La veille urbaine du 13 février 2020

Le portrait de la ville rêvée des Français, Altarea Cogedim qui remporte en groupement la façade Denfert de Saint-Vincent-de-Paul, Covivio qui initie une OPA sur Godewind, Nicolas Sarkozy qui interviendra au MIPIM… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 13 février 2020.

Le portrait de la ville rêvée des Français, Altarea Cogedim qui remporte en groupement la façade Denfert de Saint-Vincent-de-Paul, Covivio qui initie une OPA sur Godewind, Nicolas Sarkozy qui interviendra au MIPIM… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières et urbaines du 13 février 2020.


Novaxia dresse le portrait de la ville rêvée des Français à l’horizon 2050


A l'occasion des élections municipales, Novaxia a demandé à l'IFOP de réaliser une enquête auprès des habitants des grandes agglomérations pour savoir à quoi ressemble leur ville rêvée de demain. La majorité des sondés plébiscite la grande ville telle qu'ils la connaissent. Néanmoins, ils la veulent fragmentée en villages rassurants, autonomes, où tout est accessible à pied (47%) avec un centre-ville dynamique en termes de commerces et de services publiques (78 %). La ville de demain serait également participative dans ses modes de gestion pour et avec les habitants. Le quartier est l'unité urbaine à partir de laquelle Parisiens et Lyonnais imaginent une nouvelle convivialité. Au sein même des immeubles collectifs, chacun imagine des lieux partagés qui soient à la fois des lieux fonctionnels, répondant à des besoins (laverie, cuisine collective, crèche, jardin, potager…) et des espaces de lien et de convivialité pour les résidents. Au niveau du quartier, le concept d’espaces partagés se décline en maisons de quartier ou en cafés publiques, lieux de rencontres « déconsumérisés », dans lesquels les habitants pourront entre voisins se livrer à différentes activités (discussions, jeux, échanges, activités culturels, loisirs créatifs…) sur un mode participatif et autogéré. Les espaces partagés se déclinent également sous des formes moins matérielles, comme les réseaux de voisinage, formalisés ou non par des applications permettant de mettre en contact les habitants d'un quartier autour de l'échange de services. Au sein de l'entreprise, les sondés imaginent des espaces de détente, avec espace de pause, activités (sportives notamment), services (conciergerie) et possibilité de rencontres et échanges informels avec des collègues. Enfin, l'idée de caisses automatiques est évacuée au profit de l’humain. Autre enseignement, 68 % des sondés se déclarent très attachés aux bâtiments et monuments historiques à leur entretien, à leur maintien dans la ville. L'idée de transformer l'ancien plutôt que de construire du neuf est accueillie positivement, à condition qu'elle se fasse dans le respect de l'esprit et du sens porté par le lieu originel, et avec fidélité à l'esthétique originelle du lieu. La réaffectation de lieux à d'autres usages auxquels ils sont habituellement dédiés est une idée qui est apparue pour sa part spontanément. Plus de la moitié des personnes interrogées trouvent positif le recours aux partenariats publics privés pour financer des projets d'envergure sans peser sur les finances des collectivités. Enfin, 69% des sondés souhaitent que les élus entreprennent des projets de reconstruction ayant un faible impact environnemental (réhabilitation plutôt que démolition/reconstruction, utilisation de matériaux biosourcés…) plutôt que des projets moins respectueux de l'environnement et parfois moins coûteux. Quant à la réintroduction systématique de la verdure, elle est constamment évoquée.

 

Carmila déploie une offre santé dans ses centres commerciaux


Carmila entend déployer une offre santé au sein de ses centres commerciaux pour renforcer l’offre « proximité » et « praticité » et répondre à un besoin de la population en matière de grandes pharmacies, cabinets dentaires et ophtalmologiques, soins de premier recours... La société s’associe ainsi avec des professionnels pour développer les activités de santé sur son parc. En 2019, un partenariat a été monté au sein d’une co-entreprise nommée Pharmalley. A date, la co-entreprise s’est associée avec des pharmaciens pour le transfert ou l’agrandissement de 4 pharmacies dans ses galeries marchandes avec pour objectif de reprendre 5 à 10 pharmacies par an (investissement unitaire de 0,5 M€ à 1,5 M€ et une plus-value à 4 ans de même montant). A fin 2019, une nouvelle joint-venture est en création : Dentalley, qui s’apprête à lancer son offre de cabinets dentaires avec des premières ouvertures en 2020. L’objectif est de développer 50 centres dentaires en 5 années pour un EBITDA à 6 ans de 15 M€/an et un engagement maximum de 7 M€.

 

Le groupement mené par Altarea Cogedim remporte la façade Denfert de Saint-Vincent-de-Paul

(©lotoarchilab)

La commission de sélection réunissant les élus de la Ville de Paris, Paris & Métropole Aménagement et le Pavillon de l’Arsenal, a retenu le projet « La Collective » de l’équipe menée par les opérateurs Altarea Cogedim, CDC-Habitat et Histoire & Patrimoine, avec l’acteur culturel Thanks For Nothing, et les maîtres d’œuvre 51N4E, Tham & Videgård, CALQ, Atelier Monchecourt & Co et Grue, pour la transformation de la façade Denfert de Saint-Vincent de Paul. L’équipe lauréate propose la création d’un lieu culturel solidaire autour de l’art contemporain. Sur plus de 4 000 m², le projet investit toute la façade Denfert, depuis la Pouponnière de l’ancien hôpital jusqu’au nouvel immeuble contemporain qui marquera l’entrée du quartier. « La Collective » se définit comme « un centre d’art et de solidarité qui vise l’excellence artistique et l’accessibilité pour tous à la culture ». Le programme porté par Thanks For Nothing conjugue expositions et événements artistiques à participation libre, une résidence d’artistes – La Villa Denfert - sur le thème de l’engagement sociétal et environnemental en collaboration avec l’Institut Français, des ateliers de production et de formation à l’artisanat d’art, un incubateur de l’entreprenariat de l’économie sociale et solidaire par Makesense, deux restaurants solidaires par le Refugee Food Festival, et un centre d’hébergement d’urgence par Emmaüs Solidarité.

 

5 équipes d’architectes préselectionnées pour la restructuration du stade de la Meineau à Strasbourg

Le stade de la Meineau (©Wikipedia - Xaviyeah [CC BY-SA 4.0])

Le projet de rénovation-extension de la Meinau à Strasbourg a franchi une nouvelle étape avec la présentation des cinq équipes sélectionnées pour le concours d’architecture : SCAU (associé aux bureaux d’études SDP/Ote Ingenierie/Jean-Paul Lamoureux), KSS Group (avec le cabinet d’architectes AEA ainsi que des bureaux d’études Buro Happold/Igrec Ingenierie), HPP (avec 2 architectes associés, dont un local (Archi5prod et Emergence Architecture) et le bureau d’études OTE), Populous (avec le cabinet strasbourgeois Rey-De Crecy, ainsi que les bureaux d’études Maffeis et Ote), 2Portzamparc (accompagné de l’architecte associé ATSP et du bureau d’études Ote Ingenierie). L’Eurométropole, maître d’ouvrage du projet, avait lancé un appel à candidatures en octobre 2019, avant de retenir les cinq équipes postulantes sur un total de 45 au départ. Celles-ci ont jusqu’à mai 2020 pour remettre leur offre architecturale. Le lauréat sera connu en juillet. Au final, il s’agira de proposer une amélioration de l’expérience visiteurs, dont une augmentation de la jauge globale à 32 500 places au lieu des 26 000 actuelles ; la création de nouveaux espaces « à prestations », avec entre autres la réalisation de nouveaux salons de réception et de nouvelles loges ; une rénovation technique de l’infrastructure existante comprenant une reprise partielle de la toiture et de la pelouse. Cette restructuration est financée à hauteur de 100 M€ par l’ensemble des collectivités territoriales : l’Eurométropole de Strasbourg (50 M€) ; la Région Grand Est (25 M€) ; la Ville de Strasbourg (12,5 M€) et le Département du Bas-Rhin (12,5M€). Elle sera également l’occasion pour l’Eurométropole de retravailler certains espaces extérieurs et accès, en cohérence avec les objectifs du Plan Climat 2030. En marge de cet investissement, le Racing Club de Strasbourg prévoit de financer 7 à 8 M€ pour les équipements du stade (musée, boutiques, loges, bureaux), 10 M€ pour la création d’un nouveau centre d’entraînement de l’équipe professionnelle et 21 M€ pour la modernisation de la Racing Mutest Académie.

 

Vincent Drouet nommé directeur de l'aménagement urbain de Kaufman & Broad


Vincent Drouet rejoint le groupe Kaufman & Broad en tant que directeur de l’aménagement urbain avec pour mission de développer des projets d’aménagement urbain de grande envergure, y compris sur des friches industrielles à réhabiliter. Il est placé sous la direction de David Laurent, directeur général immobilier d’entreprise aménagement. Issu d’un parcours universitaire en génie civil et en aménagement urbain, Vincent Drouet, 48 ans, débute sa carrière en 1995 comme conducteur de travaux Il rejoint Eiffage Aménagement en 2001 pour participer au développement, au montage et à la gestion d’opérations d’aménagement et d’opérations immobilières complexes, puis devient directeur aménagement en 2017.

 

Rémunération et missions intéressantes, duo gagnant pour attirer les talents du BTP et de l’immobilier


Le cabinet Fed Construction a mené une enquête auprès de 307 candidats du BTP et de l’immobilier, en poste ou en recherche d’emploi, interrogés entre octobre et décembre 2019. Les professionnels du BTP et de l’immobilier estiment leur marché de l’emploi dynamique (66 %). L’optimisme est un peu plus grand dans le BTP (67 %) que dans le secteur de l’immobilier (64 %). Ce sont d’ailleurs des candidats sollicités par les cabinets de recrutement. Près des 2/3 (57 %) déclarent en effet avoir été contactés au moins 4 fois par un cabinet au cours de l’année passée. L’étude montre aussi une certaine appétence pour la cooptation dans leur recherche d’emploi. Bien que 62 % des candidats soient en contact avec un cabinet de recrutement, et que 55 % répondent à des offres, 44 % ont recours à leur réseau professionnel. 87 % des répondants sont des professionnels de la construction et 13 % des travaillent dans le secteur de l’immobilier. Au moment de l’enquête, 66 % étaient en poste et 34 % en recherche d’emploi. Pour choisir entre deux postes similaires, la rémunération ressort comme le premier critère (pour 70 % d’entre eux). Même si la plupart des répondants déclarent être satisfaits de leur rémunération (pour 56 % d’entre eux, dont 3 % de « très satisfaits »), ils sont néanmoins 44 % à estimer leur salaire inférieur à leurs attentes. Presque à parts égales, l’intérêt des missions est un critère important dans le choix d’un poste : 69 % des candidats l’ont cité. Une fois en poste, c’est l’ambiance de travail qui prend le pas sur la rémunération, reléguée en deuxième position dans la liste des critères cités (59 % des réponses). La grande majorité des candidats (72 %) la place en tête de liste des motivations pour rester dans l’entreprise. La notion de bien-être au travail est prégnante puisqu’ils sont encore 48 % à déclarer que les « bonnes » conditions de travail favorisent leur maintien dans l’entreprise. Les répondants sont également très attentifs à l’intérêt des missions (69 %), vient ensuite la localisation du poste, citée à 60 % par ces professionnels. Dernier enseignement, plus de la moitié (53 %) souhaitent rester dans l’entreprise au moins pendant 5 ans.

 

Schneider Electric en passe d’acquérir le fournisseur de logiciels de construction RIB Software


Schneider Electric a annoncé son intention d'acquérir une participation majoritaire dans RIB Software SE (RIB) par la voie d'une offre publique d'achat volontaire. La transaction proposée doit permettre à Schneider Electric de « renforcer ses capacités sur la phase de construction qui souffre actuellement d'un niveau élevé d'inefficacités en raison d’une très faible adoption des technologies numériques (moins de 5 %) ». Cette annonce, dans les logiciels de construction, s'inscrit dans la vision de Schneider Electric sur le cycle de vie des bâtiments intelligents au sein de son activité gestion de l'énergie.  RIB propose une plateforme logicielle pour la planification, le calcul des coûts et le suivi de la construction en temps réel, « en faisant l'un des principaux acteurs dans le domaine plus large de la modélisation des informations sur les bâtiments (BIM) », selon le communiqué de presse. Fondée en 1961, RIB a son siège social à Stuttgart (Allemagne) et est cotée à la Bourse de Francfort. Ses près de 2 700 collaborateurs, répartis sur plus de 50 sites dans le monde entier, servent plus de 100 000 clients et 500 000 utilisateurs, générant ainsi un chiffre d'affaires de 214 M€ avec une marge d'EBITDA de 23,4 % en 2019. L’offre de Schneider Electric s’élève à 29 € par action, « soit une prime de 41 % par rapport au dernier cours de clôture et une prime de 37 % par rapport à la moyenne des cours pondérés par les volumes des trois derniers mois précédant l'annonce ». La transaction valorise 100 % de RIB à environ 1,4 Md€ et l'offre est soutenue par le conseil d’administration de RIB. Le PDG Tom Wolf et le directeur financier Michael Sauer de RIB continueront d'exercer leurs fonctions jusqu'au terme de leurs contrats actuels en 2022. La finalisation de la transaction devrait intervenir au cours du deuxième trimestre 2020.

 

Le volume des logements neufs réservés reste stable en 2019


Au cours de l’année 2019, 129 500 logements ont été réservés (vendus), un résultat stable (+ 0,0 %) par rapport à 2018 selon les données dévoilées par le ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. Dans le même temps, l’offre s’est réduite (- 13,3 %), avec 110 200 logements mis en vente en 2019 contre 127 200 en 2018. Au quatrième trimestre 2019, le niveau des mises en vente est inférieur à celui du quatrième trimestre 2018 (- 5,4 %), ainsi que dans une moindre mesure celui des réservations (- 1,0 %). Cette baisse de la demande s'explique par celle de l’individuel (-18,7 %), le collectif étant quasi stable (+0,4 %). En 2019 le prix de vente moyen des logements neufs est en hausse, aussi bien pour les logements collectifs (+ 4,4 %) que pour les maisons individuelles (+ 3,2 %).

 

Alix d’Ocagne intègre le conseil d’administration de Covivio


A la suite de la démission de Delphine Benchetrit, le conseil d’administration de Covivio a coopté Alix d’Ocagne qui a, pendant 25 ans, développé l’étude Cheuvreux, d’abord comme collaboratrice, puis associée, associée-gérante et enfin présidente jusqu’en 2019. Elle apportera au conseil « toute son expertise dans le domaine des transactions immobilières, ainsi que son expérience entrepreneuriale », selon le communiqué de presse de la foncière.

 

Covivio initie une OPA sur Godewind


Covivio a annoncé sa décision de lancer une offre publique d'achat portant sur la totalité du capital de Godewind, foncière cotée spécialisée dans l'immobilier de bureaux en Allemagne. L'offre est lancée au prix de 6,40 € par action et bénéficie du plein soutien du management et du conseil de surveillance de Godewind. Covivio a d’ores et déjà sécurisé environ 35 % du capital social entièrement dilué de Godewind. Grâce à ce portefeuille de 1,2 Md€, Covivio disposerait d’une taille critique sur le marché des bureaux en Allemagne, avec un patrimoine total de 2,1 Mds€. Présent en Allemagne depuis 2005 avec une équipe locale de 570 personnes, Covivio est historiquement actif sur le secteur du résidentiel et de l’hôtellerie. La foncière française a initié en 2018 une activité de bureaux en Allemagne. Elle est propriétaire à ce jour de 280 M€ d’actifs tertiaires et de 600 M€ de projets de développement, principalement à Berlin. L’opération devrait permettre à Covivio d’investir dans un patrimoine core de 10 immeubles de bureaux (290 000 m²), valorisés 1,2 Md€ et situés à Francfort (40% du patrimoine), Düsseldorf (28%), Hambourg (24%) et Munich (8%). Covivio compte déployer sur le portefeuille un travail d’asset management centré sur la réduction de la vacance et la revalorisation des loyers. Le rendement de l’investissement est attendu à 4,7 % après réduction de la vacance actuelle (d’environ 8 % ; rendement de 4,3 % immédiat) et à plus de 5 % potentiel compte tenu des leviers de création de valeur (potentiel de réversion supérieur à 10 % et capacité de développement de 15 500 m² à Munich). L’obtention de toutes les approbations des autorités en vigueur est prévue préalablement à l’ouverture de l’offre publique, qui devrait commencer d’ici fin mars. La clôture de l'offre et du processus de retrait de la cote initié par Godewind est prévue d'ici fin mai 2020.

 

RedTree Capital signe le Huit Douze sur Parc à Maisons-Alfort


RedTree Capital, acteur spécialisé dans l’investissement immobilier dirigé par Eric Sasson, a acquis Huit Douze sur Parc. Il s’agit du premier investissement de l’année pour cet acteur. L’immeuble, conçu par Philippe Aucagos du cabinet Nex Architectes, inauguré le 25 novembre 2009 et situé 90-112 bis avenue de la Liberté à Maisons-Alfort, dispose d’une surface locative de plus de 12 000 m². RedTree Capital était conseillé par le cabinet UGGC Avocats sur les aspects corporate et transactionnels de l’opération. À leurs côtés, le cabinet Clifford Chance avec Eric Davoudet est intervenu sur les aspects fiscaux. L’étude Alliance Notaires – Meudon est intervenue aux côtés des acquéreurs, avec une équipe composée de Thierry Vachon et Laurent Landais. Le vendeur était conseillé par le cabinet K&L Gates et l’étude Dequesne Le Falher & Associés.

 

Nuveen Real Estate lève 130 M€ pour son fonds European Cities


Nuveen Real Estate a collecté 130 M€ auprès de trois investisseurs européens pour son véhicule European Cities. Les trois acteurs sont des fonds de pension, deux d'entre eux renforçant leurs engagements actuels avec la plateforme. Le fonds cible des actifs dans des villes européennes qui, selon la société, profiteront d’une forte croissance démographique et structurelle. « Depuis le lancement du véhicule en 2016, nous avons constitué un portefeuille de 2 Mds€ de 13 actifs de haute qualité, dont un en cours de développement, et levé environ 1,3 Md€ auprès de 24 investisseurs à travers le monde », souligne Andrew Rich, gestionnaire de fonds chez Nuveen Real Estate.

 

Collecte et investissements records pour les SCPI et OPCI en 2019


Les SCPI et OPCI Grand Public ont collecté 11,4 Mds€ en 2019, dépassant le précédent record de 2017 (10,4 Mds€), selon l’ASPIM et l’IEIF. Les SCPI ont levé 8,6 Mds€ et ont réalisé pour 9,2 Mds€ d’acquisitions en 2019 (nouvelle marque de référence, particulièrement actives au dernier trimestre 2019 avec 3,7 Mds€ d’acquisitions. En 2019, les vingt OPCI Grand Public majoritairement distribués par le biais des contrats d’assurance-vie, ont collecté quant à eux un total de 2,8 Mds€ (soit une hausse de 30 % par rapport à l’exercice précédent). Au 31 décembre 2019, la capitalisation des SCPI atteignait au total 65,1 Mds€, soit une augmentation de 17 % par rapport à la fin 2018. Au cours du dernier exercice, l’actif net cumulé des OPCI est passé de 15,2 Mds€ fin 2018 à 18,6 Mds€ fin 2019, soit une augmentation de près de 23 %. Avec un peu plus de 1 Mds€ de parts échangées, le marché secondaire des parts de SCPI connaît un léger ralentissement (-8,4 % par rapport à l’exercice précédent). Le taux de rotation annuel se situe à 1,53 % pour l’ensemble des parts de SCPI (hors SCPI résidentiel). Et le cumul des parts en attente de cessions et des retraits non compensés se limite à 0,21 % de la capitalisation globale. En 2019, les SCPI Immobilier d’entreprise ont vu leur taux de distribution remonter à 4,4 % (contre 4,34 % en 2018). Le niveau de revenus distribués par les SCPI leur permet de dégager une prime de risque en hausse (480 points de base au-dessus des emprunts d’Etat à 10 ans). En 2019, la performance globale des OPCI a atteint 5,4 % contre +0,8 % en 2018. C’est davantage la valorisation du patrimoine (+4,3 % contre - 0,4 % l’année précédente) qui a porté cette performance que le rendement courant (+1,2 %, comme en 2018). « La volatilité des marchés actions explique une forte fluctuation des performances sur les deux dernières années », conclut le communiqué de presse.

 

Nicolas Sarkozy interviendra en ouverture du MIPIM 2020


Nicolas Sarkozy inaugurera le MIPIM 2020 le mardi 10 mars à 15h au Palais des Festivals de Cannes. « Le Président Nicolas Sarkozy est reconnu mondialement pour sa vision engagée des problématiques géopolitiques et territoriales, et pour ses réalisations majeures comme le Grand Paris, les investissements d’avenir et l’impulsion de grands événements populaires en France (Euro 2016 de Football, Jeux Olympiques de Paris 2024), précise le salon. Son approche des questions démographiques et des grands équilibres territoriaux nourrira la réflexion des 28 000 visiteurs attendus pour cette 31e édition du MIPIM 2020 autour de son thème central : un humain dans la ville ». Son intervention précédera la première édition du « MIPIM Political Leaders’ Summit », qui réunira une centaine d’élus de métropoles internationales (dont les maires de Madrid, Helsinki, Varsovie, Tallinn, Florence, Stockholm…) pour échanger sur les révolutions sociétales en cours.

 

Les inscriptions commencent pour le voyage d’étude 2020 du Club des Clubs Immobiliers à Dublin


Le Club des Clubs Immobiliers qui réunit 27 clubs immobiliers d’anciens des grandes écoles et universités françaises a lancé les inscriptions pour son 27e voyage d’étude qui se déroulera à Dublin sur une journée le jeudi 26 mars 2020 par avion spécial. Ce voyage devrait réunir environ 250 participants. « À l’heure du Brexit, de sa part sa fiscalité attractive, Dublin constitue l’une des destinations privilégiées des grands sièges sociaux avec aujourd’hui plus de 120 grues en action et plus de 6 000 salariés qui ont déjà quitté Londres pour la rejoindre », précise le communiqué de presse. Le programme de cette journée permettra notamment de découvrir la politique de développement urbain menée par IDA (Industrial development Authority) et le quartier des Docklands. Ce 27e voyage d‘étude est co-organisé par les clubs immobiliers de l’IAE Paris Alumni et de l’ESC NEOMA Immo et les membres du bureau du Club des Clubs Immobiliers.

Par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’hydrogène, la nouvelle panacée européenne ?

L’hydrogène, la nouvelle panacée européenne ?

La Commission européenne ambitionne d’ajouter l’hydrogène à sa pharmacopée, et d’ainsi élargir son spectre de réponses potentielles à l’urgence climat...

La veille urbaine du 10 juillet 2020

La veille urbaine du 10 juillet 2020

Esset qui acquiert Yxime, Claude Samson réélu président d’Afilog, le Conseil d'Etat qui sévit contre le gouvernement sur la pollution de l’air… Décide...

Orange va acheter de l’électricité renouvelable à Boralex

Orange va acheter de l’électricité renouvelable à Boralex

Orange a annoncé annoncé la signature d'un corporate PPA avec Boralex sur les énergies renouvelables. L'opérateur télécom va s'approvisionner en élect...

Nouveau semestre record pour le crowdfunding immobilier malgré la crise sanitaire

Nouveau semestre record pour le crowdfunding immobilier malgré la crise sanitaire

Malgré un semestre marqué par l'épidémie de Covid-19 et les mesures de confinement, le marché du crowdfunding immobilier a poursuivi sa croissance ave...

Pollution de l’air : les juges blâment l’État

Pollution de l’air : les juges blâment l’État

Ce vendredi, le Conseil d’État a ordonné au gouvernement d'agir en matière de pollution environnementale, sous peine d'une astreinte dont le montant e...

Rénovation énergétique des bâtiments : l’accélération et l’amplification, c’est maintenant

Rénovation énergétique des bâtiments : l’accélération et l’amplification, c’est maintenant

Identifiée par Emmanuel Macron comme un axe structurant de la relance économique, la rénovation énergétique des bâtiments est revenue avec force sur l...

Neutralité carbone : des investissements insuffisants dans les énergies renouvelables

Neutralité carbone : des investissements insuffisants dans les énergies renouvelables

Après la pandémie du COVID 19 et son impact considérable sur l’économie et les entreprises, l’Agence Internationale de l'Énergie (IAE) s’inquiète d’un...

La veille urbaine du 9 juillet 2020

La veille urbaine du 9 juillet 2020

Premier investissement dans le département du Nord pour Midi 2i, Marie-Célie Guillaume qui quitte la direction générale de Paris La Défense, Patrick O...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message