La Saur : premier rachat du suédois EQT en France

Le numéro trois de la gestion de l’eau sur le territoire national en a terminé avec ses années noires. Il est aujourd’hui valorisé à 1,5 milliard d’euros.

Le numéro trois de la gestion de l’eau sur le territoire national en a terminé avec ses années noires. Il est aujourd’hui valorisé à 1,5 milliard d’euros.

Le conseil de surveillance de la Saur a tranché en faveur du plus français des fonds étrangers ayant soumis leur offre finale pour reprendre le numéro trois de la gestion de l’eau : c’est le suédois EQT qui remporte la mise pour un prix de 1,5 milliard d’euros. Le fonds scandinave de la très influente dynastie Wallenberg a éclipsé les offres concurrentes, que cela soit en provenance des États-Unis (KKR, I Squared) ou même de France (Meridiam aidé du canadien CDPQ). Le choix ne s’est pas fait sur la seule base financière puisque les investisseurs proposaient tous une valorisation semblable. Mais pour son premier rachat en France, EQT a souhaité rassurer tout son monde : ouverture d’un bureau dans l’hexagone, intéressement des salariés, conclusion d’un partenariat avec le financier tricolore SMABTP, maintien d’un niveau de dette raisonnable… Ce dernier point est central tant la Saur a rencontré des difficultés ces dernières années. Propriété de PAI Partners entre 2005 et 2007, le groupe avait ensuite été pénalisé par un endettement massif dans le cadre d’un nouveau LBO emmené par un consortium composé du FSI, de Séché Environnement, d’Axa PE, et de Cube. À l’issue d’un debt-to-equity swap, ses créanciers, dont BNP Paribas et Groupe BPCE, en avaient même pris le contrôle afin de lui faire éviter la faillite. Aujourd’hui, les banques peuvent repasser le flambeau aux acteurs traditionnels du capital-investissement. Si le spécialiste de l’eau est encore loin de ses folles années – il compte près de 8 000 collaborateurs contre 14 000 en 2005 – sa santé financière est au beau fixe. L’entreprise dirigée par Louis-Roch Burgard affiche 1,3 milliard d’euros de revenus annuels (2017) et son endettement est de 700 millions d’euros (cinq fois l’Ebitda). EQT a l’ambition d’en faire le leader de l’Europe du Sud-Ouest.

 

Conseils EQT : financier : Rothschild ; juridique : Clifford Chance

 

FS

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Vestack : moduler le futur de la construction

Vestack : moduler le futur de la construction

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Vestack.

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

Durant son discours de politique générale, la première ministre a déclaré que l’État reprendrait le contrôle de la totalité du capital d’EDF.

ISR : ainsi fonds, fonds, fonds…

ISR : ainsi fonds, fonds, fonds…

Afin d’accélérer la transition écologique du secteur du bâtiment, le label ISR (pour Investissement socialement responsable) a été étendu aux fonds im...

Ministère du Logement : Olivier Klein, la caution solidaire

Ministère du Logement : Olivier Klein, la caution solidaire

Alors que le premier gouvernement Borne ne comptait pas de ministre du logement, le remaniement, forcé par des législatives aux résultats mitigés, en...

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Climat : l'Afrique, innocente sinistrée

Climat : l'Afrique, innocente sinistrée

Malgré son retard dans la lutte à celui qui pollue le plus, que semblent se livrer les différents continents, l’Afrique est en première ligne des effe...

Stonal : pierre angulaire de la gestion d’actifs

Stonal : pierre angulaire de la gestion d’actifs

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Stonal.

F. Pupillo (Mapic) : "L'arrivée du numérique n’a jamais tué l’industrie sous-jacente"

F. Pupillo (Mapic) : "L'arrivée du numérique n’a jamais tué l’industrie sous-jacente"

L’édition 2022 du Mapic, salon de l’immobilier commercial, qui se tiendra du 29 novembre au 1er décembre, ambitionne de renouer avec ses succès pré-cr...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message