Le secteur immobilier se mobilise contre le Coronavirus

L’initiative d’Airbnb en faveur du personnel soignant, Unibail-Rodamco-Westfield qui annule le paiement de la moitié du dividende, le report des appels d'offres photovoltaïques, Eiffage qui remporte la concession de l’A79… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 24 mars 2020.

L’initiative d’Airbnb en faveur du personnel soignant, Unibail-Rodamco-Westfield qui annule le paiement de la moitié du dividende, le report des appels d'offres photovoltaïques, Eiffage qui remporte la concession de l’A79… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 24 mars 2020.


Airbnb met en place une plateforme de mise à disposition gratuite de logements pour les soignants

Le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, a sollicité la plateforme de location Airbnb pour mettre des logements à disposition du personnel soignant des hôpitaux, des EHPAD ainsi que des travailleurs sociaux et bénévoles mobilisés dans les centres d’hébergement. Des hôtes volontaires pourront y proposer des logements gratuits à ceux qui en auraient besoin pour se rapprocher de leur lieu de travail. La plateforme Airbnb a répondu présente à cet appel. Un message a été adressé par Airbnb aux propriétaires qui utilisent la plateforme pour leur proposer de participer à cette initiative et mettre à disposition gracieusement les appartements entiers qui ne sont pas loués dans le contexte actuel. Ces logements seront proposés gratuitement aux personnels soignants et travailleurs sociaux sur la plateforme « Appartsolidaire ». Chaque hôte volontaire ayant hébergé gratuitement un soignant ou un travailleur social durant cette opération bénéficiera d'un dédommagement d'un montant de 50€ réglé par Airbnb pour chaque réservation.

Accor se mobilise

Accor a décidé de mettre à disposition ses services pour le personnel soignant, « tous les français engagés et mobilisés dans la lutte contre la propagation du coronavirus et les populations les plus vulnérables ». La plateforme téléphonique CEDA - Coronavirus Emergency Desk Accor, a été créée afin de centraliser les besoins et proposer, en lien avec les propriétaires du groupe Accor et les autorités concernées des solutions d’hébergement sur le territoire. A ce jour, plus de 40 hôtels (hotelF1, ibis budget, ibis, ibis styles, Mercure et Novotel) proposent une capacité de 1 000 à 2 000 lits pour accueillir les personnes sans abri sur le territoire. Accor continue à travailler en lien avec Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement et le Samu Social pour poursuivre l’identification des besoins supplémentaires. Parallèlement, le groupe a décidé en collaboration avec l’AP-HP et ses partenaires d’ouvrir, en fonction des besoins, ce dispositif à l’ensemble du personnel soignant mobilisé dans la lutte contre le coronavirus. Au-delà de ces initiatives, la plateforme CEDA doit permettre de centraliser toutes les demandes d’hébergement des pouvoirs publics et des fédérations professionnelles.

L’UNPI vent debout contre un appel à la cessation du paiement des loyers

L’union nationale des propriétaires immobiliers a appelé à la responsabilité des acteurs du logement pour ne pas demander la cessation du paiement des loyers. « Le gouvernement a pris un certain nombre d'engagements sur les salaires et en faveur des entreprises afin de stabiliser au mieux la situation, précise Christophe Demerson, président de l’UNPI France. Les assurances de l'Etat et de la BCE sont massives et, pour l'instant à la hauteur des enjeux. Appeler à un moratoire des loyers dans le parc privé d'habitation est donc démagogique et irresponsable. Ne jetons pas 2,7 millions de petits bailleurs dans une situation catastrophique. N'ajoutons pas de la fragilité à la fragilité. C'est, à n'en point douter, toute une chaine économique qui perdrait pied face à un incident massif de paiement des loyers. »

Unibail-Rodamco-Westfield annule le paiement de la moitié du dividende

Unibail-Rodamco-Westfield avait proposé un dividende de 10,80 € par action lors de l’annonce de ses résultats 2019. Depuis, la pandémie de coronavirus a évolué de manière significative. Dans ces conditions, la foncière versera un dividende intérimaire de 5,4 € par action, comme prévu, le 26 mars 2020. A contrario, elle a décidé d’annuler le paiement du dividende final de 5,4 € par action.

Eiffage détaille l’impact du coronavirus sur ses activités

Dans les travaux, en France comme dans les implantations européennes d’Eiffage, toutes affectées par la crise sanitaire, les équipes sont restées mobilisées sur les missions de maintenance hospitalière, pérennité de la chaîne alimentaire ou encore maintien de la fourniture d’électricité, d’eau et de gaz... D’autres activités de production, « nombreuses », ont dû être suspendues le temps de revoir l’organisation du travail dans le contexte sanitaire actuel « et de renforcer les mesures barrières, en lien avec les donneurs d’ordres et les pouvoirs publics ». La reprise sera progressive, en fonction des typologies d’activités ou d’ouvrages et de leur caractère prioritaire selon le groupe. Enfin, certaines autres opérations sont ajournées sur décision des clients ou en cas d’impossibilité de mettre en place les prérequis sanitaires. Le carnet de commandes des travaux s’élevait à 14,2 Mds€ au 31 décembre 2019 (11,2 mois d’activité). Dans les concessions, la continuité de service des infrastructures de transport dont le groupe a la charge dans les domaines autoroutier, ferroviaire et aéroportuaire est restée prioritaire. « La baisse sans précédent du trafic autoroutier en France depuis la mi-mars est la conséquence logique de l’application des consignes de confinement et dans une moindre mesure des fermetures de frontières », précise Eiffage. Dans le domaine aéroportuaire, les mêmes dispositions sanitaires ont progressivement réduit le trafic à environ 15 vols (départs) quotidiens sur l’aéroport de Toulouse cette semaine. Enfin, dans le domaine ferroviaire, Eiffage opère la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays de la Loire dans la cadre d’un PPP, « sans risque trafic ». « Différentes mesures ont été prises pour limiter les effets de cette situation sur les résultats et la trésorerie du groupe », conclut le communiqué de presse.

Les appels d'offres photovoltaïques reportés

Enerplan, syndicat de l'énergie solaire renouvelable, a publié un courrier de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC), d'accorder un délai supplémentaire pour la mise en service des installations et de décaler la date de clôture des prochains appels d'offres. « Les dates de souscription des appels d'offres a été travaillée avec le ministère de la Transition écologique et solidaire. Le choix a été fait par le Ministère, concernant les appels d'offres au sol (comme celui sur l'éolien), de maintenir une souscription en juillet à hauteur d'un tiers du volume prévu, et de reporter 2/3 du volume pour une période nouvelle en novembre. Pour les autres appels d'offres, un décalage simple des dates de souscription est prévu. »

L’IATA chiffre désormais à 252 Mds$ les pertes potentielles du transport aérien de personnes

L'Association du transport aérien international (IATA) a mis à jour son analyse de l'impact du coronavirus sur l'industrie mondiale du transport aérien. En raison de la sévérité des restrictions de voyage et de la récession mondiale attendue, l'IATA estime désormais que les revenus du transport de personnes pourraient chuter de 252 Mds$, soit 44% de moins qu'en 2019. C'est dans un scénario dans lequel les restrictions de voyage sévères dureraient jusqu'à trois mois, suivies d'une reprise économique progressive plus tard cette année. En Europe, le recul est évalué à 76 Mds$. L’analyse précédente de l’IATA faisait état d’une perte potentielle au niveau mondial de 113 Mds$.

Le reste de l'actualité

P3 Logistic Parks France nomme Nicolas Camus project manager

P3 Logistic Parks a annoncé l’arrivée de Nicolas Camus en tant que project manager, sous la responsabilité directe de Christophe Chauvard, directeur général P3 France. Project manager depuis 2016 chez Top Management, Nicolas Camus a auparavant occupé le poste d’ingénieur travaux dans des entreprises de construction françaises telles que Bouygues ou bien Vinci. Il est diplomé de l’École Centrale Paris. Chez P3, il aura pour mission de superviser toute la partie technique des projets déjà existants, en cours et futurs. Feront aussi partie de son périmètre d’intervention, les projets en pré- développement, l’étude de leur faisabilité, les négociations locales, l’obtention des permis de construire, ICPE. Il aura enfin un rôle de soutien et de conseil auprès des asset managers, auxquels il apportera son concours pour l’amélioration des immeubles existants dans le cadre d’une mise aux normes par exemple ou bien d’un repositionnement.

Accor finalise son programme de rachat d’actions

Accor a finalisé son programme de rachat d’actions lancé le 20 janvier 2020 pour un montant de 300 M€. A l’issue de ce programme, le groupe a acquis 10 175 309 actions à un prix moyen de 29,48 €. « Dans le but de préserver ses liquidités, Accor annonce la suspension des programmes de rachat d’actions jusqu’à nouvel ordre », précise le groupe.

Engie émet 2,5 Mds€ d'obligations

(©D.R.)
Engie a émis une obligation en trois tranches d’un montant total de 2,5 Mds€ (une tranche à 5 ans de 1 Md€ portant un coupon de 1,375 %, une tranche « verte » à 8 ans de 750 M€ portant un coupon de 1,75 % et une tranche « verte » de 750 M€ à 12 ans portant un coupon de 2,125 %). Le coupon moyen s’élève à 1,71 % pour une maturité moyenne de 8 ans. Avec cette nouvelle émission, le montant total des obligations vertes émises par l'énergéticien s’élève à 11,15 Mds€. Judith Hartmann, membre de la direction collégiale d’Engie, a déclaré : « La réussite de cette opération montre la qualité de signature d’Engie et son rôle de leader des financements verts, malgré un contexte économique marqué par la crise sanitaire et économique actuelle. »

Phoenix Tower International constitue une co-entreprise avec Bouygues Telecom

Phoenix Tower International (Phoenix), société de portefeuille de Blackstone qui détient et gère plus de 8 000 pylônes de transmission sans fil et 986 km de fibre optique, a signé un accord de co-entreprise avec Bouygues Telecom pour développer près de 4 000 pylônes construits sur 12 ans à travers la France en dehors des zones très denses. Cette co-entreprise, qui est contrôlée par Phoenix, sera propriétaire des sites qu’elle exploitera. Certains sites seront déployés dans le cadre des obligations réglementaires du "New Deal Mobile" de Bouygues Telecom en matière d'amélioration ciblée de la couverture du réseau de radiotéléphonie mobile et d'accélération du déploiement du réseau de radiotéléphonie mobile le long des axes de transport. Freshfields a conseillé Phoenix Tower International. PwC Société d’Avocats conseillait également Phoenix. Bouygues Telecom était conseillé par BDGS Associés, White & Case et Vogel & Vogel. Allen & Overy est intervenu aux côtés des banques de financement.

Eiffage remporte la concession de l’A79

Le groupement, composé des sociétés Eiffage (mandataire) et APRR, a été désigné concessionnaire de l’autoroute A79 (Route Centre-Europe Atlantique) par décret ministériel publié au Journal Officiel le 15 mars 2020. Le contrat de concession d’une durée de 48 ans porte sur le financement, la conception, l’aménagement, l’élargissement, la mise au standard autoroutier ainsi que l'exploitation, l’entretien et la maintenance d’un tronçon de 89 kilomètres de l’actuelle RN 79 entre Sazeret (Allier) et Digoin (Saône-et-Loire) qui deviendra l’A79. Les travaux sont soumis à une autorisation environnementale avec enquête publique qui a débuté lundi 23 mars par voie dématérialisée. Elle durera un mois.

Le décret définissant les zones à faibles émissions mobilité soumis à consultation publique

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a soumis à consultation un projet de décret relation à l’instauration des « zones à faibles émissions mobilité ». Ces dernières sont des territoires dans lesquels est instaurée une interdiction d’accès, le cas échéant sur des plages horaires et jours déterminés, pour certaines catégories et classes de véhicules qui ne répondent pas à certaines normes d’émissions et donc qui ont un impact nocif sur la santé des résidents de l’ensemble des territoires. L’identification des véhicules s’appuie sur les certificats qualité de l’air sous forme de vignettes nommées Crit’Air. Le projet de décret crée deux nouveaux articles qui définissent d’une part le non-respect de manière régulière des normes de qualité de l’air et d’autre part la notion de part prépondérante des transports routiers dans les dépassements. Le premier article fonde le non-respect de manière régulière des normes de la qualité de l’air sur le dépassement d’au moins trois années sur les cinq dernières années civiles des valeurs limites des émissions relatives au dioxyde d’azote (NO2), aux particules fines PM10 ou aux particules PM2,5. Le projet de décret prévoit également que le périmètre pris en compte pour mesurer ce non-respect s’étend sur l’intégralité de la zone administrative de surveillance dont la collectivité dépend. Enfin, le second nouvel article caractérise la notion de prépondérance des transports routiers à l’origine des dépassements des valeurs limites. La consultation est ouverte jusqu’au 13 avril.

Par François Perrigault (@fperrigault) et Boris Beltran (@bobobeltran)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 6 avril 2020

La veille urbaine du 6 avril 2020

Le marché du résidentiel ancien en mode pause, les fournisseurs d'énergie alternatifs qui attaquent le régulateur, Alexandre Claudet qui rejoint Fonci...

Les énergies renouvelables impriment une dynamique soutenue dans le monde

Les énergies renouvelables impriment une dynamique soutenue dans le monde

D'après l'Irena, les énergies renouvelables ont représenté les trois quarts des ajouts de capacités énergétiques dans le monde en 2019. Eolien et sol...

Y. Choin-Joubert : "Réalités a imaginé un nouveau contrat social pour les 12 à 18 prochains mois"

Y. Choin-Joubert : "Réalités a imaginé un nouveau contrat social pour les 12 à 18 prochains mois"

Le développeur Réalités a pris des mesures fortes pour faire face à la crise sanitaire. Yoann Choin-Joubert, PDG du groupe, les détaille et explique à...

La veille urbaine du 3 avril 2020

La veille urbaine du 3 avril 2020

Amundi qui serait sur le point de signer le Tangram à Malakoff, Carmila et MRM qui reportent leurs assemblées générales… Décideurs vous propose une sy...

P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de tous"

P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de t...

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de c...

C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs"

C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs"

Le sujet de la dette est crucial pour l’industrie immobilière dans cette période de confinement et de crise sanitaire. Christophe Murciani, directeur...

La veille urbaine du 2 avril 2020

La veille urbaine du 2 avril 2020

Le guide sanitaire du BTP disponible, Accor qui met en place des mesures drastiques, La Française REM qui acquiert le siège social de Rexel, les diffi...

R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein des acteurs immobiliers"

R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein de...

Conseil dédié aux utilisateurs, Bluebird Immobilier est particulièrement sollicité par ses clients en cette période. Raphaële Garrigoux, associée fond...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message