La veille urbaine du 23 mars 2020

Les architectes qui refusent une reprise « à risque » des chantiers, les assureurs qui s’engagent à différer le paiement des loyers des PME et TPE en difficulté, la BEI qui accorde un financement de 250 M€ à in’li, le premier investissement de Greencoat Renewables en France… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 23 mars 2020.

Les architectes qui refusent une reprise « à risque » des chantiers, les assureurs qui s’engagent à différer le paiement des loyers des PME et TPE en difficulté, la BEI qui accorde un financement de 250 M€ à in’li, le premier investissement de Greencoat Renewables en France… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 23 mars 2020.

Les actualités liées au coronavirus

Les architectes refusent une reprise « à risque » des chantiers

Suite à l’accord du gouvernement avec les représentants des artisans et entreprises du BTP sur la reprise des chantiers, l’ordre nationale des architectes a fait savoir que la profession qu’il représente « ne pourra s’occuper de leur réouverture et de la reprise des travaux que si les conditions le permettent ». Les architectes ont organisé en urgence la sécurisation et les arrêts de chantier ce début de semaine avec les entreprises du BTP. « Ils l’ont fait en concertation avec la maîtrise d’ouvrage, et en cohérence avec les déclarations du Président de la République et du Premier Ministre le week-end dernier », indique le communiqué de presse. Et d’ajouter : « Ils ne pourront s’occuper de leur réouverture et de la reprise des travaux que si les conditions le permettent, conditions et garanties qu’ils évalueront avec les coordonnateurs SPS, les entreprises et la maîtrise d’ouvrage ». Le Conseil national de l’ordre des architectes rappelle que les chantiers sont arrêtés en Italie, et que pendant deux mois toute activité économique a été suspendue en Chine à l’exception de l’industrie médicale et de l’alimentation. » Aujourd’hui les timides reprises des chantiers en Chine se font avec des mesures drastiques qui nécessitent des moyens et du matériel qui manquent cruellement en France, critique l’organisme. Avant de faire prendre des risques aux ouvriers, alors que le discours officiel est un confinement renforcé de la population, le gouvernement doit donc peser l’impact d’une décision qui risque d’être éphémère. Nous considérons que les conditions ne sont pas remplies pour une reprise rapide des chantiers, et nous ne le permettrons pas si nous estimons qu’un seul acteur, maître d’ouvrage, entreprise ou maîtrise d’œuvre prend des risques inconsidérés pour des motifs macroéconomiques ». Denis Dessus, président du Conseil national de l’ordre des architectes appelle néanmoins à « la mise en place d’un service minimum d’intérêt général pour répondre aux besoins d’urgence chez les particuliers et dans les bâtiments de service public ».

La Ville de Paris suspend les chantiers dont elle est commanditaire

Au septième jour d’application des mesures de confinement, la Ville de Paris a indiqué avoir suspendu l’ensemble des chantiers dont elle est commanditaire, hormis ceux relevant de mesures de mise en sécurité. Aucune nouvelle autorisation de travaux n’est plus délivrée.

Vinci s’attend à une baisse prononcée mais limité dans le temps de son CA

La pandémie a un impact « significatif » sur les activités de Vinci. Le trafic passagers des plateformes gérées par Vinci Airports s’est fortement dégradé en mars avec une baisse estimée de l’ordre de 40 % sur les trois premières semaines du mois. Celle-ci s’est accentuée dans les derniers jours à la suite des mesures de confinement et de fermeture des frontières décidées par certains pays. Un plan de réduction des dépenses opérationnelles et de décalage des investissements est actuellement mis en œuvre sur l’ensemble des plateformes. Le trafic des réseaux interurbains de Vinci Autoroutes s’est ensuite contracté (baisse estimée du 1er au 20 mars de 16 %, dont véhicules légers -19,1 % et poids lourds -0,4 %). Les mesures de confinement prises récemment en France ont accentué la baisse du trafic. « Celle-ci reste toutefois moins prononcée pour les poids lourds, conséquence du maintien d’un niveau d’activité économique minimum dans le pays », précise le communiqué de presse. Dans le contracting, la mise en place des mesures de confinement en France a entraîné, à partir du 16 mars, une interruption de « très nombreux » chantiers. A l’international, la situation est, à ce jour, plus contrastée. « En dépit d’importantes difficultés logistiques, l’activité a pu être maintenue dans de nombreux pays dans le respect des règles sanitaires en vigueur, souligne Vinci. C’est notamment le cas en Asie du Sud-Est, en Océanie, au Moyen-Orient, en Afrique, en Amérique latine ainsi que dans certains pays européens et Etats américains. » Vinci a mis en place un dispositif de télétravail pour les collaborateurs dont la présence sur site n’est pas requise, notamment dans les sièges en France et dans un certain nombre de pays. Par ailleurs, « de nombreuses entreprises » du groupe ont entamé des démarches auprès des autorités compétentes afin de mettre en place des mesures d’activité partielle. Au global, le groupe s’attend à devoir faire face à une baisse prononcée « mais limitée dans le temps » de son chiffre d’affaires. Il met en œuvre dans ses différents pôles de métiers les mesures « permettant d’ajuster les dépenses et de revoir le phasage des investissements ». Pour autant, il entend être en position de rebondir rapidement, tant dans les métiers du Contracting que dans les concessions, dès que la crise sanitaire aura été maîtrisée.

Les assureurs s’engagent à différer le paiement des loyers pour les PME et les TPE en difficulté

Dans le prolongement des mesures d’urgence annoncées la semaine dernière, et de celles mises en place individuellement par ses membres, la FFA a présenté à Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, de nouvelles mesures de solidarité. Les membres de la FFA s’engagent notamment à différer le paiement des loyers pour les PME et les TPE appartenant à l’un des secteurs dont l’activité est interrompue en application de l’arrêté du 15 mars 2020.

Icade va étudier au cas par cas l’instauration de mesures de place pour ses locataires TPE et PME en difficulté

Pour ses locataires TPE et PME en difficulté, et conformément aux annonces faites par le Président de la République et le gouvernement, Icade étudiera au cas par cas, la mise en place des mesures de place qui ont été recommandées par les associations de bailleurs (FSIF notamment) pour passer cette période difficile (report temporaire de loyer pour ces cas particuliers). Concernant ses partenaires opérateurs de santé, « ils sont très sollicités dans le cadre du dispositif sanitaire mis en place », selon le communiqué. Au-delà des dispositifs gouvernementaux qui seront mis en œuvre pour soutenir ses acteurs, Icade étudiera également « avec chacun d’entre eux les mesures ad hoc pour traverser cette période. »

Gecina met en place des mesures pour ses locataires TPE et PME

Concernant les TPE et les PME appartenant à l’un des secteurs dont l’activité est interrompue en application du I de l’article 1er de l’arrêté du 15 mars 2020 portant diverses mesures relatives à la lutte contre la propagation de l’épidémie de Covid-19, Gecina a fait savoir que les loyers et charges seront appelés mensuellement et non plus trimestriellement. En parallèle, le recouvrement des loyers et charges est suspendu à partir du 1er avril 2020, et pour les périodes postérieures d’arrêt d’activité imposées par l’arrêté. Lorsque l’activité reprendra, les loyers et charges de cette période feront l’objet de différés de paiement ou d’étalements sans pénalité ni intérêts de retard « et adaptés à la situation des entreprises en question ». « Ces mesures seront appliquées de façon automatique et sans considérer leur situation particulière pour les TPE / PME dont l’activité a été interrompue par l’arrêté susmentionné », indique la foncière. Concernant les TPE et PME dont l’activité, sans être interrompue, a été fortement dégradée par la crise, leur situation sera étudiée au cas par cas, « avec bienveillance en fonction de leur réalité économique ».

Total réduit ses investissements

(©D.R.)
Patrick Pouyanné, PDG de Total a adressé un message jeudi dernier à ses salariés « pour les mobiliser face aux défis que le groupe traverse ». Après avoir rappelé la résilience dont les équipes ont su faire preuve lors de la crise pétrolière de 2015-2016, ainsi que les deux piliers de la stratégie du groupe que constituent le point mort organique inférieur à 25 $ le baril et un faible niveau d'endettement pour faire face à cette forte volatilité, il a annoncé un plan d'actions se basant sur trois axes. Des économies de capex de plus de 3 Mds$, soit plus de 20 %, de façon à ce que les investissements nets 2020 soient inférieurs à 15 Mds$, ainsi que des économies de 800 M$ en 2020 sur les coûts opératoires par rapport à 2019 au lieu des 300 M$ annoncés précédemment. Le troisième axe concerne la suspension du programme de rachat d'actions : la société avait annoncé le rachat de 2 Mds$ en 2020, 550 M$ d'actions ayant déjà été rachetés au cours des deux premiers mois de l'année.

Le reste des actualités

5 groupements sélectionnés pour la conception et la réalisation d’un pôle sportif et d’un programme de logements étudiants à Paris-Saclay

Emplacement du Lot C3.4 au sein du quartier de l'Ecole polytechnique (©EPA Paris-Saclay)
L’EPA Paris-Saclay et Toit et Joie – Poste Habitat, désigné lauréat de la consultation de bailleurs et de gestionnaires pour le lot C3.4, ont désigné 5 groupements en vue de la réalisation d’un programme mixte de logements étudiants sociaux de 260 lits et d’un pôle sportif au sein du quartier de l’Ecole polytechnique du Campus de Paris-Saclay. L’EPA Paris-Saclay est maître d’ouvrage du pôle sportif et Toit et Joie – Poste Habitat est maître d’ouvrage de la résidence étudiante. Une convention de groupement de commandes a été signée entre les deux maîtres d’ouvrage pour la réalisation du programme. A la suite de l’avis d’appel public à la concurrence lancé en janvier 2020, le jury qui s’est tenu début mars a sélectionné 5 groupements entreprises / architectes qui pourront remettre leur offre pour le lot C3.4 : Maître Cube / Suzel Brout ; Hervé / Vincent Lavergne ; Arbonis / L’Atelier Senzu ; Bouygues Bâtiment Ile-de-France / Architectures Raphaël Gabrion ; SPIE Batignolles / RMDM Architectes

La BEI accorde un financement de 250 M€ à in’li

La Banque Européenne d’Investissement a annoncé la signature d’un accord de financement de 250 M€ avec in’li, la filiale du groupe Action Logement dédiée au logement intermédiaire en Ile-de-France. Cette première opération entre la BEI et in’li « marque une étape importante pour l’accélération de construction de logements sociaux dans la Région ». In’li compte construire près de 80 000 nouveaux logements d’ici les dix prochaines années, dont 37 200 prévus au cours des cinq premières, pour un montant total d’investissement de 4,3 Mds€. Ces nouvelles constructions seront essentiellement concentrées à Paris et dans 76 municipalités environnantes. Le prêt accordé par la BEI, dans le cadre du fonds européen d’investissement stratégique (FEIS) appuiera ces ambitions, en finançant 2 580 nouvelles constructions et en offrant à in’li des sources de financement nécessaires pour soutenir le lancement de son programme. « Depuis que la pandémie de coronavirus frappe l’Europe, la BEI est pleinement mobilisée avec la Commission européenne pour déployer un plan de soutien allant jusqu’à 40 Mds€ d’aides aux PME les plus durement touchées, explique Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI. Mais elle poursuit en parallèle ses missions de financement à long terme de l’économie, pour favoriser le rebond économique lorsqu’il se produira avec un accent mis sur la lutte contre le changement climatique. Dans ce cadre, favoriser le marché du logement et de la construction en Ile-de-France à travers ce prêt accordé à In’li répond à une triple priorité : améliorer l’emploi, réduire la consommation énergétique des logements et assurer aux PME du bâtiment, notamment, un volant d’activité suffisant pour assurer leur relance. »

Greencoat Renewables réalise un premier investissement en France

Greencoat Renewables, opérateur dépendant du gestionnaire britannique Greencoat Capital, a signé un accord pour acquérir un portefeuille de trois parcs éoliens en exploitation en France auprès de John Laing Group. Le montant de la transaction s’élève à 30,3 M€. Le portefeuille est assorti d'un financement de projet à taux fixe à long terme sur 16 ans et a une valeur nette d'entreprise globale de 95 M€. Cette opération marquera le premier investissement de la société sur le marché des énergies renouvelables en Europe continentale. Les actifs bénéficieront du régime tarifaire de la France qui garantit un prix fixe pour l'électricité produite par l'actif. Le premier est situé à Passilly (20 MW), la deuxième à Sommette (21,6 MW) et le troisième à Saint Martin (10,3 MW). L'acquisition sera finalisée après approbation réglementaire française et sera financée par la ligne de crédit de 380 M€ de la société. De Gaulle Fleurance & Associés et CMS Cameron McKenna Nabarro Olswang ont accompagné John Laing Group dans cette opération. Greencoat Renewables a quant à lui été conseillé par le cabinet Norton Rose Fulbright.

Par François Perrigault (@fperrigault) et Boris Beltran (@bobobeltran)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 6 avril 2020

La veille urbaine du 6 avril 2020

Le marché du résidentiel ancien en mode pause, les fournisseurs d'énergie alternatifs qui attaquent le régulateur, Alexandre Claudet qui rejoint Fonci...

Les énergies renouvelables impriment une dynamique soutenue dans le monde

Les énergies renouvelables impriment une dynamique soutenue dans le monde

D'après l'Irena, les énergies renouvelables ont représenté les trois quarts des ajouts de capacités énergétiques dans le monde en 2019. Eolien et sol...

Y. Choin-Joubert : "Réalités a imaginé un nouveau contrat social pour les 12 à 18 prochains mois"

Y. Choin-Joubert : "Réalités a imaginé un nouveau contrat social pour les 12 à 18 prochains mois"

Le développeur Réalités a pris des mesures fortes pour faire face à la crise sanitaire. Yoann Choin-Joubert, PDG du groupe, les détaille et explique à...

La veille urbaine du 3 avril 2020

La veille urbaine du 3 avril 2020

Amundi qui serait sur le point de signer le Tangram à Malakoff, Carmila et MRM qui reportent leurs assemblées générales… Décideurs vous propose une sy...

P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de tous"

P. Duval (Groupe Duval) : "Cette crise appelle une solidarité unanime et une responsabilisation de t...

Acteur ayant intégré l’ensemble de la chaîne de valeur des métiers de l’immobilier, le Groupe Duval a de nombreux sujets à gérer en cette période de c...

C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs"

C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs"

Le sujet de la dette est crucial pour l’industrie immobilière dans cette période de confinement et de crise sanitaire. Christophe Murciani, directeur...

La veille urbaine du 2 avril 2020

La veille urbaine du 2 avril 2020

Le guide sanitaire du BTP disponible, Accor qui met en place des mesures drastiques, La Française REM qui acquiert le siège social de Rexel, les diffi...

R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein des acteurs immobiliers"

R. Garrigoux (Bluebird Immobilier) : "Cet arrêt sur image forcé va ramener de la sérénité au sein de...

Conseil dédié aux utilisateurs, Bluebird Immobilier est particulièrement sollicité par ses clients en cette période. Raphaële Garrigoux, associée fond...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message