La veille urbaine du 17 novembre 2020

La signature d’une nouvelle promesse de vente sur l’îlot 4E de la ZAC Ivry Confluence, Freo et Cain International qui acquièrent l’immeuble Colisée II à Saint-Ouen, Stéphane Raison nommé directeur général préfigurateur d'Haropa… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 17 novembre 2020.

La signature d’une nouvelle promesse de vente sur l’îlot 4E de la ZAC Ivry Confluence, Freo et Cain International qui acquièrent l’immeuble Colisée II à Saint-Ouen, Stéphane Raison nommé directeur général préfigurateur d'Haropa… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 17 novembre 2020.

Arefim signe un centre logistique de 28 000 m² pour Deret sur le Cosmetic Park Orléans

(©A26)
Après Dior et L’Oreal, c’est au tour du transporteur/logisticien Deret de rejoindre le Cosmetic Park Orléans (45) d’Arefim. Le bâtiment de 28 000 m², extensible à 62 000 m² (dont 1 262 m² de bureaux), a été conçu pour répondre aux normes de stockage de produits cosmétiques. Deret a signé un contrat de bail de 9 ans ferme avec Arefim pour ce bâtiment dédié exclusivement à la logistique d’un grand distributeur français de cosmétiques. La construction a débuté en octobre 2020. Arefim a été accompagnée par JBD Expertise (en tant que AMO), la SCP Varin & Associés, JLL pour la transaction et GSE pour la construction.

Signature d’une nouvelle promesse de vente sur l’îlot 4E de la ZAC Ivry Confluence

Après avoir envisagé divers projets d’activité économique sur l’îlot 4E de la ZAC Ivry Confluence, Sadev 94 a pris acte des nouvelles orientations de l’équipe de maîtrise d’œuvre désignée il y a un an. L’ANMA a ainsi envisagé un nouveau programme à dominante résidentielle (environ 28 000 m² de logements à destination variée) avec rez-de-chaussée tournés vers l’économie sociale et solidaire (3 000 m² répartis sur plusieurs locaux) : ateliers de réparation de vélos, recyclerie, maison de l’environnement, alimentation bio et locale, etc. « L’emplacement stratégique du site permet d’ouvrir le coeur d’îlot sur la Seine, la halle remarquable dont la structure Eiffel rappelle l’architecture du passé, ainsi que le vaste parc imaginé par le groupement de maîtrise d’oeuvre urbaine UAPS-ACLAA-BASE-ZEFCO-WT2I, rappelle le communiqué de presse. Ce dernier se diffuse au travers du projet qui prend la forme de 3 ensembles immobiliers sous lesquels viennent s’installer des poches de stationnement. Cette organisation permet de maximiser les aménagements en pleine terre, garantie d’un parc densément planté participant à la lutte contre le phénomène d’îlot de chaleur. » Pour mener à bien ce programme, Sadev 94 a choisi de confirmer son partenariat antérieur avec Nexity, Linkcity et Er’crea en signant une nouvelle promesse de vente. Les agences d’architecture de Roland Castro (Castro Denissof Associés), Olivier Leclercq (AIR architecture) et Alexandre Sfintesco (Safe architecture urbanisme) seront en charge de la conception et réalisation du projet supervisé par l’urbaniste Nicolas Michelin.

GDG Investissements livre le Campus Fleurus à Paris 6e

Un an après avoir acquis le 34 rue de Fleurus à Paris 6e, GDG Investissements a livré le Campus Fleurus à Fineduc Ionis Group qui va y ouvrir un nouvel établissement de l'école d'ingénieurs ESME Sudria. En douze mois, l'investisseur-développeur a transformé cet immeuble de 2 900 m² du milieu des années 60 en campus qui vise la certification environnementale internationale BREEAM. Le bâtiment a fait l'objet de restructurations assorties d'une mise aux normes et est désormais doté d'une nouvelle façade, imaginée par l'architecte Serge Caillaud. Développant aujourd'hui 3 112 m², l'immeuble est classé ERP3 et peut accueillir jusqu'à 700 personnes. Il se déploie sur huit étages avec trois niveaux en infrastructure qui abritent, notamment au 1er sous-sol, un amphithéâtre de 150 places. Les futurs usagers du Campus Fleurus disposeront de deux terrasses aux septième et huitième étages. Fineduc Ionis Group a loué la totalité du Campus Fleurus dans le cadre d'un bail de 9 ans fermes. Il y ouvrira le deuxième site parisien de l'école ESME Sudria, après celui déjà établi dans le 15e arrondissement. « Nous sommes ravis d'accueillir une école du groupe Ionis, animé par son président-fondateur Marc Sellam, au sein de la première réalisation de notre nouvelle marque Campus by GDG dédiée à l'enseignement supérieur », précise Rémi Gaston-Dreyfus, président-fondateur du groupe GDG.

Segro remet les clés d'une nouvelle plate-forme multimodale à Geodis à Dourges Delta 3

(©Act’Studio)
À Dourges (62), Segro livre une nouvelle plate-forme multimodale de 35 000 m², comprenant un bâtiment de 10 000 m² et destinée à Geodis. Situé au cœur de l’ancien bassin minier du Pas-de-Calais, à 30 km de Lille et 16 km de Lens, ce nouveau projet fait partie d’un site que Delta 3 développe depuis 2003, s’étendant sur 450 hectares avec, en son centre, un terminal de transport combiné et 4 zones logistiques qui offriront à terme 760 000 m² d’entrepôts. Construit en deux phases sur un terrain de 7,4 hectares et dessiné par Avantpropos Architectes, le projet développé par Segro prévoit deux bâtiments se faisant face et organisés de part et d’autre de la voie ferrée. Aujourd’hui, Geodis prend possession du premier bâtiment de 10 000 m², la construction du second bâtiment d’une superficie équivalente étant prévue courant 2021.

Freo et Cain International acquièrent l’immeuble Colisée II à Saint-Ouen

Freo, fonds d’investissement immobilier international, a fait l’acquisition, avec son partenaire Cain International, de l’immeuble Colisée II. Avec une adresse parisienne mais situé sur la commune de Saint-Ouen (93), cet immeuble de bureaux totalise environ 11 500 m². « Nous sommes convaincus du potentiel stratégique du territoire avec l’arrivée de la ligne 14, et nous allons créer des bureaux de dernière génération afin de répondre aux attentes des utilisateurs à l’horizon 2023 », explique Romain Frémont, managing director (co-head de Freo France). Malena Foche, directrice investissement, ajoute : « Cette acquisition s'inscrit dans notre stratégie d'investissement qui cible des actifs de qualité qui bénéficieront de l’attractivité des infrastructures du Grand Paris. Cet immeuble fera l’objet d’un repositionnement en ligne avec les engagements ESG du groupe Freo. » L’étude Screeb, Cushman & Wakefield, Eastdil Secured, Herbert Smith Freehills, DLA, MATAM et DTACC sont intervenus comme conseils dans cette transaction.

Swiss Life AM signe le « ACE » à Boulogne-Billancourt

Swiss Life Asset Managers France a conclu l’acquisition d’un nouvel actif immobilier de bureaux, le « Ace », à Boulogne Billancourt (92), auprès de RedTree Capital. Le bien, construit dans les années 80, est situé au 7, place René Clair, au cœur du secteur tertiaire du Point du Jour à Boulogne-Billancourt. Actuellement en cours de restructuration, cet immeuble en R+7 de près de 5 000 m² comportera des bureaux, des services ainsi que 340 m² de terrasses dont un rooftop. Les travaux visent à améliorer les performances énergétiques du bâtiment et à transformer les façades pour créer des balcons et terrasses. L’immeuble sera certifié BREEAM Very Good. La livraison des travaux est attendue au troisième trimestre 2021. L’actif est déjà 100 % pré-loué. Il accueillera le siège social de la société Identicar dans le cadre d’un bail de 9 ans fermes. 25 % des surfaces de l’immeuble seront occupées dans le cadre d’un bail de 6 ans fermes par Davidson Consulting, dont le siège social se trouve à proximité d’ACE. La restructuration lourde de l’immeuble a été pensée par l’agence d’architecture SCAU. RedTree Capital se fait conseiller par JLL AMO sur ce projet. Cushman & Wakefield agissait en qualité de conseil du vendeur, dans le cadre d’un mandat co-exclusif avec Strategies and Corp. Les notaires du vendeur étaient Alliance Notaires, ceux de l’acquéreur étaient Les Notaires du Trocadéro.

Novaxia Investissement acquiert un bâtiment obsolète pour le transformer en logements à Clichy

Novaxia Investissement a annoncé l’acquisition de locaux d’activité obsolètes à Clichy (92), à proximité de la mairie, pour y redévelopper plus de 150 logements. Ces locaux ont été signés pendant la crise sanitaire. La société de gestion intervient aux côtés de partenaires promoteurs (Serpi & Cogedim). Elle met en place dès la période de vacance du site des projets d’occupations temporaires et déploie un montage financier alliant les investisseurs particuliers de Novaxia Immo Club 6 et les investisseurs institutionnels de Foncier Select 2 (lancé en partenariat avec la SOCFIM et dédié à la transformation du Grand Paris. L’achèvement des travaux est prévu pour 2022. Novaxia Investissement a été conseillée par Philippe Gagnier Notaire.

Europa Capital lève 350 M€ pour son nouveau fonds EDIF

Europa Capital a levé 350 M€ à l’occasion du premier closing d’Europa Diversified Income Fund (EDIF) avec un capital d’amorçage apporté par son actionnaire principal, Mitsubishi Estate Co., ainsi que le soutien de capitaux institutionnels européens et asiatiques. Le véhicule investit dans la logistique, le résidentiel et les bureaux. Il mettra l'accent sur la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark. Le portefeuille initial, valorisé à 350 M€, comprend un mix d'investissements logistiques, résidentiels et bureaux. Il est occupé à 99 %. Le recouvrement des loyers a atteint 99 % au T2 et au T3 2020. « Grâce à un effet de levier relutif, le fonds dispose encore de capitaux à déployer dans d'autres acquisitions afin de diversifier le portefeuille, précise le communiqué de presse. Le fonds a également récemment finalisé l'acquisition, en partenariat avec Keystone Investment Management, du premier bâtiment d’un ensemble de trois immeubles résidentiels dans la région de l'Øresund à Copenhague au Danemark. » Europa Capital était conseillé par Greenberg Traurig.

DWS agrandit son équipe parisienne dédiée aux investissements immobiliers

Céline Boutin et Théodore Schoenke
DWS a annoncé l’arrivée en 2020 dans son équipe dédiée aux investissements immobiliers de deux nouveaux collaborateurs, Céline Boutin en tant qu’asset manager senior et Théodore Schoenke comme transaction manager. Céline Boutin rejoint l’équipe d’asset management dirigée par Virginie Walckenaer et Théodore Schoenke, l’équipe de Chiara Randazzo, head of transactions, rattachée à Ronen Ribak, head of european transactions. Diplômée du master immobilier de Paris Dauphine, Céline Boutin a fait ses armes chez Rynda à Londres puis Paris. Elle a ensuite rejoint Gecina en tant que responsable de portefeuille. Diplômé du master droit et finance de l’ESCP Europe, Théodore Schoenke a débuté sa carrière chez BNP Paribas Real Estate puis chez Invesco Real Estate dans l’équipe asset management et transaction.

Yespark accélère son développement dans l'immobilier d'entreprise

Après avoir constitué une offre de 40 000 places de parking, majoritairement auprès des bailleurs sociaux, Yespark, spécialiste de la location de place de stationnement, renforce ses équipes commerciales et opérationnelles pour accélérer dans l’immobilier d’entreprise qui représente 10% de ses partenaires. « La crise sanitaire et économique qui sévit aujourd’hui accélère les prises de conscience partout en France, explique Thibaut Chary, cofondateur de Yespark. Chaque économie possible est scrutée avec la plus grande attention et l’optimisation de la vacance parking devient stratégique pour l’immobilier d’entreprise. » Yespark a ainsi créé un pôle immobilier d’entreprise dirigé par Alexia Guilbert (actuelle responsable grands comptes). Ce département se renforce avec les nominations de Sylvain Gomez (ex Accor) en qualité de head of sales ; Vincent Dejean (ex SNCF) en tant que key account manager en charge des clients professionnels et Grégoire Berthier (ex Vivastreet) en qualité de real estate office optimization manager. Yespark envisage également de recruter une dizaine de profils opérationnels et commerciaux d’ici le premier semestre 2021.

De nouvelles ambitions pour Clameur

Les nouvelles ambitions de Clameur se matérialisent au travers de trois dimensions. La première passe par « une offre de valeur et de service enrichie et revisitée avec l’enrichissement des indicateurs et analyses du marché, l’intégration de nouvelles sources de données, la mise en œuvre de nouvelles technologies pour apporter une plus grande puissance d’analyse, une couverture nationale et évolution des données, et un partenariat avec des observatoires locaux de l’habitat. » Clameur insistera par ailleurs sur la transparence dans la méthodologie, sur les données et les règles de calcul des indicateurs. Enfin, l’organisation est renforcée avec la mise en œuvre d’un comité scientifique étoffé (composé d’Arnaud Simon, d’Emmanuel Perry, de Raphaël Languillon-Aussel et de Yasmine Essafi) et la conclusion d’un partenariat avec Yanport, prestataire indépendant spécialisé dans la gestion et l'analyse de données immobilières.

CDC Habitat dévoile les premiers résultats de son plan de lutte contre la précarité énergétique

CDC Habitat, premier bailleur de France, a annoncé être en avance sur les objectifs définis dans son Plan stratégique énergétique : « avec plus de 1,5 milliard d’euros investis depuis 2008, le groupe ne compte plus que 2 % de logements aux étiquettes F ou G dans son parc immobilier. Tous seront rénovés d’ici à 2025, en avance par rapport à la réglementation qui prévoit leur élimination en 2028. Dans son ensemble, la consommation énergétique moyenne des logements du Groupe a baissé de 3 % par an entre 2008 et 2019, soit - 35 % sur la période ». Pour aller plus loin, CDC Habitat annoncé avoir développé, cette année, une méthode d’identification du patrimoine en situation de fragilité énergétique qui intègre, indépendamment de la performance énergétique du bâti, les conditions de fragilité des locataires. Elle devrait ainsi permettre « de prioriser les futures rénovations énergétiques et d’identifier un besoin d’accompagnement des occupants ». En outre, se disant « convaincu que la performance du bâti compte autant que le comportement et les usages dans le logement », le bailleur mène également un programme d’actions auprès de ses locataires et de ses équipes.

Haropa a un nouveau directeur général

Le gouvernement a confié à Stéphane Raison (en photo), jusqu’alors directeur général du port de Dunkerque, la responsabilité d’engager la prochaine étape du processus de fusion des trois ports du Havre, de Rouen et de Paris, en un établissement unique de l’État qui sera créé le 1er juin 2021. Pour cela, le nouveau « directeur général préfigurateur » s’appuiera sur les résultats de la mission de préfiguration engagée depuis deux ans et bénéficiera du soutien des services du ministère chargé des Transports, du ministère de la Mer et du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance. Il aura pour mission « d’affiner les orientations du projet stratégique à l’horizon de cinq ans, et de finaliser les propositions d’organisation institutionnelle ». Cette nouvelle avancée du processus de fusion des trois ports vise à bâtir « un ensemble compétitif et durable, à la hauteur des ambitions de la politique maritime et portuaire de la France ».

250 millions d’euros et un nouvel AMI pour l’inclusion numérique

Afin de faire de l’inclusion numérique « une vraie politique publique », le gouvernement a annoncé que 250 millions d’euros du Plan France Relance seraient mobilisés pour « rapprocher le numérique du quotidien de tous les Français, partout ». Les principales mesures ont été détaillées aujourd’hui par le ministère de la Cohésion des territoires. Ainsi, une enveloppe de 200 millions d’euros sera affectée au recrutement, à la formation et au déploiement de 4 000 conseillers numériques France Services, afin de « développer des ateliers et des formations numériques sur le terrain ». 40 millions seront consacrés à la conception et au déploiement de « kits d’inclusion numérique », tandis que les 10 millions restants l’Etat servira à financer la généralisation du service public numérique « Aidants Connect ». Dans le même temps, un nouvel appel à appel à manifestation d’intérêt, doté de 2,3 millions d’euros, a été lancé par la Banque des Territoires pour couvrir, entre autres, les territoires encore dépourvus de « Hubs pour un numérique inclusif » : Bretagne, Normandie, Grand Est et Centre Val-de-Loire. Ces nouveaux hubs auront deux missions principales : animer le territoire sur la thématique de l’inclusion numérique et accompagner des projets. Le dépôt des dossiers sera possible jusqu’au 30 juin 2021.

Par François Perrigault (@fperrigault), Boris Beltran (@bobobeltran) et Thomas Gutperle

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confinement

Environnement de travail : SFL compare les attentes des salariés avant et après le premier confineme...

Métamorphosé par la pandémie, le monde du travail se réinvente avec la mise en place massive du télétravail. De cette pratique découle un abandon part...

La veille urbaine du 2 décembre 2020

La veille urbaine du 2 décembre 2020

WeWork qui ouvre un nouvel espace au 7 rue de Madrid à Paris 8e, Géraldine Ajax qui prend la direction de la marque du groupe Quartus, les pertes de l...

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protection des espèces protégés ?

Déviation routière : peut-elle porter un intérêt public majeur justifiant une dérogation à la protec...

Affecter la conservation d’espèces suppose l’obtention d’une autorisation dérogatoire : le projet répond à un impératif d’intérêt public majeur mais a...

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

La mise en concurrence des concessions hydroélectriques aura-t-elle lieu ?

Avec une puissance installée qui avoisine les 25 GW, soit près du 1/5e du parc de production français et près de 12 % de la production d’électricité,...

Face au Covid-19, les aides d’État au soutien du secteur de l’énergie

Face au Covid-19, les aides d’État au soutien du secteur de l’énergie

En principe prohibées, les aides d’État sont aujourd’hui largement mobilisées par la France. Ces aides visent tant à remédier aux perturbations graves...

Contrats administratifs : la fin anticipée à l’initiative de l’acheteur public

Contrats administratifs : la fin anticipée à l’initiative de l’acheteur public

Dans deux arrêts rendus cet été, le Conseil d’État vient préciser le régime de la fin anticipée des contrats publics, frappés d’irrégularité, ou concl...

Le Bail réel solidaire ou la promesse d’un dispositif anti-spéculatif enfin efficient ?

Le Bail réel solidaire ou la promesse d’un dispositif anti-spéculatif enfin efficient ?

Mis en place par l’ordonnance numéro 2016-985 du 20 juillet 2016, conformément à la loi Croissance 2015-990 du 6 août 2015 (ou « loi Macron »), le Bai...

Quelle procédure pour transférer une convention d’occupation du domaine public ?

Quelle procédure pour transférer une convention d’occupation du domaine public ?

L’ordonnance du 19 avril 2017 sur la propriété des personnes publiques n’a pas traité du transfert d’un titre d’occupation du domaine public. S’il ne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte