La veille urbaine du 17 septembre 2020

Le T2 qui confirme la profondeur de la crise du logement neuf, Weinberg Capital Partners qui cède le premier actif de son fonds value-add à Savills IM, Thomas Degos nommé directeur exécutif résidentiel de Gecina, l’Etat qui annonce un effort historique en faveur des énergies renouvelables… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 17 septembre 2020.

Le T2 qui confirme la profondeur de la crise du logement neuf, Weinberg Capital Partners qui cède le premier actif de son fonds value-add à Savills IM, Thomas Degos nommé directeur exécutif résidentiel de Gecina, l’Etat qui annonce un effort historique en faveur des énergies renouvelables… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 17 septembre 2020.

Le T2 confirme la profondeur de la crise du logement neuf

Le deuxième trimestre a été marqué par un mois et demi de confinement dans la promotion, pendant lequel toute la chaîne de production a été paralysée, en même temps que les ventes. Côté offre, les mises en vente avaient déjà baissé de 15 % entre 2018 et 2019. Elles ont littéralement plongé au premier semestre (-46,7 %), avec un T2 particulièrement faible (-53,8 %, soit 20 000 logements de moins qu’au T2 2019). « Les élections municipales, la tentation de la décroissance et, plus récemment, l’épidémie, conduisent à une raréfaction des logements neufs, qui se reflète dans les prix de vente (+3,2 %) », précise le communiqué de presse. Côté demande, les ventes au détail avaient diminué de 5 % au T4 2019. Elles ont subi les effets du confinement, avec une baisse de 37,6 % au premier semestre, dont -51,4 % au T2. L’investissement locatif souffre encore plus (-54,7 %) que l’accession à la propriété (-48,2 %). « Avec le déconfinement, elles ont repris mais restent en net retrait par rapport aux rythmes habituels : la peur de l’avenir pèse lourdement sur la confiance des ménages », selon la FPI. Les achats en bloc opérés par quelques grands opérateurs (+39,1 % au T2) tempèrent cet effondrement. « Ce trimestre est lourd de menaces, tant sur l’offre que sur la demande : la crise est bel et bien là, mais nous avons le sentiment que sa gravité n’est pas comprise, s’alarme Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France. A bas bruit, on installe peu à peu le secteur du logement dans un modèle décroissant. C’est le plus sûr moyen d’aggraver la pénurie de logements, y compris sociaux, et de retarder l’émergence de la ville durable dont nous avons besoin ».

Les logements évolutifs entreront en vigueur le 1er janvier 2021

L’obligation de construire des logements neufs avec des salles de bain adaptables avec zéro ressaut de douche sera effective le 1er janvier 2021 pour les appartements en rez-de-chaussée et les maisons individuelles en lotissement ou destinées à la location. Elle sera étendue au 1er juillet 2021 à l’ensemble des appartements desservis par ascenseur. « L’Etat accompagnera les acteurs de la construction et de la promotion immobilière dans la prise en compte de ces nouvelles obligations, en leur apportant l’appui de la Délégation ministérielle à l’accessibilité (DMA) et de la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP), précise le communiqué de presse. En parallèle, la concertation se poursuivra avec les acteurs de la construction pour approfondir les réponses à apporter aux besoins des personnes en situation de handicap formalisés par le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH). » L’arrêté entérinant ces dispositions, validé par la Ministre en charge du Logement et la Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre en charge des Personnes Handicapées, vient d’être publié au Journal Officiel.

DHL Express investit 170 M€ dans son nouveau HUB à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle

(©D.R.)
DHL Express vient d’investir 170 M€ dans son nouveau HUB à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. À elle seule, sa chaîne de tri représente un investissement de 45 M€. Dès sa mise en service en octobre 2021, le site devrait avoir une capacité de traitement de 38 000 colis / heure, soit 15 fois plus que l’installation actuelle. Il accueillera entre 500 et 600 collaborateurs qui évolueront au sein de 34 000 m² de surface d’exploitation. La construction débutée en mars 2020 est implantée sur un terrain de 91 000 m² et pourra être agrandie dans le futur pour répondre à la hausse des échanges, sans interruption d’activité. Le HUB DHL Express de Paris-Charles de Gaulle se veut respectueux de l’environnement :  éclairage LED avec détecteurs de présence, chaîne de tri à moteurs haut rendement IE4, air conditionné haute performance énergétique, etc. Le site s’inscrit dans l’objectif zéro émission à horizon 2050 fixé par le Groupe Deutsche Post DHL.

Stam Europe acquiert deux immeubles au sein de l’ensemble Pantin Manufacture

 Stam Europe a acquis dans le cadre d’un processus off-market, pour le compte du fonds Madeleine, un ensemble immobilier de bureaux d’environ 13 000 m² à Pantin, au sein du complexe Pantin Manufacture. L’ensemble immobilier est composé de deux immeubles indépendants d’environ 5 000 m² et 8 000 m², livrés en 2002 et 2003, respectivement élevés de cinq et huit étages sur rez-de-chaussée à usage de bureaux et de deux niveaux de sous-sol à usage de parking. Les deux immeubles sont intégralement loués à la DVNI (Direction des vérifications nationales et internationales) ainsi qu’au groupe Legrand. « Cette opération, qui constitue le neuvième actif du fonds Madeleine, vient s’ajouter au portefeuille d’actifs core/core+ de bureaux localisés à Paris et sa 1ère couronne que nous avons constitué, commente François Orliaguet, investment manager chez STAM Europe. Ces deux actifs s’inscrivent parfaitement dans la stratégie du fonds Madeleine, avec une localisation établie, un flux de loyer sécurisé ainsi qu’un axe de création de valeur à horizon long terme. L’immeuble occupé par la DVNI, locataire historique de la zone Pantin Manufacture, permettra de bénéficier d’un revenu sécurisé, tandis que l’engagement de construire pris sur l’immeuble actuellement occupé par le Groupe Legrand permettra, à horizon 2025, de proposer un immeuble neuf, adapté aux attentes futures des utilisateurs et bénéficiant des derniers standards environnementaux. » Le fonds Madeleine a été conseillé par l’étude Lasaygues, le cabinet d’avocats DLA Piper, le groupe Nomad Conseil ainsi que par Catella.

Weinberg Capital Partners cède le premier actif de son fonds value-add à Savills IM

Weinberg Capital Partners a cédé le premier actif de son fonds value-add à Savills IM pour le compte d’un investisseur étranger. L’ensemble immobilier, situé au 19 rue de Calais dans le 9e arrondissement de Paris, a été entièrement restructuré en moins de 12 mois par le vendeur et loué à la société Izipzi dans le cadre d'un bail de 6 ans ferme. « Cette opération, réalisée pour le compte de notre dernier fonds value-add démontre le savoir-faire de l’équipe WCP y compris dans un environnement complexe, explique Jean-Philippe Olgiati, directeur général des activités immobilières de la plateforme WCP. Une vraie réussite ; de quoi renforcer nos convictions pour le bureau à Paris et poursuivre nos acquisitions sur cette classe d’actif. » Pierre Escande, head of investment France, BeLux de Savills IM, ajoute : « Nous sommes très heureux de cette nouvelle acquisition off-market initiée lors du confinement qui permet à notre client de renforcer son portefeuille d’actifs bureaux Core à Paris. Savills IM reste à l'écoute d'opportunités d'investissement core pour le compte de ses clients ayant la capacité à se positionner en full equity. » L’acquéreur a été conseillé par Savills IM, l’étude notariale Allez & Associés, le cabinet d’avocats Mayer Brown, KPMG et CBRE Design & Projects. Le vendeur a été conseillé par Catella, l’étude notariale Wargny Katz, le cabinet d’avocats Pardieu Brocas Maffei, Simmons & Simmons et Deloitte.

Aviva Investors signe un entrepôt de 35 000 m² près d’Angers

(©Les Ateliers 4+ / Visualimo)
Aviva Investors a acquis, pour le compte de l'un de ses mandants, un entrepôt à construire à Verrières-en-Anjou (49). L’actif, qui développera une surface d’environ 35 000 m², est situé dans le parc d’activités de l’Océane, à proximité d’Angers. Cette acquisition est réalisée auprès de Percier Réalisation et Développement (PRD) qui développe l’opération depuis 2018. La construction sera réalisée par PRD pour une livraison programmée au 3e trimestre 2021. L’actif est intégralement pré-loué, sur le long terme, à un locataire de premier ordre. Cet entrepôt vise la certification Breeam Good. Dans cette transaction, Aviva Investors était conseillé par Ecor Ingénierie, le cabinet DLA Piper et l’étude Screeb. PRD était conseillé par EOL et le cabinet d’avocats Realex.

Crédit Suisse et Belvedere Capital signent une plateforme de 28 000 m² en région lyonnaise

Credit Suisse Asset Management et Belvedere Capital ont réitéré en juillet l’acquisition en VEFA d’une plateforme logistique de 28 000 m² à Montagnat, en région lyonnaise, pour un fonds géré par Credit Suisse Asset Management. Le projet, qui bénéficie d’une capacité d’extension de 6 000 m², est entièrement pré-loué sur une période ferme de 9 ans dans le cadre d’un BEFA signé avec un acteur de la distribution. La plateforme bénéficierades certifications BREEAM Very Good et Energy Star Rating. Elle disposera de plus d’une centrale photovoltaïque en toiture. Le chantier a été lancé début août. « Nous sommes ravis d’avoir conclu l’achat d’une première plateforme logistique en France durant cette période mouvementée, annonce Joachim von Radecke, head acquisitions & sales EMEA au Credit Suisse. Cette nouvelle acquisition correspond à la stratégie de nos fonds en termes de développement durable et répond aux enjeux environnementaux à venir ». Les associés-fondateurs de Belvedere Capital, Bruno Cohen et Silvio Estienne, ajoutent : « Nous avons un appétit très fort pour les actifs ou portefeuilles logistiques résilients, loués ou en blanc, bénéficiant des meilleures caractéristiques techniques et environnementales, et localisés dans des marchés stratégiques et sous-offreurs disposant d’un bassin d’emploi profond. Nous sommes en exclusivité d’étude sur d’autres sujets logistiques qui répondent à ces critères exigeants. » C’est la 3e acquisition réalisée par Belvedere Capital et un fonds géré par Credit Suisse sur le marché français. L’acquéreur était conseillé par l’étude notariale C&C, le cabinet d’avocats CMS Francis Lefebvre, Etyo et Siemens pour les due diligence technique et énergétique, et Cushman & Wakefield pour la due diligence commerciale. Le vendeur était conseillé par l’étude Alcaix & Associés, Fabien Lefebvre avocat, Immasset comme AMO et Arthur Loyd.

Extendam saisit une opportunité d’investissement en Espagne

Extendam reprend la construction d’un nouvel hôtel économique de 230 chambres en Espagne dans l’hypercentre de Madrid.  Cette opération est le fruit d’une opportunité née pendant le confinement et qu’Extendam a concrétisé « dans des conditions intéressantes » avec l’exploitant Continuum Hospitality Group. Les travaux redémarreront en novembre 2020 et l’hôtel devrait ouvrir post crise sanitaire, fin 2022. « L’Espagne est le 2e pays le plus visité au monde après la France, devant les Etats-Unis, détaille Jean-Marc Palhon, président d’Extendam. Elle fait partie des territoires européens où il est encore possible de développer de nouveaux projets hôteliers en toute confiance en raison d’une réelle profondeur de marché. Les réserves foncières y sont certes contraintes, mais bien moins qu’en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne ou en Italie, créant ainsi les conditions propices au développement de nouveaux projets de construction ou de rénovation ; ces conditions sont par ailleurs amplifiées par des facteurs propres à l’Espagne très favorables à l’investissement dans l’hôtellerie, notamment économique. Des constantes de fréquentation et d’investissement qui devraient être toujours d’actualité post crise sanitaire, au moment où l’hôtel ouvrira, dans deux ans. » Ce projet constitue la 4e opération menée avec Continuum Hospitality Group.

Unibail-Rodamco-Westfield dévoile son plan « Reset »

Unibail-Rodamco-Westfield a annoncé le lancement d’un plan « Reset » de 9 Md€ pour renforcer son bilan et sa flexibilité financière au service de sa stratégie de long terme. Dans ce cadre, la foncière entend réaliser une augmentation de capital de 3,5 Mds€ qui sera utilisée pour réduire son endettement. BofA Securities, BNP Paribas, Crédit Agricole Corporate and Investment Bank, Goldman Sachs International, J.P. Morgan et la Société Générale garantissent intégralement l'augmentation de capital. Eastdil Secured, Kempen, Lazard et Rothschild & Co conseillent par ailleurs le groupe. Unibail-Rodamco-Westfield compte également limiter les distributions de dividendes au cours des deux prochaines années pour économiser 1 Md€ de cash. Une réduction de 0,8 Md€ est également prévue au niveau du pipeline de développement et des dépenses en capex. En parallèle, un programme de cessions de 4 Mds€ sera complété d’ici fin 2021. « Nous avons décidé de renforcer notre bilan afin de maintenir une notation robuste et de nous donner de la flexibilité dans un monde imprévisible », explique Christophe Cuvillier, CEO du groupe.

CNP Assurances lance une SCP pour investir dans l’immobilier parisien haut de gamme

CNP Assurances a créé un support en unités de compte spécifique, CNP Immo Prestige, qui permet à ses clients d’accéder à des immeubles exclusivement parisiens situés dans le quartier central des affaires, labélisés au niveau environnemental et de la performance énergétique. Exclusivement réservé aux clients de CNP Assurances, qui détient l’ensemble de ces actifs immobiliers dans son portefeuille, le support CNP Immo Prestige est accessible au sein de la gamme de contrats d’assurance vie ou de capitalisation de CNP Patrimoine. « Dans le contexte persistant actuel de taux bas et de forte volatilité des actifs financiers, CNP Immo Prestige représente une véritable opportunité d’investir dans l’immobilier de prestige parisien, plus résilient en cas de crise et potentiellement plus rentable sur la durée », explique François Guilgot, co-directeur de la business unit ingénierie et clientèle patrimoniale de CNP Assurances.

Aberdeen Standard Investments financent trois bailleurs sociaux français à hauteur de 90 M€

Aberdeen Standard Investments a financé trois bailleurs sociaux français pour les aider à atteindre leurs objectifs de développement de logements sociaux au cours des prochaines années et à diversifier leurs profils de financement. Ces transactions prévoient trois financements à long terme apportés à la fois sous forme de prêts remboursables en une fois ou par amortissement, d’une durée de vie moyenne pondérée comprise entre 25 et 30 ans ; un profil d'échéance adapté afin de correspondre aux engagements de retraite de Phoenix Group ; un surcroît de rendement possible et une exposition diversifiée grâce à des opportunités sur la dette privée.

Keys Asset Management et Bouygues Construction s’associent pour developper build to rent en France

Keys Asset Management, spécialisé dans la gestion d’actifs immobiliers, et Linkcity, filiale de développement immobilier de Bouygues Construction, s’associent pour créer un véhicule d’investissement en vue de développer le build to rent (BTR). Il s’agit d’une offre de logement locatif « tout compris », destinée aux familles et ménages des grandes métropoles françaises. Ce modèle, déjà développé en Grande-Bretagne, notamment par Linkcity UK, est une première en France selon le communiqué de presse. « L’enjeu pour Linkcity est de contribuer aux nouveaux modes d’habitation en proposant une offre innovante qui privilégie l’usage par rapport à la propriété. Les familles sont les grands oubliés des nouvelles tendances du logement et le build to rent vient répondre, dans notre pays, à une demande que nous estimons à 15% du marché locatif libre », déclare Martial Desruelles, directeur général de Linkcity France. Ces résidences seront composées de logements familiaux « prêts à vivre ». Elles comporteront des surfaces partagées telles que des salons de lecture ou TV, un rooftop, une salle de sport ou encore un espace de coworking, particulièrement utile en période de télétravail. Les résidents des immeubles Build to Rent développés par Linkcity pourront également solliciter leur conciergerie connectée, accédant ainsi à des services d’aide à la personne (ménage, jardinage, bricolage, etc.) ou aux services de commande à distance des commerçants de leur quartier. Ces logements bénéficieront de cuisines équipées et ils bénéficieront de la technologie de bâtiments connectés Wizom Connected, développée par Bouygues Construction. Keys Asset Management et Linkcity s’engagent enfin à construire et opérer des bâtiments économes en énergie et à faible impact carbone. « Nous nous réjouissons du lancement de ce partenariat build to rent avec Bouygues Construction au travers de sa filiale Linkcity et de participer ainsi au développement d’une nouvelle solution de logements répondant à des attentes croissantes du marché locatif. Cette stratégie viendra alimenter l’offre de Keys Asset Management aux investisseurs institutionnels, elle s’inscrira dans une démarche d’impact investing et contribuera au développement de villes inclusives et durables, en oeuvrant à la fluidification du marché du logement et à l’amélioration de la qualité de vie des classes moyennes en zones urbaines », conclut Pierre Mattei, co-fondateur du groupe Keys Asset Management.

GSE développe un programme R&D « Bâtiment Responsable »

Brice Pigaglio
GSE renforce son offre en termes de performance énergétique et environnementale. « Nous avons constaté que, pour certains clients, ces démarches peuvent être lourdes, coûteuses, et même paraître plus administratives que concrètes pour répondre à leur sensibilité environnementale », explique Roland Paul, président de GSE. Avec l’ambition de renforcer son expertise environnementale, GSE a donc décidé de créer un programme R&D « Bâtiment Responsable », mené conjointement par les services certifications environnementales et RSE de GSE. Ce nouveau programme a pour objectif de développer une offre nouvelle, qui doit offrir aux clients de GSE un panel de solutions techniques. Trois niveaux de performance seront développés. Un premier niveau de base, déjà mis en œuvre par GSE, et deux niveaux supplémentaires intégrant des solutions « innovantes, voire très innovantes ». Brice Pigaglio, âgé de 28 ans, ingénieur Projets chez GSE depuis plus de 3 ans, a été nommé responsable du développement de cette offre. Il est diplômé de l’INSA Lyon et de l’Ecole Nationale d’Architecture de Lyon.

Prologis lance une plateforme d’approvisionnement pour faciliter les opérations de ses clients

Prologis a lancé sa plateforme Prologis Essentials Marketplace en Europe, une offre de produits et services qui permet à ses clients de s’équiper ou de développer leurs plateformes logistiques « avec des produits fiables et durables, et ce à moindre coût ». « Notre présence mondiale permet à nos clients de bénéficier de services et de produits d’approvisionnement innovants et testés, à des tarifs attractifs sur le marché, complète Ben Bannatyne, président de Prologis Europe. La compréhension que nous avons des besoins business de nos clients, ainsi que notre réseau établi de fournisseurs nous permet d’apporter des solutions qui vont au-delà de l’enjeu immobilier. Grâce à Prologis Essentials Marketplace, nos clients peuvent tirer parti de produits tels que l’éclairage LED « intelligent », améliorant le bien-être des employés et la consommation d’énergie, les systèmes d’énergie solaire, le rayonnage et les chariots élévateurs. Et ce grâce à des processus maîtrisés et efficaces, que ce soit au démarrage de l’activité ou pour la mise à niveau de celle-ci. » L’objectif de cette plateforme d’approvisionnement est de proposer prochainement des services de gestion des bâtiments et de services clients.

WeMaintain s’installe à Londres

Moins de trois ans après son lancement, WeMaintain annonce l’ouverture d’un bureau à Londres. La capitale britannique représente est un tremplin de croissance pour la startup française qui, pour se développer, compte sur ses clients historiques tels que Engie Solutions, BNP Paribas REPM, ou encore Sodexo, et sur la traction de ses premières signatures locales avec L&Q, Westbury Residential, Business Design Centre (Islington) ou encore Meadow Partners. « Le succès que nous rencontrons en France est un indicateur fort des besoins du secteur, explique Benoît Dupont, CEO et co-fondateur de WeMaintain. Les problématiques de nos clients français sont en grande partie similaires à celles que nous avons identifiées outre-manche. Londres est donc un endroit idéal pour prouver la réplicabilité de notre modèle. » L’équipe de WeMaintain au Royaume-Uni est menée par Tom Harmsworth, ancien service delivery Manager chez Otis et co-fondateur d’une société d’ascenseurs.

Thomas Degos nommé directeur exécutif résidentiel de Gecina

(©Wikipedia - XIIIfromTOKYO [CC BY SA4.0])
Gecina renforce sa direction résidentielle avec la nomination de Thomas Degos, ancien préfet et ancien directeur général des services de la Métropole du Grand Paris en tant que directeur exécutif résidentiel. Franck Lirzin est nommé directeur exécutif adjoint aux côtés de Thomas Degos. Cette organisation doit assurer la continuité du processus et de l’élan provoqués par la filialisation, et permettre d’engager une nouvelle phase dans le développement de la filiale résidentielle. Thomas Degos aura pour feuille de route de poursuivre le déploiement des marques YouFirst Residence et YouFirst Campus, notamment par la digitalisation et le déploiement de nouveaux services. Thomas Degos, 48 ans, diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence, l’EHESS et de l’ENA, promotion « Cyrano de Bergerac » (1999), dispose d’une expérience de plus de 20 ans au sein de la haute-fonction publique. Après un début de carrière au sein du corps préfectoral dans les Pyrénées-Orientales et en Guadeloupe, il prend plusieurs responsabilités au sein du secrétariat général du ministère de l'Intérieur. Il rejoint en 2007 le cabinet de Bernard Accoyer, président de l’Assemblée Nationale, puis intègre successivement les cabinets ministériels de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie en tant que directeur de cabinet adjoint (2008-2010) et de Maurice Leroy, ministre de la Ville, en charge du projet "Grand Paris" en tant que directeur de cabinet (2010-2011). Préfet de Mayotte (2011-2013), directeur général à l'Outre-mer (2013-2015), préfet du Morbihan (2015-2016), il est nommé directeur général des services de la Métropole du Grand Paris en 2016. Il quitte le Grand Paris en 2018 pour prendre la direction du cabinet d'Annick Girardin, ministre des Outre-Mer (avril 2018-novembre 2019), avant d’être nommé délégué interministériel de la task force sur le coronavirus en mars 2020.

L'alliance des villes européennes engagées dans la régulation des meublés touristiques pousse ses propositions auprès de Margrethe Vestager

L'alliance des villes européennes engagées dans la régulation des meublés touristiques a rencontré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission Européenne. En amont de la divulgation du "Digital Services Act", et à la suite de la récente déclaration des 22 villes européennes et destinations touristiques clefs, les élus municipaux ont porté leurs propositions devant Margrethe Vestager. Ont ainsi été évoquées « la nécessité d'obtenir des plateformes et des loueurs des données fiables permettant un contrôle efficace, la responsabilité des plateformes vis-à-vis des contenus qu'elles hébergent, ou encore l'obligation pour les plateformes de faire respecter par les loueurs les obligations imposes par les législations locales ». Anne Hidalgo, maire de Paris, précise : « Nous ne sommes pas contre les plateformes, mais celles-ci doivent se plier aux réglementations locales et nationales. L'heure est venue pour l'Europe d'adopter une nouvelle approche règlementaire qui serve l'intérêt général : celui de l'accès au logement et de la qualité de vie. »

Le HCSF réitère sa recommandation en matière de crédit immobilier

Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) a tenu sa vingt-sixième séance. Il a notamment discuté des évolutions récentes du marché immobilier résidentiel. Il relève « que le marché immobilier et la production de crédit immobilier se sont redressés au cours des derniers mois après la baisse mécanique enregistrée pendant le confinement ». Il note par ailleurs que les taux sur les crédits immobiliers restent à un niveau proche de leurs plus bas historiques. Le HCSF rappelle sa recommandation aux banques de respecter un taux d’effort à l’octroi maximal de 33 % du revenu net de l’emprunteur et de veiller à ce que la durée de crédit n’excède pas 25 ans. L’ACPR recevra dans les semaines qui viennent les premières déclarations des établissements de crédit sur la mise en œuvre de la recommandation, « ce qui permettra au Haut Conseil de disposer d’un suivi détaillé et de faire une première analyse de l’impact de la recommandation à la fin de l’année. »

Olivier Sichel nommé directeur général délégué de la Caisse des Dépôts

Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts, a procédé ce jour à la nomination d’Olivier Sichel en tant que directeur général délégué. A ce titre, ce dernier bénéficiera d’une délégation de pouvoir pour assister Eric Lombard dans ses fonctions de direction. En charge de la banque des territoires, des participations stratégiques et de la transformation numérique du groupe Caisse des Dépôts, il sera responsable de la mise en application du plan de relance pour l’habitat, le tourisme, la relocalisation industrielle et le commerce, le très haut débit et la transition énergétique et environnementale. Il assurera la coordination des plans stratégiques des grandes filiales du groupe en vue de la relance qui soit durable, digitale et participative. Eric Lombard a également procédé ce jour à la nomination d’Antoine Saintoyant en tant que directeur des participations stratégiques et membre du comex de l'établissement public de la Caisse des Dépôts. Antoine Saintoyant rapportera à Olivier Sichel. Antoine Saintoyant est diplômé de l’Ecole nationale d’administration et de l’Institut d’études politiques de Paris. Il débute sa carrière en 2003 au ministère de l’Economie et des Finances à la direction générale du Trésor. De 2007 à 2009, il intègre la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne (Bruxelles) en tant que conseiller en charge des services financiers. Il regagne ensuite la direction générale du Trésor en tant que chef du bureau des Affaires bancaires puis sous-directeur banques et financements d’intérêt général. Entre 2012 et 2016, Antoine Saintoyant a également exercé la fonction de directeur de participations au sein de l’Agence des participations de l’Etat, en charge des services (Orange, La Poste, Bpifrance, FDJ, Dexia…). Depuis mai 2017, Antoine Saintoyant était conseiller et chef du pôle économie, finances, industrie au sein du cabinet du Premier Ministre, Edouard Philippe.

L’Etat annonce un effort historique en faveur des énergies renouvelables

La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), publiée en avril 2020, a défini les priorités d’action et la feuille de route des dix prochaines années en matière de politique énergétique. Le Gouvernement y prévoit de développer les énergies renouvelables. Cela se traduit par un engagement financier et des mesures de simplification pour les porteurs de projet, visant à permettre l’atteinte de l’objectif ambitieux de 33% d’énergies renouvelables en 2030, contre 17,2% fin 2019. Toutes les filières sont concernées : l’électricité, le gaz et la production de chaleur. Dans le projet de loi de finances pour 2021, le soutien aux énergies renouvelables sera accru au total de 1,3 Md€, soit une hausse d’environ 25%, pour dépasser les 6 Mds€.  S’agissant de la production d’électricité, l’objectif est de doubler d’ici 2028 la capacité de production de l’éolien terrestre, de multiplier par près de cinq celle du photovoltaïque et de lancer chaque année un appel d’offres pour l’éolien en mer. L’Etat engagera ainsi chaque année de 3 à 5 Md€ de soutien public d’ici à 2028 pour des projets d’énergies renouvelables électriques. Au-delà du soutien financier, l’Etat prévoit plusieurs mesures de simplification et d’accompagnement des énergies renouvelables, afin de faciliter et d’accélérer encore leur déploiement, comme un nouveau guichet tarifaire permettant de soutenir des installations photovoltaïques ou des simplifications administratives pour l’éolien en mer.

Nouveau coup de pouce pour les CEE

Le gouvernement a annoncé qu’un projet d’arrêté serait soumis à l’avis du Conseil supérieur de l’énergie du 29 septembre 2020 pour accroitre le niveau de soutien des Certificats d’économies d’énergie destinés aux rénovations complètes et performantes des maisons individuelles et bâtiments collectifs.  Ce « coup de pouce » traduit la volonté d’encourager davantage les ménages à s’engager dans des travaux de rénovation plus ambitieux, qui permettent de diviser par plus de deux la consommation énergétique de leur logement et de sortir des énergies carbonées. Sa valeur devrait être proportionnelle à l’économie d’énergie et à la décarbonation. Le « coup de pouce » sera cumulable avec MaPrimeRenov’. Il s’inscrit en complément des mesures spécifiques à MaPrimeRenov’ prévues dans le plan France Relance, dont les modalités seront rendues publiques avant le 1er octobre. Il est précisé que les offres éligibles devront permettre de déclencher des travaux, « ambitieux », c’est -à-dire permettant de réaliser au moins 55 % d’économies d’énergie pour les maisons et 35 % pour les bâtiments collectifs, avec une prime d’autant plus grande que l’économie d’énergie est importante, décarbonés, réalisés sur la base d’un audit énergétique, et systématiquement contrôlés par un bureau de contrôle indépendant.

19 recommandations pour l’avenir de la forêt et de la filière bois

Missionnée par le Premier ministre sur les enjeux forestiers, suite au Conseil de défense écologique de novembre dernier, la députée du Nord Anne-Laure Cattelot a remis aujourd’hui au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, et à la secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, Bérangère Abba, son rapport. Elle y formule 19 recommandations « pour donner aux forêts et au bois toute leur place dans le monde « décarboné » de demain ». La députée souligne, par ce rapport, l’urgence d’impulser à l’échelle nationale le renouvellement des forêts françaises. Il s’agit, tout à la fois, de renouveler des forêts fragilisées par les impacts du changement climatique, d’augmenter la production de graines et plants forestiers, de développer les entreprises de transformation du bois, tout en dynamisant le marché de la construction en bois, et en accélérant le virage numérique de la filière grâce à la technologie LiDAR, qui apportera une connaissance plus fine de la ressource forestière. Les propositions du rapport doivent désormais faire l’objet d’une analyse « attentive » de la part du gouvernement.

Qualité de l’air : 10 zones à faible émission vont être créées

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, ont annoncé aujourd’hui la publication d’un décret qui permettra à la France de disposer d’une dizaine de zones à faibles émissions mobilité dès 2021. Alors que quatre collectivités françaises ont d’ores et déjà mis en place des zones de ce type (Métropole de Lyon, Grenoble-Alpes-Métropole, la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris), sept nouvelles ZFE-m devront obligatoirement être mises en place par des métropoles françaises : Métropole d’Aix-Marseille-Provence, Métropole Nice-Côte d’Azur, Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, Toulouse Métropole, Montpellier-Méditerranée Métropole, Eurométropole de Strasbourg et Métropole Rouen-Normandie.

Ecov a une nouvelle vice-présidente

Dans la poursuite de son développement pour une mobilité durable en mettant en place des lignes de covoiturage de proximité avec les collectivités, Ecov annonce l’arrivée de Laure Ménétrier au poste de vice-présidente. Elle aura, entre autres, la responsabilité « d’accompagner la croissance de l’entreprise française de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) qui a pour objectif de couvrir une centaine de territoires dans les cinq prochaines années ». Elle était auuparavant adjointe au chef du service du Conseil général de l'économie (CGE) et Conseillère nouvelles mobilités auprès du Ministre chargé des transports.

Par François Perrigault (@fperrigault), Boris Beltran (@bobobeltran) et Thomas Gutperle

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 4 décembre 2020

La veille urbaine du 4 décembre 2020

Les fédérations du commerce qui dénoncent la décision de reporter les soldes, Pierre Ducret qui succède à Gilbert Emont à la direction de l’Institut P...

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Antoine Onfray rejoint Tikehau Capital

Un mois après l’annonce de son départ de Paref, Antoine Onfray a pris les fonctions de CFO Group chez Tikehau Capital. Retour sur son parcours.

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Quel loyer dans chaque commune ? L’Etat met en ligne une carte

Le ministère chargé du Logement a mis en ligne une carte interactive des loyers moyens afin de palier au manque d’informations dans les petites villes...

La veille urbaine du 3 décembre 2020

La veille urbaine du 3 décembre 2020

Un budget de 2,7 Mds€ pour l'Anah en 2021, BNP Paribas REIM qui acquiert l'ensemble « Ilot 4B » à Euronantes, Antoine Onfray nommé CFO de Tikehau Capi...

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confinement

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confineme...

Métamorphosé par la pandémie, le monde du travail se réinvente avec la mise en place massive du télétravail. De cette pratique découle un abandon part...

La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte