La veille urbaine du 13 janvier 2021

Baytree qui va développer une plateforme logistique de 60 000 m² à Salbris, SFL qui cède le 112 Wagram à Aviva Investors pour 120 M€, la Banque des Territoires et la BEI qui lancent la Plateforme « Bus propres »… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 13 janvier 2021.

Baytree qui va développer une plateforme logistique de 60 000 m² à Salbris, SFL qui cède le 112 Wagram à Aviva Investors pour 120 M€, la Banque des Territoires et la BEI qui lancent la Plateforme « Bus propres »… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 13 janvier 2021.

Baytree va développer une plateforme logistique de 60 000 m² à Salbris

La société d’économie mixte « 3 Vals Aménagement » a signé, pour le compte du conseil départemental de Loir-et-Cher (41), l’acte de vente d’un terrain de 16.5 hectares situé sur l’ancien site Giat de Salbris (Groupe A). La société Baytree, filiale immobilière du groupe Axa, s’est portée acquéreuse pour un montant de 662 000 €. La société a pour projet la construction d’un bâtiment logistique de 60 000 m². Depuis juin 2017, date de la signature de la promesse de vente, l’ensemble des autorisations environnementales et celles liées à l’urbanisme a été obtenu. Pour mener à bien ce projet, 9 hectares de compensations environnementales ont été nécessaires afin de protéger la faune et la flore.

Le projet urbain Parcs en scène franchit une étape importante à Thiais et Orly

La SAS Parcs en scène Thiais Orly, société d’aménagement, constituée de Linkcity et de CDC Habitat, a signé avec l’EPF Île-de-France et l’EPA ORSA la promesse synallagmatique de vente du foncier du projet urbain de Parcs en scène, lauréat du concours « Inventons la Métropole du Grand Paris » (2017), sur les communes de Thiais (94) et Orly (94). Inscrit dans une opération d’intérêt national (OIN) d’aménagement plus vaste, portée par l’Etablissement Public d’Aménagement Orly Rungis - Seine Amont (EPA ORSA), Parcs en scène vise à créer « une vie à la fois locale et métropolitaine, à travers la reconquête par la ville d’un territoire logistique du secteur d’entrepôts anciennement liés au marché d’intérêt national de Rungis. » Une passerelle, financée avec la participation de la Métropole du Grand Paris et réalisée sous maitrise d’ouvrage de la ville de Thiais en collaboration avec la SNCF, reliera la partie nord du projet et son équipement structurant (la Scène Digitale) au nouveau pôle de transports. Parcs en scène s’étend sur plus de 14 hectares et comprend deux secteurs distincts, localisés de part et d’autre d’un faisceau ferroviaire, qui donneront vie à deux nouveaux quartiers mixtes pour un total d’environ 260 000 m² SdP.

SFL cède le 112 Wagram à Aviva Investors pour 120 M€

(©Luc Boegly)
Aviva Investors a acquis, pour le compte de l’un de ses mandants, l’immeuble 112 Wagram auprès de SFL. Cet actif situé au 108 - 112 avenue Wagram, Paris 17e, a été revalorisé ces 10 dernières années. Cette restructuration a permis d’acquérir le label HQE, et de récompenser ses performances énergétiques par l’obtention de la certification Breeam In-Use International Part 1 « Asset rating » et Part 2 « Building Management » Niveau Excellent. Le 112 Wagram développe environ 5 500 m² à usage principal de bureaux qui se déploient sur un rez-de-chaussée, 4 niveaux en superstructure et un sous-sol abritant 28 emplacements de stationnement. « La qualité de prestations exceptionnelle de cet immeuble a contribué à la revalorisation locative de cet actif, qui accueille des locataires de premier plan pour des durées fermes longues », précise le communiqué de presse. La transaction s’est conclue pour un prix net vendeur de l’ordre de 120 M€. Aviva Investors était conseillée par l’étude Screeb, CMS, Theop et Manexi. SFL était conseillée par l’étude Oudot et Cushman & Wakefield.

BNP Paribas REIM acquiert l’immeuble Iko à Clichy-La-Garenne

BNP Paribas REIM a acquis dans une opération off-market, pour le compte de Next Estate Income Fund III (NEIF III), un fonds géré par BNP Paribas REIM Luxembourg, l’immeuble de bureaux Iko à Clichy-La-Garenne (92). L’ensemble est situé le long du boulevard périphérique, au cœur de la ZAC Entrée de Ville de Clichy. Livré fin 2018, cet actif de bureaux totalise une surface de 9 600 m², développée sur 12 niveaux en superstructure et complétée par 62 emplacements de stationnement en infrastructure. Il fait partie d’un ensemble immobilier totalisant 17 000 m² qui se compose également d’un hôtel. L’actif bénéficie des certifications BREEAM « Very Good » et HQE « Excellent ». La transaction a été réalisée par l’intermédiaire de la société Strategies and Corp. Dans cette opération, BNP Paribas REIM était accompagnée par l’étude Thibierge & Associés, le cabinet d’avocats Allen & Overy LLP et les équipes techniques d’Etyo et de Terrel. L’acquisition a été financée par DekaBank. Le vendeur était conseillé par l’étude Wargny Katz et le cabinet d’avocats Gide Loyrette.

Le Crédit Mutuel Nord Europe s’engage pour une consommation d’électricité 100 % verte

Depuis le 1er janvier 2021, le Crédit Mutuel Nord Europe (CMNE) est alimenté par une électricité 100 % verte, fournie par Plüm énergie et devient ainsi l’un des clients majeurs de cette entreprise solidaire d’utilité sociale créée en 2016. L’ensemble des locaux du CNME est donc alimenté par une électricité 100 % renouvelable qui est achetée directement auprès de producteurs français et issue de sites de production renouvelable tels que la centrale solaire d’Akuo Energy située à Annet-sur-Marne (77). Ce partenariat avec Plüm Energie inclus également des actions de communication et de sensibilisation envers les 2 500 collaborateurs du CMNE.

Pierre Anjolras prend la présidence de Vinci Construction

Xavier Huillard, président-directeur général de Vinci, a nommé Pierre Anjolras, membre du comité exécutif de Vinci, président de Vinci Construction. Il conserve l’ensemble de ses autres mandats au sein du groupe Vinci et en particulier la présidence d’Eurovia. Né en 1966, Pierre Anjolras, ancien élève de l'École polytechnique, Ingénieur des Ponts et Chaussées, a successivement exercé ses responsabilités à la direction départementale de l’équipement de Loire-Atlantique, à la direction générale des relations extérieures de la Commission européenne, puis a intégré le groupe Vinci en 1999 en tant que directeur régional de Sogea Sud-Ouest. En 2004, il est devenu directeur d’exploitation de Cofiroute avant d’être nommé directeur général d’ASF en 2007. En mai 2010, il est directeur général délégué en charge de l’international et des partenariats publics privés d’Eurovia. Pierre Anjolras est nommé PDG d’Eurovia à partir du 1er mars 2014 et devient membre du comité exécutif de Vinci. Il devient président d'Eurovia en 2016.

Nicolas Bellanger rejoint Capelli

(©Nick Youngson - Alpha Stock Images [CC BY-SA 3.0])
Capelli a annoncé l'arrivée de Nicolas Bellanger comme directeur régional Hauts-de-France. Il était précédemment directeur du développement chez Linkcity Nord-Est. Diplômé des Hautes études ingénieur (HEI) de Lille, Nicolas Bellanger a acquis au cours de sa carrière une expérience dans la construction, tout d'abord au sein du groupe Spie Batignolles comme directeur travaux puis au sein du groupe Bouygues Construction comme directeur commercial. Nicolas Bellanger aura pour mission d'accélérer le développement du groupe dans les Hauts-de-France, région dans laquelle il a réalisé une grande partie de sa carrière.

Schroders nomme Chantale Pelletier au poste de global head of infrastructure

Schroders a nommé Chantale Pelletier au poste de global head of infrastructure, en charge de la croissance et du développement de son activité « infrastructures » à l’échelle mondiale. Chantale Pelletier, qui assumera cette fonction à partir de fin mars 2021, sera également présidente de Schroder Aida SAS, la société de gestion française du groupe Schroders spécialisée dans le financement d’infrastructures (sous réserve de l'approbation des autorités réglementaires). Elle aura pour principal objectif le développement de l’activité « infrastructures » de Schroders au niveau mondial sur toute une gamme de secteurs d'investissement tels que les transports, les énergies renouvelables et traditionnelles, les infrastructures numériques et les services publics. Elle sera rattachée à Georg Wunderlin, global head of private assets chez Schroders. Chantale Pelletier vient de la Caisse de Dépôt et Placement du Québec (CDPQ), où elle a occupé différents postes de direction à l'échelle mondiale, supervisant des projets internationaux d'investissement en infrastructures (investissements dans l’aéroport d’Heathrow et le parc éolien offshore London Array, acquisition d'une participation dans la société Eurostar par le biais d’un partenariat...).  

Bénédicte de Giafferri devient responsable mondiale de real assets dans la banque de grande clientèle de Natixis

Natixis a annoncé la nomination au sein de sa banque de grande clientèle de Bénédicte de Giafferri au poste de responsable mondiale de real assets. Elle est rattachée à Anne-Christine Champion et Mohamed Kallala, co-responsables de la banque de grande clientèle. Bénédicte de Giafferri a débuté sa carrière en 2003 chez Dexia Crédit Local. Elle rejoint la Banque européenne d’investissements en 2009 puis Natixis en 2010 au sein des financements d’infrastructures à Paris. En 2013 elle devient responsable des financements d’infrastructures pour la France, l’Allemagne et le Bénélux, puis est nommée, en 2019, co-responsable des financements d’infrastructures pour la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA). Elle est nommée responsable mondiale des financements d’infrastructures & énergie en septembre 2020 puis prend ses fonctions actuelles de responsable mondiale de real assets en janvier 2021.

La Banque des Territoires et pbb Deutsche Pfandbriefbank s’associent pour promouvoir la digitalisation du financement public local

La Banque des Territoires et pbb Deutsche Pfandbriefbank (pbb), banque allemande cotée en bourse spécialisée dans le financement de l’immobilier professionnel et des investissements du secteur public, ont décidé d’agir ensemble pour renforcer la digitalisation du financement du secteur public local. Les deux partenaires ont signé un accord d'investissement et d'actionnariat qui prévoit une prise de participation de la Banque des Territoires de 28,5 % dans Capveriant. Cette filiale de pbb opère une place de marché mettant en relation des emprunteurs du secteur public local avec des investisseurs institutionnels. Elle a été lancée en Allemagne en 2018 puis en France en 2019. Sa dimension digitale « facilite l’accès aux prêteurs et permet au secteur public local en France et en Allemagne, à savoir les collectivités de toutes tailles et à toute autre entité du secteur public local, de diversifier leurs sources de financement ». Cette action doit ainsi permettre de « contribuer à la reprise économique et à un financement plus pérenne des projets locaux », alors que les investisseurs du secteur public local devraient bénéficier « d'une allocation plus efficace de leurs actifs, tant au niveau national que transfrontalier ».

Total et Engie s’associent dans la production d’hydrogène vert

(©Total)
Total et Engie ont signé un accord de coopération pour concevoir, développer, construire et exploiter le projet Masshylia, « le plus grand site de production d’hydrogène renouvelable de France », à Châteauneuf-les-Martigues en Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur. Situé au cœur de la bioraffinerie de Total à La Mède (en photo) et alimenté par des fermes solaires d’une capacité globale de plus de 100 MW, l’électrolyseur de 40 MW produira 5 tonnes d’hydrogène vert par jour répondant aux besoins du processus de production de biocarburants de la bioraffinerie Total de La Mède, évitant 15 000 tonnes d'émissions de CO2 par an. Une solution de gestion innovante pour la production et le stockage d'hydrogène sera mise en œuvre pour gérer l'intermittence de la production d’électricité solaire et le besoin d’alimentation en continu de la bioraffinerie. Au-delà de cette première phase, de nouvelles fermes renouvelables pourront être développées par les partenaires pour l’électrolyseur qui a la capacité de produire jusqu’à 15 tonnes d’hydrogène vert par jour. Les deux partenaires visent un début de construction des installations en 2022, à l'issue de l’étude d’ingénierie avancée, en vue d’une production en 2024, sous réserve de la mise en place des soutiens financiers et autorisations publiques nécessaires

La Banque des Territoires et la BEI lancent la Plateforme « Bus propres »

La Banque européenne d’investissement (BEI) et la Banque des Territoires ont annoncé un investissement à hauteur de 100 millions d’euros chacune dans une plateforme d’investissement destinée à financer la transition énergétique des flottes de bus des territoires français. Gérée par la Banque des Territoires, cette plateforme proposera un financement innovant aux collectivités territoriales et autorités organisatrices de la mobilité souhaitant verdir leur flotte de bus et ainsi réduire leur impact climatique. L’offre de financement proposée se veut innovante grâce à un nouvel instrument : l’obligation performancielle. Celle-ci finance jusqu’à 100 % des coûts éligibles des projets (coût d’acquisition des bus et des infrastructures de recharge associées) et propose aux bénéficiaires un taux d’intérêt encadré, évoluant inversement à la variation du prix de l’électricité, afin de sécuriser leur risque. La plateforme « Bus propres » s’inscrit ainsi dans le cadre du plan de relance de la Caisse des Dépôts et de son action en faveur de la transition environnementale. La participation de la BEI est garantie par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS), le pilier central du Plan d'investissement pour l'Europe.

Le Sénat adopte une proposition de loi sur l’empreinte environnementale du numérique

Le Sénat a adopté ce mardi 12 janvier, à la quasi-unanimité, une proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France. Co-signée par plus de 130 sénateurs de toutes les sensibilités politiques, la proposition appréhende « les impacts environnementaux de toute la chaîne de valeur numérique, des terminaux aux centres de données, en passant par les réseaux », et propose des solutions concrètes pour les réduire. Le texte souhaite actionner 4 leviers prioritaires pour faire converger les transitions numérique et écologique : faire prendre conscience aux utilisateurs de l’impact environnemental du numérique, limiter le renouvellement des terminaux numérique, promouvoir des usages numériques écologiquement vertueux et faire émerger une régulation environnementale pour prévenir l’augmentation des consommations et émissions des réseaux et des centres de données.  Les sénateurs appellent maintenant le gouvernement et l’Assemblée nationale à s’emparer du texte.

La commission des lois du Sénat renforce les dispositifs « anti-squat »

La commission des lois du Sénat a adopté la proposition de loi tendant à garantir le respect de la propriété immobilière contre le squat, déposée par Dominique Estrosi Sassone (Les Républicains – Alpes-Maritimes) et une centaine de ses collègues. Le texte adopté crée un délit d’occupation frauduleuse d’immeuble et ouvre la procédure rapide d’évacuation forcée à tous les locaux à usage d’habitation. La commission a adopté six amendements du rapporteur visant à recentrer la proposition de loi sur les seuls squatteurs. La proposition de loi sera examinée en séance publique le mardi 19 janvier.

Elargissement de la définition de « logement décent »

Barbara Pompili et Emmanuelle Wargon ont annoncé un élargissement de la définition d’un « logement décent » par décret, permettant d’exclure les premières passoires énergétiques du marché locatif. Cela s’inscrit dans l’engagement du Gouvernement d’interdire les passoires énergétiques à la location dès 2028, conformément aux préconisations de la Convention citoyenne pour le climat. Ce décret, paru aujourd’hui, entrera en vigueur en 2023 et constitue la première étape vers cette interdiction, prévue en trois temps. Ce nouveau texte fixe le seuil de consommation maximale en énergie finale à 450 kWhEf/m2/an. Ce seuil a été rendu plus exigeant que le projet initial, qui était de 500kWhEf/m2/an, afin de tenir compte des retours de la consultation du public. La mesure s’appliquera pour tous les propriétaires et copropriétaires de logements donnés à la location, et aux locataires de logements, pour les baux conclus ou renouvelés (y compris par tacite reconduction) à compter du 1er janvier 2023. Environ 90 000 logements en location sont concernés, dont environ 20 000 dans le parc social. L’économie de facture pour les locataires dont le logement devra être rénové est estimée à 100 millions d’euros par an, soit en moyenne plus de 1000 euros par an et par logement concerné. Pour les deux prochaines étapes, les seuils qui s’appliqueront à partir du 1er janvier 2025, puis à partir du 1er janvier 2028 seront exprimés en s’appuyant sur les étiquettes du futur Diagnostic de Performance Energétique. L’objectif est qu’au 1er janvier 2028, l’ensemble des passoires thermiques énergétiques désignées par les étiquettes F et G du futur DPE soient exclues du marché locatif.

François PerrigaultBoris Beltran et Clémentine Locastro

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 20 janvier 2021

La veille urbaine du 20 janvier 2021

Luc Bordereau qui rejoint Groupama Gan REIM au poste de head of fund management, le lancement des mesures de France Relance pour la rénovation des log...

E. Cosserat : "L’objectif de notre nouveau plan est de faire passer la capitalisation de Perial AM à 7 Mds€ d’ici 2023"

E. Cosserat : "L’objectif de notre nouveau plan est de faire passer la capitalisation de Perial AM à...

L'heure du bilan de l'année 2020 a sonné pour les acteurs immobiliers. Celui de Perial s'avère positif. Eric Cosserat, président du groupe, nous expli...

Immobilier : état des lieux d'un actif résilient

Immobilier : état des lieux d'un actif résilient

De même que les marchés financiers ont subi de plein fouet la crise sanitaire, l’immobilier n’a pas été davantage épargné. Certains secteurs ont néanm...

La veille urbaine du 19 janvier 2021

La veille urbaine du 19 janvier 2021

Le lancement de la consultation éco-quartier sur le secteur de la gare du Grand Paris Express à Cachan, Hype qui lève 80 M€ pour développer le taxi à...

Transformation de bureaux en logements : enfin l’heure de l’industrialisation ?

Transformation de bureaux en logements : enfin l’heure de l’industrialisation ?

Le sujet de la transformation de bureaux en logements revient régulièrement sur le devant de la scène immobilière. C’est à nouveau le cas en ce début...

La veille urbaine du 18 janvier 2021

La veille urbaine du 18 janvier 2021

EQT qui cède l’immeuble Trideca à Batipart, Amandine Dumont, Stéphanie Fauré et Catherine Rondot qui rejoignent Upside Partners, l'annonce des lauréat...

La veille urbaine du 15 janvier 2021

La veille urbaine du 15 janvier 2021

Real I.S. qui s’offre le Grand Large à Marseille pour 70 M€, Mata Capital qui signe quatre Monoprix en Île-de-France pour 117 M€, Réalités qui devient...

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

Peut-on encore se dispenser d’un permis d’aménager ou d’une déclaration préalable pour diviser un terrain en vue d’une opération immobilière important...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte