La Société de la Tour Eiffel entame un nouveau cycle de croissance

Thomas Georgeon a présenté les grandes lignes de la nouvelle stratégie de croissance de la Société de la Tour Eiffel a l’occasion de la publication des résultats semestriels de la foncière.  Décryptage.
Thomas Georgeon, directeur général de la Société de la Tour Eiffel (©D.R.)

Thomas Georgeon a présenté les grandes lignes de la nouvelle stratégie de croissance de la Société de la Tour Eiffel a l’occasion de la publication des résultats semestriels de la foncière. Décryptage.

Pas le temps de souffler pour la Société de la Tour Eiffel. A peine la fusion-absorption d’Affine achevée, la foncière a lancé il y a quatre mois un plan de cession de 190 M€ d’actifs non stratégiques provenant à 50 % de son patrimoine et à 50 % de celui d'Affine. Soit une trentaine de bâtiments. « Nous déployons trois stratégies différentes, révèle Thomas Georgeon, directeur général de la Société de la Tour Eiffel. Des actifs sont mis sur le marché directement quand nous identifions des opportunités porteuses à l'image de la logistique par exemple. Nous avons également des actifs de bureaux un peu vieillissants pour lesquels nous avons lancé des appels d’offres promoteurs. Enfin, nous avons des sujets qui nécessiteront des actions d’asset management avant d'être arbitrés. » A l’heure actuelle, 46 % des dossiers sont déjà sous lettre d’offre indicative. La foncière ambitionne d’achever ce plan de cession en dix-huit mois et ainsi ramener son niveau d’endettement autour de 40 % alors qu’il approche les 50 % à l’issue du premier semestre 2019. Mais ce ne sera pas l’unique impact du programme. Ce dernier augure en effet du futur visage de la Société de la Tour Eiffel.

« Alors que notre patrimoine est actuellement constitué à 86 % de bureaux, 4 % d’actifs mixtes bureaux / commerces et 10 % d’actifs non stratégiques situés à 72 % dans le Grand Paris et à 18 % en régions, nous opérons un recentrage sur notre core business pour viser à moyen terme un patrimoine exclusivement constitué de bureaux, répartis à 80 % dans le Grand Paris et à 20 % dans des régions à potentiel, c’est-à-dire Aix-Marseille, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Toulouse », précise Thomas Georgeon. Outre le plan de cession, la SIIC entend s’appuyer sur le développement afin d’atteindre son objectif et poursuivre sa croissance. Après prise en compte de la livraison de six projets au cours du premier semestre, ceux en cours s’élèvent à 138 M€ et se répartissent entre le Grand Paris (62 %) et  les régions (38 %). A plus long terme, le pipeline sera nourri par les fonciers existants. En outre, des acquisitions sélectives avec des taux de rendement élevés dans des zones maitrisées par la foncière devraient être réalisées et une nouvelle opération de croissance externe n’est pas exclue. Alors que son patrimoine est actuellement estimé à 1,8 Md€, la SIIC n’a pas encore communiqué l’objectif associé à cette stratégie d’expansion.

Last but not least, la Société de la Tour Eiffel entend renforcer son offre de services pour se rapprocher encore davantage des collaborateurs de ses locataires. « Autant nous sommes intrigués par le business model des opérateurs de coworking, autant nous sommes persuadés que le développement des services et les besoins de flexibilité sont des tendances de fond, détaille Thomas Georgeon. Nous menons donc des réflexions sur ces sujets. » Une nouvelle histoire est en marche.

Par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 6 mai 2021

La veille urbaine du 6 mai 2021

6e Sens Entreprises acquiert un ensemble immobilier de 18 000 m² à Lyon 9, Pictet Alternative Advisors et Immobel acquièrent un immeuble de bureaux au...

F. Le Saché (Aera Group) : "C’est en Afrique que se joue la lutte contre le réchauffement planétaire"

F. Le Saché (Aera Group) : "C’est en Afrique que se joue la lutte contre le réchauffement planétaire...

Chaque année depuis cinq ans, Aera, leader du trading de certificats environnementaux en Afrique, double son chiffre d’affaires. En mars dernier, l’en...

Projet de loi Climat : controversé mais adopté

Projet de loi Climat : controversé mais adopté

Le projet de loi “ Climat et résilience ” qui a fait l’objet de plus de 110 heures de discussion, l’un des records de la Ve République, a été adopté p...

La veille urbaine du 5 mai 2021

La veille urbaine du 5 mai 2021

Sogeprom lance les travaux de la tour “Alta” au Havre, GCC et Ossabois réalisent 2 bâtiments de logements en site occupé à Sartrouville, Check & V...

NGE, le ciment du collectif

NGE, le ciment du collectif

Chez NGE (Nouvelles Générations d’Entrepreneurs), la résilience n’est pas qu’un idéal un peu vain ou une prophétie à vocation autoréalisatrice. Elle s...

La veille urbaine du 4 mai 2021

La veille urbaine du 4 mai 2021

Spie batignolles livre, à Covivio, l’immeuble “Flow” situé à Montrouge, CBRE remporte la gestion de E-Valley, GSE en charge de l'extension du hub logi...

La veille urbaine du 3 mai 2021

La veille urbaine du 3 mai 2021

BlackRock Real Assets s'empare du 9-11 Villars à Paris 7, le Groupe Gambetta démarre la construction d’un programme de 30 logements à Marly-le-Roi, Un...

La veille urbaine du 30 avril 2021

La veille urbaine du 30 avril 2021

Real I.S. acquiert, auprès de MACSF, l’immeuble de bureaux “Le Virage” au cœur du pôle d’affaires du Prado à Marseille, le Groupe Brilhac Immobilier s...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte