La veille immo du 17 avril 2019

LaSalle qui acquiert un immeuble de bureaux en VEFA près de la Station F, Maryse Aulagnon nommée présidente de la FSIF, Novaxia qui lance un véhicule dédié à l’urbanisme temporaire… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières du 17 avril 2019.

LaSalle qui acquiert un immeuble de bureaux en VEFA près de la Station F, Maryse Aulagnon nommée présidente de la FSIF, Novaxia qui lance un véhicule dédié à l’urbanisme temporaire… Décideurs vous propose une synthèse des actualités immobilières du 17 avril 2019.

 

LaSalle signe un immeuble en VEFA à proximité de la Station F


LaSalle Investment Management réalise l’acquisition en VEFA d’un immeuble de bureaux auprès d’AG Real Estate, pour le compte de son fonds pan-européen Encore+. Situé au 62-68 rue Jeanne d’Arc dans le 13e arrondissement de Paris, l’opération consiste en la démolition de l’ensemble immobilier existant et la construction d’un immeuble neuf de 9 800 m². Conçu par le cabinet d’architecte Atelier du Pont, le bâtiment proposera notamment des espaces de travail individuels et collaboratifs 100 % en premier jour, des terrasses végétalisées accessibles, un rooftop au R+8, un espace de restauration, un commerce, un parking privé en sous-sol ainsi qu’un hall double hauteur et un auditorium ERP. L’immeuble sera labellisé Effinergie+, Well « Core and Shell » niveau gold, Wiredscore niveau gold, et recevra les certifications HQE Excellent et BREEAM Very Good.

Cet actif est la huitième acquisition d’Encore+ à Paris. « Il répond parfaitement aux critères DTU+E et bénéficie d’un emplacement stratégique au sein d’un environnement attractif, précise David Ironside, gérant du fonds Encore+, déclare. Nos équipes recherchent activement des opportunités dans des zones à forte densité démographique, attrayantes pour les industries technologiques et bénéficiant d’une excellente desserte en transports publics. Nous sommes impatients d'accueillir nos locataires en 2021. » Et Beverley Shadbolt, présidente France de LaSalle Investment Management, d’ajouter : « La zone est en constante mutation et affiche de solides fondamentaux avec un taux de vacance très faible. Le dynamisme du quartier, les excellentes infrastructures du 13ème arrondissement et le rayonnement international de la Station F expliquent en grande partie ce succès. »

Le projet incarne également la stratégie d’AG Real Estate, de se positionner comme un développeur tertiaire « dynamique » sur le marché francilien. Le pipeline de développement est actuellement d’environ 400 000 m² pour un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. « L’immeuble sera réalisé en partenariat avec Les Nouveaux Constructeurs dans la cadre d’un contrat de promotion immobilière, conclut Arnaud Guennoc, directeur général d’AG Real Estate France. Nous sommes très fiers de cette première opération dans le XIIIème arrondissement de Paris, quartier extrêmement dynamique, avec lequel nous poursuivons notre collaboration au travers du projet Nouvel R, récent lauréat de l’appel à projets Inventer Bruneseau. »

Les conseils de l’acheteur étaient Allez & Associés (notaire), JLL (conseil technique), Knight Frank (expert), KPMG, Fidal et Dentons. Les conseils du vendeur étaient Panhard & Associés (notaire), CBRE (commercialisation), et Kramer Levin Naftalis & Frankel.

 

Coup d’envoi pour la première opération du fonds de développement de Batipart


GA Smart Building et Batipart lancent la construction de 22 000 m² de bureaux à Malakoff. L’opération de « sale and lease back » menée par Safran au travers d’une consultation promoteur/investisseur avait été remportée par GA Smart Building et Batipart mi 2018. L’ancien site tertiaire fait l’objet d’une démolition pour la réalisation d’un immeuble de près de 22 000 m² de bureaux dans lequel Safran s’installera en location avant fin 2021. Dessiné par Studios Architecture, le projet situé boulevard Charles de Gaulle à Malakoff, a été pensé pour s’intégrer à son environnement urbain. Le projet développe une image « linéaire et fluide » sur le boulevard avec une façade majoritairement vitrée, tandis que le bâtiment en coeur d’îlot est agrémenté de balcons végétalisés.

L’immeuble proposera une approche biophilique en offrant à ses utilisateurs un cadre de vie végétalisé, avec des terrasses agrémentées d’un potager urbain et un jardin en coeur d’îlot. L’opération sera certifiée HQE® Très Performant, « Well » niveau gold et labellisé Effinergie +. L’ensemble immobilier se développera sur sept étages et propose de « vastes plateaux de bureaux flexibles et modulables ». Il repose enfin sur un socle actif avec des services visant à améliorer la qualité de vie des lieux : conciergerie, salles de réunion modulables, fitness, restaurant et cafétéria.

Grâce à l’approche industrielle hors-site mise au point par GA Smart Building, la construction des 22 000 m² de bureaux se fera en un temps record. Les travaux de démolition débuteront en mai 2019 pour une livraison avant fin 2021. 

L’immeuble sera détenu par trois co investisseurs : Covea et ACM, aux côtés de Batipart. Le groupe Safran sera locataire du futur ensemble immobilier réalisé par GA Smart Building pour le compte de Batipart à travers un contrat de promotion immobilière. Cette opération constitue le premier investissement réalisé dans le cadre du fonds de développement lancé par Batipart début 2018 avec ses partenaires investisseurs. Pour cette opération, le groupe Safran a été conseillé par les équipes de Bluebird et Théop. 

Maryse Aulagnon succède à Christophe Kullmann à la présidence de la FSIF


Le conseil d’administration de la Fédération des sociétés immobilières et foncières (FSIF) a élu Maryse Aulagnon au poste de présidente. Elle succède à Christophe Kullmann, nommé président d’honneur, et sera accompagnée par deux vice-présidents, Alain Taravella, président fondateur d’Altarea Cogedim et Olivier Wigniolle, directeur général d’Icade.

Maryse Aulagnon est diplômée de l’ENA, de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un DESS en sciences économiques. Elle a débuté sa carrière au Conseil d’Etat. Après avoir été attachée financière à l'ambassade de France à Washington de 1979 à 1981, elle a été conseillère technique au cabinet du ministre chargé du Budget puis du ministre de l’Industrie et de la Recherche. Elle rejoint en 1984 la Compagnie générale d’électricité (CGE) (devenue Alcatel) en tant que directrice des affaires internationales. Elle devient en 1987 directrice générale d’Euris puis fonde en 1990 le groupe Affine, dont elle sera jusqu’en 2018 présidente. Depuis janvier 2019, elle anime la société Finestate, société d’investissement immobilier qu’elle a également créée.

Elle est par ailleurs administratrice d'Air France-KLM et de Veolia Environnement, membre du conseil de surveillance de BPCE et de diverses associations notamment culturelles et universitaires (Le Siècle, la Fondation des Sciences Politiques, Voxfemina…). Elle a présidé le Club de l’immobilier (2010-2012) et a été membre du bureau exécutif de l’EPRA. Elle est également administratrice de la Fondation Palladio. Administratrice de la FSIF depuis 2002, elle était jusqu’à ce jour membre du bureau exécutif et a présidé la commission sur le Grand Paris.

« Aujourd’hui, les villes font face à des besoins accrus avec la concentration autour des grandes métropoles et l’évolution des modes de vie et des usages, précise Maryse Aulagnon. Mon souhait est de pouvoir travailler avec tous les acteurs du secteur pour répondre aux défis qui se présentent. Nos sociétés immobilières doivent pouvoir continuer à accompagner efficacement l’évolution de l’immobilier urbain au service de la ville et de ses habitants. »

 

Félicie Sciaux nommée directrice de l’asset management de B&C France


B&C France annonce la nomination de Félicie Sciaux au poste de directrice de l’asset management. Elle sera désormais en charge des activités d’asset management du groupe qui représente un portefeuille de 563 000 m². Sa nomination vise à consolider la position de B&C France, notamment dans le conseil et l’assistance en commercialisation d’immeubles de bureaux.  Félicie Sciaux a débuté sa carrière au sein de B&C France en 2013 en qualité d’asset manager en charge d’opérations de bureaux en Île-de-France. Elle est diplômée d’un master 1 droit privé général de l’Université Paris 12 (UPEC) et d’un master 2 administration et management de l’immobilier de l’Ecole supérieure des professions immobilières.

 

Le Grand prix de l’urbanisme 2019 décerné à Patrick Bouchain

Le jury du Grand prix de l’urbanisme 2019 a décerné le grand prix à Patrick Bouchain, architecte et scénographe. Il lui sera remis par la ministre Jacqueline Gourault lors d’une cérémonie à l’automne 2019. « Figure de proue de la transformation de friches industrielles en lieux culturels et pionnier de la valorisation des lieux urbains délaissés, Patrick Bouchain a fait de la culture le fil rouge de son action », souligne le communiqué du gouvernement. Il s’est ainsi distingué par ses projets de transformation des anciennes usines LU en Lieu Unique (Nantes, 2000), de la Condition publique à Roubaix (2003) ou encore du Channel (Scène nationale de Calais, 2005). Le jury a également salué un architecte engagé à réinventer la ville avec ses habitants, en créant des programmes sur mesure pour et avec ses futurs occupants, à « haute qualité humaine ». Il pratique avec l’agence Construire (Nicole Concordet et Loïc Julienne) une architecture collaborative et pédagogique, notamment par l’ouverture au public de ses chantiers.

Pour rendre le permis de faire concret, Patrick Bouchain a mis en place une démarche expérimentale d’urbanisme et d’architecture intitulée « la preuve par 7 » en travaillant avec sept territoires d’échelles différentes (du bourg au département) afin de faire émerger des opérations sur mesure avec les acteurs de ces sites. Conseiller auprès du ministre de la Culture, il a dirigé l’Atelier public d’architecture et d’urbanisme de Blois. Il a conduit un « atelier de production d’idées » sur les relations entre ville, friches et forêt, qui a abouti à la proposition dite La Forêt des délaissés (2000). Patrick Bouchain a collaboré avec différents artistes dont Daniel Buren (Les Deux Plateaux au palais Royal, en 1986) et Bartabas (Théâtre Zingaro à Aubervilliers). Il a aussi été le chef d’orchestre du spectacle des Grandes Roues sur les Champs-Élysées à Paris pour la célébration du passage à l’an 2000.

 

Novaxia lance un véhicule dédié à l’urbanisme temporaire

©monportraitpro

Novaxia a annoncé la création d’un fonds de dotation en faveur de l’urbanisme temporaire lors du rassemblement francilien autour de l’Association des maires d’Ile-de-France. Objectif affiché : « soutenir et conduire toute action d’intérêt général à caractère culturel, artistique, sportif ou éducatif contribuant à la valorisation et à la promotion de projets temporaires dans des lieux urbains vacants appartenant à Novaxia ». La société a notamment hébergé des projets d’urbanisme temporaire sur les projets « Lacépède » ou encore « Bagnolet-Gallieni ». Ces mises à disposition ont notamment permis de créer une pièce de théâtre, offrant à plus 10 000 spectateurs de profiter d’un spectacle immersif, d’héberger un collectif d’artistes « Wonder » et de créer plus de 2 000 m² dédiés à leur art. « La place d’acteur majeur que Novaxia est en train de prendre dans le cadre de la transformation urbaine nous pousse à dépasser notre action d’asset manager et de développeur urbain pour aller plus loin et accompagner et soutenir le développement de projets d’urbanisme temporaire qui s’inscrivent dans notre stratégie d’impact investing dont tous bénéficient : les villes, leurs élus, leurs habitants et les associations, détaille Joachim Azan, président fondateur de Novaxia. C’est pourquoi j’ai décidé de systématiser notre aide avec la création d’un fonds de dotation. »

Jusque-là, le Groupe Novaxia aidait les bénéficiaires de l’urbanisme temporaire avec une aide en nature, celle de la mise à disposition de lieux urbains vacants. Dorénavant grâce au fonds de dotation, elle la doublera par une aide financière. Novaxia a d’ores et déjà prévu de verser au cours des 5 premières années du fonds de dotation, une somme d’1 million d’euros (soit 200 000 euros par an). Ses investisseurs auront également la possibilité de faire des donations au fonds de dotation pour subventionner les projets sélectionnés depuis un portail dédié. « Ne pas laisser inutilisés des bâtiments en attente de réhabilitation est une opportunité pour toutes les parties prenantes ; Nos investisseurs y voient un double intérêt en diminuant le coût du gardiennage et en permettant de capter de nouveaux loyers avant la concrétisation du projet final, ajoute Joachim Azan, président fondateur de Novaxia. Mais au-delà de l’aspect financier, ils apprécient d’utiliser la vacance pour y voir s’y développer des projets à forts impacts sociétaux. De leur côté, les collectivités locales apprécient grandement de disposer de lieux de création ou de missions sociales au sein de leur ville, activités souvent prisées par les populations locales où tous participent et écrivent ensemble un scénario commun : les associations, les riverains, les scolaires…. Enfin, les organismes bénéficiaires qui s’installent de façon provisoire apprécient, eux, de pouvoir bénéficier de lieux leur permettant de créer et de se développer à moindre coût grâce à des loyers faibles voire nuls. »

 

La métropole de Grenoble reçoit un soutien de 100 millions d’euros de la BEI


À l’occasion d’un déplacement à Grenoble, le vice-président de la Banque européenne d’investissement, Ambroise Fayolle, a confirmé l’engagement du conseil d’administration de la Banque européenne d’investissement (BEI) d’accorder à Grenoble-Alpes Métropole un prêt de 100 millions d’euros dont les premiers versements ont déjà commencé. Ce montage permettra à Grenoble-Alpes Métropole de s’inscrire pleinement dans la transition énergétique et écologique, traduit au travers du Plan Air Energie Climat métropolitain et conditionnant son approche de l’ensemble de ses politiques et notamment des services publics locaux de l’eau, de l’énergie, de la collecte, du traitement et de la valorisation des déchets. Le coût total des projets est estimé à 237 millions d’euros pour lesquels la BEI contribue. « Avec plus de 70 % de dépenses d’investissement du budget 2019 consacré à la transition énergétique et écologique, la Métropole de Grenoble est résolument tournée vers l’amélioration de la qualité de vie des habitants », souligne le vice-président Raphaël Guerrero.
 

Par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 30 juillet 2021

La veille urbaine du 30 juillet 2021

Goldman Sachs Asset Management et Immobel acquièrent un immeuble mixte à Paris 8, Round Hill Capital, Mubadala Investment Company et Ivanhoé Cambridge...

La veille urbaine du 28 juillet 2021

La veille urbaine du 28 juillet 2021

Perial AM acquiert l'immeuble "Les portes d'Arcueil I" auprès de Gecina pour 300 M€, le Groupe Legendre soutient le projet rennais de l’association La...

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Coworking et bureaux partagés, la solution pour demain ?

Entre l’obligatoire réorganisation du travail et une stratégie immobilière à revoir, la reprise annoncée s’accompagne de nombreuses problématiques. Et...

La veille urbaine du 27 juillet 2021

La veille urbaine du 27 juillet 2021

Icade Foncière Tertiaire acquiert l’ensemble “Equinove” au Plessis-Robinson pour 183 M€, Barings acquiert un immeuble de bureaux à Londres pour 130 M£...

Transformation de bureaux en logements : un nouvel élan ?

Transformation de bureaux en logements : un nouvel élan ?

Le sujet de la transformation de bureaux en logements revient régulièrement sur le devant de la scène immobilière. C’est à nouveau le cas depuis janv...

La veille urbaine du 26 juillet 2021

La veille urbaine du 26 juillet 2021

OGIC livre 20 000 m² de bureaux et commerces à l’entrée ouest de la ville de Clichy à PGIM Real Estate, Colonies poursuit son développement avec la re...

La veille urbaine du 22 juillet 2021

La veille urbaine du 22 juillet 2021

Hines acquiert 350 000 m² de plateformes logistiques en France, Cogedim annonce la vente à Newton Offices d’un immeuble situé à Marseille, Céline Auge...

La veille urbaine du 21 juillet 2021

La veille urbaine du 21 juillet 2021

Sofidy acquiert un immeuble mixte à Lyon pour la SCPI Immorente, Vinci Construction livre une résidence de 65 appartements à Amiens, Fundimmo dévoile...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte