La révolution chinoise a bien lieu

Grâce à la digitalisation et à l’omniprésence de l’État, l’ex-empire du Milieu a réussi la première étape de sa transition économique tout en affichant un taux de croissance supérieur à 6 %. Mais le recours massif à l’endettement pourrait compromettre la suite.

Grâce à la digitalisation et à l’omniprésence de l’État, l’ex-empire du Milieu a réussi la première étape de sa transition économique tout en affichant un taux de croissance supérieur à 6 %. Mais le recours massif à l’endettement pourrait compromettre la suite.

Pour le gouvernement chinois, la transition de son économie est un véritable casse-tête. Jusqu’à présent, aucun pays n’a réussi à passer d’une économie basée sur l’industrie à une économie de service sans voir sa croissance baisser. Or, avec près de 1,4 milliard d’habitants, le pays a besoin de croissance pour maintenir la paix sociale. Les autorités visent un doublement du PIB en 2020 par rapport à 2010. Pour relever ce défi, le gouvernement a pu profiter de sa mainmise sur l’économie et n’hésite pas à investir dans de coûteux travaux d’infrastructures. Pour le moment, les chiffres lui donnent raison. Au cours du premier semestre 2017, la Chine a enregistré une croissance de 6,9 %, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Jeu égal avec les États-Unis

L’industrie fait peau neuve et se concentre sur des produits à plus forte valeur ajoutée. Le pays est déjà devenu le premier installateur de robots et de machines intelligentes au monde. Pour accélérer le mouvement, le gouvernement chinois a encouragé les entreprises nationales à réaliser des acquisitions d’entreprises technologiques. L’Europe est l’une des principales victimes de cette stratégie. En 2015, le fabricant italien de pneus Pirelli a ainsi été racheté par ChemChina. Plus récemment, Kuka, pépite allemande de la robotique, a été acquise par Midea.

En parallèle, l’économie chinoise s’est également digitalisée. Dans ce domaine, la progression est si forte qu’elle fait aujourd’hui jeu égal avec les États-Unis. Alibaba et son rival Tencent, deux fleurons de l'empire du Milieu, font désormais parti des stars internationales du Web. Le chiffre d’affaires du e-commerce chinois représente 701 milliards d’euros, soit près de la moitié du total mondial. Conscient d’être trop dépendant de la conjoncture internationale, le gouvernement chinois a également favorisé le développement de sa consommation intérieure. Pour cela, il a ouvert les vannes du crédit pour inciter la classe moyenne naissante à dépenser plus. Après trente ans de déclin, la consommation privée a enfin augmenté. Sa part dans le produit intérieur brut (PIB) est passée de 35,4 % en 2010 à 39 % en 2016.

Une étatisation de l’économie

Résultat, le gigantesque excédent commercial chinois s’est fortement réduit. Monté jusqu’à près de 10 % du PIB en 2006, il est désormais passé sous la barre des 3 %, un niveau inférieur à celui de l’Allemagne, son grand rival industriel. Seule ombre au tableau, l’endettement public et privé qui atteint près de 250 % du PIB. Pour transformer l’essai, le gouvernement chinois doit réduire progressivement la voilure tout en laissant le secteur privé prendre le relais.

Car le modèle économique chinois a ses limites : la majorité des grands groupes sont des entreprises étatiques qui peinent à gagner en compétitivité au moment de s’imposer à l’international et qui affichent des niveaux de rentabilité inférieurs à leur secteur de référence. Leur réforme sera à ce titre l’un des grands chantiers à venir. Malheureusement, en renforçant le pouvoir de Xi Jinping, le congrès du PCC ne laisse pas beaucoup d’espoir à ce sujet.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Mallorie Sia, l’énergie nouvelle génération

Cette diplômée de HEC a déjà une belle carrière derrière elle puisque dès ses 25 ans elle cédait son entreprise à Treatwell avant de rejoindre Deliver...

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Gafam - BATX. Le marché des empereurs

Valorisations stratosphériques, chiffres d’affaires dopés par les confinements, politiques publiques en leur faveur, les Gafam et les BATX règnent en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte