La transparence des salaires, pour plus de clarté

Et si chacun dans l’open space connaissait le montant du salaire de son voisin ? Cela peut paraître dérangeant, en France en tout cas, où la rémunération reste un sujet tabou. En phase avec les attentes de notre époque, l’idée fait pourtant son chemin.

Et si chacun dans l’open space connaissait le montant du salaire de son voisin ? Cela peut paraître dérangeant, en France en tout cas, où la rémunération reste un sujet tabou. En phase avec les attentes de notre époque, l’idée fait pourtant son chemin.

Internet oblige, l’heure est à la transparence pour les entreprises. Le célèbre site web Glassdoor, qui permet aux salariés – et anciens employés – de noter une entreprise et de commenter ses pratiques managériales, fait ainsi frémir quelques services RH et leur politique de marque employeur. Dès lors, la question se pose : ne vaut-il pas mieux prendre les devants ?

Chez SAP, maîtriser l’information

Avant de devenir directrice des ressources humaines de PwC, Valérie Vezinhet assurait cette fonction au sein de SAP France. Une de ses réalisations les plus notables a été d’y mettre en place une politique de transparence des salaires. « Nous vivons dans un monde digitalisé où, d’une manière ou d’une autre, les collaborateurs auront accès à l’information. Autant donc s’assurer qu’elle soit la plus complète possible, précise et comprise » expliquait-elle alors. Pour chaque métier donné, les collaborateurs se sont vu communiquer la grille de rémunération des postes hiérarchiquement situés au-dessus et en dessous du leur, ainsi que les règles de répartition entre le fixe et le variable. Le projet a été mené à grands renforts de communication interne et de pédagogie sur la lecture des grilles. Une manière de diffuser une culture de la communication, qui s’est étendue par la suite à d’autres champs, comme la gestion des performances.

Thermador, la transparence en héritage

Chez Thermador, spécialisé dans la distribution d’accessoires pour la circulation des fluides dans le bâtiment, la transparence des salaires existe depuis l’origine de l’entreprise, fondée en 1968. Et la méthode est plutôt radicale : en début d’année, dans le cadre des réunions tenues au sein de chaque filiale, la liste de tous les salariés est présentée par ordre alphabétique, affichant le montant de la rémunération fixe mensuelle et globale annuelle de chacun. Guillaume Robin, son P-DG, a hérité de cette tradition en prenant ses fonctions. Il concède que les opérations de croissance externe compliquent les choses. « Lorsque nous avons racheté Mecafer en 2015, nous avons dû progressivement réaliser certains ajustements sur les salaires », expose-t-il. Il l’assure néanmoins, le système ne rencontre aucune résistance chez les entreprises absorbées comme chez les candidats à l’embauche d’ailleurs. «  Au contraire, explique-t-il, la transparence est vécue comme la certitude que l’on sera traité de façon équitable. »

Bientôt une arme pro-parité ?

En Allemagne, depuis le 6 janvier 2018, une loi permet aux salariées de demander à leur employeur de leur communiquer le montant de la rémunération de leurs collègues afin de s’assurer qu’elles sont traitées équitablement. Selon une étude menée par le cabinet de recrutement Kienbaum, 85 % des entreprises allemandes partent du principe que cette loi sera invoquée par leurs employées. Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, n’a elle-même pas écarté l’idée pour assurer l’égalité salariale en France.

 

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le taux de personnes sans emploi par rapport à la population active est tombé au plus bas depuis une décennie. Un mouvement entamé depuis 2015 et qui...

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

Le groupe Bénéteau, leader de la plaisance, est l’un des employeurs les plus réputés des Pays de la Loire. Corinne Margot, sa DRH, évoque les défis de...

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, admi...

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

Olivier Lajous, Amiral et ancien DRH de la marine nationale, maîtrise les problématiques de management et de leadership. C'est désormais en qualité de...

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

Viseo, ESN de 2 200 salariés double de taille tous les 4 ans. Croissance interne, rachats, management, formation, FCPE… Son cofondateur Éric Perrier r...

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexist...

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

Parcours d’évolution au sein de l’entreprise, accompagnement du changement, QVT, transparence des salaires … ces DRH d’entreprises basées en Région Au...

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

O.Orjas (Groupe Aoste) : « La RSE est un outil de management »

Avec près de 1 500 collaborateurs et cinq sites industriels, le groupe Aoste fait la fierté de la région Rhône-Alpes où il est historiquement implanté...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message