Larry Page, programmé dès l'enfance

L’Américain a marqué l’histoire de l’informatique et, grâce à Google, a grandement influencé nos vies. Retour sur le parcours hors norme d’un homme qui a encore des projets dans la tête.

L’Américain a marqué l’histoire de l’informatique et, grâce à Google, a grandement influencé nos vies. Retour sur le parcours hors norme d’un homme qui a encore des projets dans la tête.

Lorsque l’on songe aux Gafa, les premiers noms qui viennent à l’esprit sont bien souvent ceux de Jeff Bezos, Mark Zuckerberg ou encore Steve Jobs. Sergey Brin et Larry Page, les deux cofondateurs de Google, semblent moins médiatiques. Le parcours du second est pourtant aussi fulgurant que brillant.

Fils de geeks

Né en 1973 dans une famille juive du Michigan, ses parents font partie de la première génération de geeks. Son père, Carl Victor, décédé en 1996, a été professeur d’informatique et d’IA au sein de la prestigieuse université de Caroline du Nord. Sa mère, Gloria, était pour sa part professeur de programmation.

Logiquement, Larry Page grandit dans un univers très tech fait de lignes de code, de revues scientifiques et de discussions de haut niveau intellectuel. Nicolas Tesla était l’une des idoles du jeune homme qui fut le premier élève de son établissement à rendre ses devoirs tapés à l’ordinateur. Petite différence avec ses parents : Larry Page veut entreprendre plutôt qu’enseigner. Diplômé en informatique à l’université du Michigan, il prend ensuite la direction de la Californie et intègre Stanford, véritable pépinière d’entrepreneurs de la Silicon Valley. C’est là qu’il rencontre, en 1995, Sergey Brin. Au début, ils ne sont pas proches, mais la passion de l’informatique et de l’étude des business plans les pousse à se lancer. En 1998, dans un garage désormais mythique, ils créent Google.

Transhumaniste

La success story est au rendez-vous et Page y occupe une place centrale en temps qu’ingénieur (il est l’inventeur du fameux page rank qui consiste à faire remonter en haut du moteur de recherche les résultats les plus populaires), PDG de Google puis de la maison mère Alphabet qu’il quittera en décembre 2019 pour laisser volontairement sa place à Sundai Pichar.

Larry Page détient 26,1% des actions d'Alphabet

Alphabet a pris une taille telle qu’une faillite ou une mauvaise passe financière n’est pas à l’ordre du jour. Même les États n’osent s’en prendre à une entité devenue aussi puissante qu’eux. Côté finance, tout va également pour le mieux pour Larry Page qui possède 26,1% des actions du groupe : sa fortune est estimée à 64,4 milliards de dollars par Forbes en 2020. Déchargé de certaines tâches opérationnelles, il compte se consacrer davantage à sa famille composée de sa femme, la biologiste Lucinda Southworth, et de ses deux enfants nés en 2007 et 2009.

Désormais, il est principalement occupé par des recherches sur le transhumanisme, à l’instar d’autres milliardaires californiens tels que Peter Thiel ou Elon Musk. Pouvoir rallonger la vie de l’espèce humaine grâce à la technologie peut paraître insolite mais comme aime à le répéter le cofondateur de Google, "tout ce que vous pouvez imaginer est sans doute réalisable". Surtout avec des moyens financiers quasi illimités.

L’ambition de Larry Page ne se limite pas à investir dans l’amélioration de la recherche médicale. Comme il l’a déclaré en 2013, "Si on résout le cancer, on ajoute seulement trois ans à l’espérance de vie moyenne (…), globalement, ce ne serait pas une si grande avancée que ça".  L’entrepreneur-scientifique voit plus loin en soutenant Calico - California Life Company - en pointe sur les recherches visant à tuer la mort grâce à la création d’un "homme augmenté". Cette recherche concerne directement Larry Page puisqu’en 2013, il révèlera être atteint par une maladie rare qui paralyse une partie de ses cordes vocales.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fortunes 100 : les chemins de la réussite

Sommaire Vagit Alekperov : le patriarche russe de l'or noir Vladimir Lissine, qui est l'homme le plus riche de Russie ? Warren Buffett : l'alchimiste Julia Koch : l'héritière Mukesh Ambani, le maharadjah Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show Eduardo Saverin, le phénix Anne et Henri Beaufour, actionnaires discrets mais de long terme Éric Guerlain, comme un parfum de réussite
A.Peyrel (Bredhill) : "Dans le futur on demandera des comptes en matière de RSE"

A.Peyrel (Bredhill) : "Dans le futur on demandera des comptes en matière de RSE"

Antoine Peyrel est co-fondateur de Bredhill, un cabinet de conseil en transformation responsable qui aide à la mise en place des stratégies et engagem...

Transition numérique des entreprises : les grands enjeux

Transition numérique des entreprises : les grands enjeux

Le contexte économique a rarement été aussi changeant qu’aujourd’hui. Depuis la transformation numérique jusqu’à la responsabilité sociétale, les entr...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Cédric O : "La France est revenue dans le jeu de l’économie de l’innovation"

Alors que la fin du quinquennat approche, Décideurs a rencontré Cédric O, secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique. L’occasion de faire le...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Ÿnsect : la foodtech qui fait le buzzzz

Ÿnsect : la foodtech qui fait le buzzzz

Fondée en 2011, Ÿnsect veut révolutionner l’alimentation humaine, végétale et animale en transformant les insectes en ingrédients premium. Une solutio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte