La veille urbaine du 25 mars 2020

Le MPIM 2020 transformé en rassemblement à Paris en septembre et en expérience digitale, le nouvel appel des fédérations du commerce aux bailleurs, CEREIT qui cède 12 actifs en Europe de l’Ouest… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 25 mars 2020.

Le MPIM 2020 transformé en rassemblement à Paris en septembre et en expérience digitale, le nouvel appel des fédérations du commerce aux bailleurs, CEREIT qui cède 12 actifs en Europe de l’Ouest… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 25 mars 2020.

Les actualités liées au coronavirus

Le MPIM 2020 transformé en rassemblement à Paris en septembre et en expérience digitale

Le MIPIM, qui devait se tenir du 2 au 5 juin 2020 à Cannes, se transforme en un rassemblement à l’automne des professionnels de l'immobilier et de l’innovation pendant deux jours à Paris et en une nouvelle expérience en ligne, MIPIM Connect, qui sera disponible toute l'année. La prochaine édition du MIPIM à Cannes, quant à elle, aura lieu du 16 au 19 mars 2021. Le programme de conférences, les évènements de networking et les awards de 2020 auront lieu en septembre, en parallèle d'autres évènements à Paris axés sur l'innovation dans l'immobilier. MIPIM Connect sera lancé pour sa part en avril et sera disponible gratuitement pour les participants qui étaient inscrits au MIPIM 2020. « Comme il n’est pas possible d’organiser un MIPIM habituel cette année, nous allons proposer à nos clients une autre forme de rendez-vous cet automne à Paris, complété par une expérience digitale, MIPIM Connect, explique Filippo Rean, directeur de la division immobilier de Reed MIDEM. Ces deux éléments visent à aider l’industrie à commencer à se redresser et seront précurseurs du MIPIM à Cannes en mars 2021. »

7 fédérations du commerce demandent aux bailleurs d'aller plus loin dans l'effort de solidarité

7. C’est le nombre de fédérations du commerce (Alliance du commerce, Fédération du commerce coopératif et associé, Procos, Fédération française de la franchise, Fédération nationale de l’habillement, Fédération du commerce et services de l’électroménager et du multimédia, Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison) ont renouvelé aux bailleurs leur demande de solidarité vis-à-vis des commerçants. Elles prennent acte des mesures prises ces derniers jours s’agissant d’un report du paiement de leurs loyers. « D’un côté, la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie du Covid-19 permet aux microentreprises de reporter intégralement ou d’étaler le paiement de leurs loyers, précise le communiqué de presse. De l’autre, les associations et fédérations représentatives des bailleurs se sont exprimées en faveur de la suspension des loyers et des charges et la mise en place de la mensualisation pour les TPE et les PME. Bien entendu, nous demandons que le même dispositif s’applique aux enseignes plus importantes compte tenu du contexte ». Mais ce n’est pas suffisant selon elles : « Les mesures annoncées par les bailleurs et celles prévues par la loi, qui se limitent à un simple report de charges, font peser la totalité des conséquences de la crise sur les commerçants et entraîneront la disparition de nombreux locataires de points de vente pour les villes. Certains bailleurs l’ont très bien compris et se sont engagés très vite en faveur de l’annulation des loyers commerciaux durant la fermeture. Ainsi, nous demandons aux bailleurs, notamment les plus grands d’entre eux (sociétés foncières cotées, bailleurs institutionnels, etc.) de mettre en œuvre les conditions pour annuler les loyers et les charges pendant la période de fermeture des magasins imposée par arrêté ministériel et adapter ces loyers à l’activité réelle des commerces qui ont pu rester ouverts mais qui réalisent de très faibles chiffres d’affaires compte tenu du confinement ». Les 7 fédérations considèrent que le délai accordé par les mesures ponctuelles de report doit être mis à profit pour que les bailleurs s’organisent, « en reportant par exemple leurs échéances de prêts ». Les fédérations de commerçants soutiendront « toute mesure qui permettra aux bailleurs, grands comme petits, d’atteindre cet objectif : réduction d’impôt en contrepartie de l’abandon des loyers non perçus, implication des banques et du monde de l’assurance afin qu’ils prennent leur part de solidarité ».

Groupama Gan REIM détaille ses dispositions face à la crise sanitaire

Depuis une dizaine de jours, Groupama Gan REIM a actionné son plan de continuité de l’activité (PCA) prévoyant la mise en sécurité de ses collaborateurs, le basculement à un travail à distance pour respecter les injonctions de confinement, et la gestion sans discontinuité des impératifs liés à l’activité de la société de gestion de portefeuille Groupama Gan REIM et des fonds d’investissement alternatif. Si Groupama Gan REIM entend « respecter strictement les prescriptions formulées par le gouvernement français dans l’élan de solidarité actuel face au Covid-19 et à ses effets, un soin particulier sera porté sur l’éligibilité des demandes d’aides des locataires qui pourront être réceptionnées, ces aides consistant à ce jour en l’octroi, au bénéfice des TPE et PME en difficulté, de délais de paiement, et non d’annulation, des loyers du second trimestre 2020. » Et de conclure : « Si l’épidémie actuelle bouleverse momentanément nos modes de vie, de consommer et de travailler, Groupama Gan REIM considère que les besoins fondamentaux devront continuer à être satisfaits, un effet rattrapage ne pouvant pas en outre être exclu. Si les marchés immobiliers venaient à être impactés d’une façon ou d’une autre, ils recèleraient de nouvelles opportunités à saisir pour lesquelles la SGP s’est déjà organisée. »

Une ordonnance interdit les coupures de la fourniture d’énergie pour les TPE

Le gouvernement a présenté les 25 premières ordonnances prises en application de la loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Parmi elles figure celle relative au paiement des loyers, des factures d’eau, de gaz et d’électricité afférents aux locaux professionnels et commerciaux des entreprises dont l'activité est affectée par la propagation de l’épidémie. « Les très petites entreprises ne subiront pas de coupures de la fourniture d’électricité, de gaz et d’eau, en raison de factures impayées, durant toute la période de l’état d’urgence sanitaire, souligne le gouvernement. À leur demande, elles pourront obtenir le report du paiement des factures non acquittées, et leur rééchelonnement sur au moins 6 mois, sans pénalité. De même, durant toute la période de l’état d’urgence sanitaire et pour les deux mois suivants, ces entreprises ne subiront ni pénalité ou intérêt de retard, ni d’activation des garanties ou cautions, en cas d’impayé de loyers. » Le périmètre des entreprises concernées est le même que celui du fonds de solidarité : entreprises ou travailleurs indépendants de moins de 10 salariés, d’un million d’euros de chiffre d’affaires au maximum, ayant fait l’objet d’une interdiction d’accueil du public ou ayant subi une perte d’au moins 70 % de leur chiffre d’affaires par rapport à mars 2019.

La FNAIM salue « l’appel du gouvernement » à maintenir l'activité économique dans l’immobilier

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement a convoqué le 24 mars une réunion rassemblant l'ensemble des organisations professionnelles de l'immobilier (FNAIM, UNIS, Plurience, SNPI, FPI et AFIL) ainsi que le Conseil supérieur du notariat, en présence de la Chancellerie. « Lors de cet échange constructif, le ministre a répété que le pays ne pouvait se retrouver à l’arrêt total, malgré la situation de crise sanitaire, précise le communiqué de presse de la FNAIM. Il a ainsi incité chaque acteur de la chaîne à tout mettre en œuvre pour maintenir l’activité économique, sans mise en danger, mais en responsabilité ». Et la Fédération d’ajouter : « Tous les acteurs autour de la table ont pris l’engagement de poursuivre leurs activités, en respectant les consignes de sécurité sanitaire et les gestes barrières. S’agissant spécifiquement des actes, le président du CSN, Jean-François Humbert a rassuré les professionnels de l’immobilier sur la capacité des études à utiliser les nouvelles technologies dans un cadre règlementaire approprié. L’État devra également maintenir les services nécessaires à l’établissement de ces actes ». La FNAIM a informé ses 59 chambres syndicales de l’engagement pris par les acteurs présents à cette réunion.

Bison Futé au secours des transporteurs

Afin de faciliter le travail des transporteurs durant la crise sanitaire, Bison Futé met à leur disposition sur son site internet deux cartes afin de leur permettre de travailler dans les meilleures conditions possibles : une carte des aires de services et de repos disponibles sur le réseau routier national et une carte des centres techniques ouverts ainsi que des centres routiers et relais routiers signalés. La carte des aires de services et de repos référence 1 276 aires ouvertes (soit 94 % du total) sur le réseau routier national concédé et non concédé. La carte des centres techniques, des centres routiers et des relais routiers indique des informations pratiques, comme l'adresse et le numéro de téléphone permettant à chaque chauffeur de contacter le centre en amont. Dans son communiqué, le ministère de la Transition écologique et solidaire précise que la mise à jour de ces cartes est réalisée "très régulièrement".

Un air pur souffle en Île-de-France

Airparif, l'association de surveillance de la qualité de l'air sur l'ensemble de l'Île-de-France, a publié un bilan provisoire des conséquences du confinement en matière de pollution, portant sur la période allant du 16 au 20 mars 2020. Cette évaluation met en avant une amélioration de la qualité de l'air de l'ordre de 20 à 30 % dans l'agglomération parisienne, consécutive à une baisse des émissions de plus de 60 % pour les oxydes d’azote, cet impact pouvant être "encore plus important" le long des axes de circulation. Il était en revanche peu visible pour les particules (PM10 et PM2,5) lors de ces premiers jours de confinement. L'association note également une "autre bonne nouvelle" : en effet, cette baisse des polluants de l’air s'accompagne d'une baisse du dioxyde de carbone (CO2), gaz à effet de serre. Selon Airparif, cela souligne "les liens entre ces deux problématiques et le co-bénéfice pour le climat de toute amélioration de la qualité de l'air". En revanche, peu d'impact a été constaté pour les particules qui sont issues de davantage de sources et pour lesquelles la diminution du trafic n’a pas compensé l'augmentation liée au chauffage résidentiel et au maintien des activités agricoles, conjugués à une météorologie printanière favorable à la formation de particules observée dans plusieurs régions avoisinantes.

Le reste des actualités

CEREIT cède 12 actifs en Europe de l’Ouest pour 65,7 M€

Cromwell European Real Estate Investment Trust (CEREIT) a finalisé la vente de 12 actifs en France, au Danemark et aux Pays-Bas pour un montant de 65,7 M€ à des fonds conseillés par des sociétés affiliées à The Blackstone Group Inc. Les biens ont été gérés pour le compte de CEREIT par son commanditaire, Cromwell, via la plateforme européenne intégrée de gestion des investissements de Cromwell. Les actifs sont tous des biens logistiques/parcs d’activités : cinq aux Pays-Bas, cinq en France et deux au Danemark. Les propriétés s’étendent sur près de 124 000 m². Le plus gros actif vendu en France, est le Parc de l’Esplanade, qui comprend 13 bâtiments d’entrepôts, de bureaux, et de locaux d’activités, totalisant 29 854 m² dans une zone industrielle de 27 bâtiments. Il est situé à Saint-Thibault-des-Vignes (77), dans l’est parisien. Globalement, le prix de vente total représente une prime de 15,2 % par rapport au prix d'achat initial des actifs et permet de redéployer le capital « dans de nouveaux investissements à travers l'Europe qui correspondent mieux à l'appétit pour le risque-rendement de CEREIT ». « Nous continuons à exploiter notre haut niveau d'expertise et d'expérience local sur le marché immobilier européen de la logistique et des parcs d’activités, et à rechercher des opportunités dans le cadre de l’application de la stratégie « invest-to-manage » (investir pour gérer) de Cromwell Property Group », précise Wouter Zwetsloot, directeur immobilier Europe chez Cromwell.

Par François Perrigault (@fperrigault) et Boris Beltran (@bobobeltran)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 6 avril 2020

La veille urbaine du 6 avril 2020

Le marché du résidentiel ancien en mode pause, les fournisseurs d'énergie alternatifs qui attaquent le régulateur, Alexandre Claudet qui rejoint Fonci...

Les énergies renouvelables impriment une dynamique soutenue dans le monde

Les énergies renouvelables impriment une dynamique soutenue dans le monde

D'après l'Irena, les énergies renouvelables ont représenté les trois quarts des ajouts de capacités énergétiques dans le monde en 2019. Eolien et sol...

Y. Choin-Joubert : "Réalités a imaginé un nouveau contrat social pour les 12 à 18 prochains mois"

Y. Choin-Joubert : "Réalités a imaginé un nouveau contrat social pour les 12 à 18 prochains mois"

Le développeur Réalités a pris des mesures fortes pour faire face à la crise sanitaire. Yoann Choin-Joubert, PDG du groupe, les détaille et explique à...

La veille urbaine du 3 avril 2020

La veille urbaine du 3 avril 2020

Amundi qui serait sur le point de signer le Tangram à Malakoff, Carmila et MRM qui reportent leurs assemblées générales… Décideurs vous propose une sy...

P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de tous"

P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de t...

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de c...

C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs"

C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs"

Le sujet de la dette est crucial pour l’industrie immobilière dans cette période de confinement et de crise sanitaire. Christophe Murciani, directeur...

La veille urbaine du 2 avril 2020

La veille urbaine du 2 avril 2020

Le guide sanitaire du BTP disponible, Accor qui met en place des mesures drastiques, La Française REM qui acquiert le siège social de Rexel, les diffi...

R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein des acteurs immobiliers"

R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein de...

Conseil dédié aux utilisateurs, Bluebird Immobilier est particulièrement sollicité par ses clients en cette période. Raphaële Garrigoux, associée fond...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message