Label Greenfin : l’Europe en ligne de mire

Anciennement nommé label de la Transition énergétique et écologique pour le climat (TEEC), le label Greenfin a pour but d’assurer la qualité verte des fonds d’investissement de toute nature. Explications.
Label Greenfin

Anciennement nommé label de la Transition énergétique et écologique pour le climat (TEEC), le label Greenfin a pour but d’assurer la qualité verte des fonds d’investissement de toute nature. Explications.

Remis au goût du jour, le label TEEC devient Greenfin. Cette certification, lancée en juin 2019 par le ministère de la Transition écologique et solidaire, remplace celle créée en 2015 à la suite de la COP 21. Premier label d’État spécialement dédié à la finance verte, il garantit la transparence et l’engagement environnemental des produits financiers. Une démarche saluée par de nombreux investisseurs comme Pascale Baussant, gérante de Baussant Conseil : « Les créations de labels ne peuvent être que positives, encourageant non seulement les épargnants mais aussi les conseillers à s’intéresser à cette catégorie d’investissement. Le changement de nom du label TEEC en label Greenfin lui donne une meilleure visibilité. »

Un référentiel complexe 

La transition avec le précédent label s’opère donc en douceur. Il appartient à Novethic, EY France et Afnor Certification la responsabilité de le délivrer. Sur quels critères ? Ils sont définis par un comité et s’appliquent de la même manière à toutes les sociétés de gestion. Pour Nicolas Redon, responsable de la veille et expert en finance verte chez Novethic, « le référentiel s’articule autour de trois piliers ».

Premier label d’État spécialement dédié à la finance verte, il garantit la transparence et l’engagement environnemental des produits financiers.

Le premier correspond au fléchage des investissements vers la transition énergétique et économique. Un fonds d’investissement qui souhaite recevoir ce label doit justifier qu’il mobilise un pourcentage majoritaire dans des activités participant à la transition écologique et énergétique et à la lutte contre le changement climatique. « Il faut s’assurer qu’il y a une stratégie d’investissement avec une recherche d’objectifs environnementaux et une attention particulière est portée aux exclusions », ajoute-t-il. L’énergie, le transport propre, la gestion des déchets et le contrôle de la pollution figurent parmi les activités durables prises en compte pour l’obtention de cette certification

Le deuxième pilier renvoie à « l’utilisation des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance lors de la construction du portefeuille », comme l’explique Philippe Fidaire, directeur général de NN Investment Partners France. Ce référentiel du label Greenfin bannit de son périmètre d’investissement les activités économiques qui n’ont pas de lien avec la transition énergétique et écologique ou qui sont controversées comme les énergies fossiles ou le nucléaire. Nicolas Redon souligne ainsi qu’« un suivi des controverses susceptibles d’affecter les actifs du portefeuille s’impose ».

Enfin, dernier pilier, le reporting permet de prouver la qualité des investissements du portefeuille ainsi que l’impact de ce dernier. « Les sociétés de gestion doivent démontrer les impacts positifs de leurs investissements et prouver que ces derniers financent réellement la transition énergétique et écologique », indique Philippe Fidaire. Les fonds candidats à ce label doivent respecter certains critères en matière environnementale, sociale et gouvernementale. Concrètement, ces trois critères vont permettre de vérifier si les fonds candidats entrent dans le champ de la labellisation. Si la candidature est recevable, un contrat est établi entre la société de gestion de portefeuille et l’organisme certificateur. Nicolas Redon émet toutefois des réserves : « S’agissant d’une évolution des critères, le périmètre des exclusions sectorielles pourrait néanmoins être amené à changer légèrement en fonction de ce qui sera adopté pour le futur écolabel européen. »

Le fonds est dans l’obligation d’instaurer un moyen de mesure de la contribution effective de ses investissements la transition énergétique et écologique. Pour l’expert en finance verte, « s’il existe différences approches, il est intéressant de voir l’intérêt commun des gérants de ces fonds pour les entreprises qui accélèrent leur transition énergétique et écologique. »

Aujourd’hui, 42 fonds sont labellisés Greenfin pour un total de 12 milliards d’euros.

Le label Belge, une référence ? 

En Europe, le label Belge Towards Sustainability a été établi en 2019 par la Fédération belge du secteur financier. Il vise à promouvoir les produits financiers intégrant une démarche d’investissement responsable tout en définissant un cadre de confiance pour l’épargnant final. Pour Nicolas Redon, « cette certification se rapproche davantage du label ISR. Des exclusions ont néanmoins été introduites dans le label Towards Sustainability, pour refléter des attentes de plus en plus strictes des épargnants, contrairement au label ISR ». En pratique, le label Greenfin est cependant plus difficile obtenir que la certification belge. « À l’échelle européenne, les labels LuxFLAG Climate Finance et LuxFLAG Environment sont ceux qui se rapprochent le plus du label Greenfin avec des exigences très fortes sur la teneur verte du portefeuille. », ajoute l’expert de Novethic.

Vers la création d'un label Européen ? 

Aujourd’hui, 42 fonds sont labellisés Greenfin pour un total de 12 milliards d’euros. Résolument verts, ces fonds sont éligibles aux obligations relatives la loi Pacte, notamment concernant l’assurance-vie. Cette labellisation semble en accord avec la volonté des épargnants. « Le fait que ce label soit porté par le ministère de l’Écologie donne une impulsion supplémentaire. Les fonds labellisés Greenfin seront donc, à mon sens, amenés à se développer rapidement », confirme Pascale Baussant.

La création d’un label européen résolument vert est l’un des enjeux pour la finance durable. « Le processus de création d’un écolabel européen est en cours et s’oriente vers un fonctionnement similaire au label Greenfin, explique Nicolas Re-don. Les fonds éligibles en Europe seraient les plus positionnés sur des actifs sous-jacents en lien avec l’économie verte. » Le défi de l’Europe est donc de définir une taxonomie autour de critères que les fonds devront respecter afin d’être éligibles. « Au niveau européen, la définition de ce qui est vert sera structuré et fédéré autour d’une taxonomie d’activités vertes et durables.», conclut-il.

Chloé Buewaert

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Finance verte : la montée en puissance

Le réchauffement climatique met la planète et ses habitants en péril. Pour le limiter, la finance n’est pas forcément un problème, elle est une solution. Elle peut en tout cas contribuer à encourager
la transition énergétique grâce à la finance verte. Green bonds, politique des fonds, lutte contre le greenwashing... Le secteur monte en puissance. Mais ne peut à lui seul se substituer aux politiques publiques qui doivent devenir de plus en plus massives, offensives et contraignantes.
Sommaire Jeremy Rifkin, le pape de l'économie verte Le marché des green bonds se porte bien C.Itier (Haut-commissaire) : "La France est au début de son histoire avec l’impact investing" Des milliards pour une Europe plus verte T. Laquitaine (Aspim) : "Les sociétés de gestion peuvent piloter directement l’amélioration des performances ESG des actifs immo B.Poirson (Ministère de l'Écologie) : "Le label Greenfin agit comme un repère de confiance" P.Baussant (Baussant conseil) : "Le label Greenfin n’est pas une démarche philanthropique" P.Fidaire (NN Investment Partners ) : "400 Md€ seront nécessaires à la transition zéro Carbonne" P. Valentin (Ecofi Investissements) : "L’Europe voudra sans doute créer un label vert"
Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Clément Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault System récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

2MX Organic : la nouvelle aventure de Niel et Pigasse

Les deux hommes d’affaires s’allient à l’entrepreneur Moez-Alexandre Zouari pour créer un spécialiste de la consommation responsable en France et en E...

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

S&P Global réalise l’une des plus importantes fusions de l’année avec l’acquisition de IHS Markit

Le groupe américain S&P Global, fournisseur de données financières, annonce ce lundi 30 novembre l’acquisition de son concurrent britannique, IHS...

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Benoît Pédoussaut : "Un bon Codir de transformation doit respecter la règle des trois tiers"

Directeur du développement stratégique du groupe Sonepar, Benoît Pédoussaut n’en est pas à sa première transformation d’entreprise. Il revient sur son...

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

C. Pruvot (Apicil) : "J’aspire à voir se créer un label ISR commun, européen"

Chloé Pruvot, directrice des investissements du groupe Apicil, regrette l’absence d’un référentiel commun à l’investissement socialement responsable e...

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

G. Pepy : "Nous sommes sur le pont pour soutenir les entreprises victimes de la crise"

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau Initiative France accompagne les entreprises pour traverser cette période inédite. Son président, Gu...

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investissements IT"

L.Roudil (Econocom) : "La crise a plus que jamais souligné le caractère indispensable des investisse...

Nommé début 2020 directeur général du groupe Econocom en charge de l’ensemble des activités en France, Laurent Roudil revient sur l’impact de la crise...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte