de savoir-faire inégalés. Si de nombreuses - et nécessaires - initiatives sont aujourd’hui déployées pour porter l’innovation technologique, il est tout aussi indispensable de soutenir les artisans qui font notre renommée, d’autant plus que les deux sont hautement compatibles. Sur un marché international challengé par de nouveaux acteurs, notamment en provenance d’Asie, il nous faut capitaliser sur nos techniques d’exception. Nos métiers d’art sont en pleine évolution, notamment grâce aux nouveaux artisans, ces jeunes qui, après de hautes études, se réorientent vers des professions manuelles. Ces hommes et ces femmes font eux aussi partie de ces nouveaux visages du luxe qui s’appliquent à faire perdurer l’exception française.

 

Propos recueillis par Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

McKinsey se sépare de son patron

McKinsey se sépare de son patron

Les associés du cabinet de conseil n’ont pas voté le renouvellement du mandat de Kevin Sneader, selon le Financial Times. Le rôle joué par la firme am...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

Fondée en 1987 à San Jose, McAfee est un éditeur de logiciels connu notamment pour ses solutions en matière de cybersécurité. Les équipes doivent sans...

P. Prouvost (Pernod Ricard) : " Les consommateurs se dirigent vers les marques artisanales"

P. Prouvost (Pernod Ricard) : " Les consommateurs se dirigent vers les marques artisanales"

Pernod Ricard a réalisé pas moins d’une douzaine d’acquisitions ces cinq dernières années. Philippe Prouvost, son directeur stratégie et M&A, déta...

Ardian cède Photonis à HLD

Ardian cède Photonis à HLD

Le fonds Ardian va finalement céder le spécialiste français de la vision nocturne Photonis à HLD pour 370 millions d’euros. Une opération qui met fin...

Jean-Pierre Mustier lance son Spac

Jean-Pierre Mustier lance son Spac

L'ancien patron d'Unicredit succombe lui aussi à la mode du Spac. C'est avec le concours de Tikehau Capital, Financière Agache et Diego De Giorgi que...

P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché"

P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché"

Né en 2006, introduit en Bourse en 2018, Adyen, spécialiste des solutions de paiement, d’origine hollandaise, revendique une organisation agile. Phili...

F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière"

F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière"

Le groupe Legrand fait figure de précurseur en matière de responsabilité sociétale des entreprises. Son directeur financier, Franck Lemery, dresse le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte