La République en marche en perte de vitesse ?

Seuls 32 % des militants LREM ont participé à la consultation lancée par le parti au début de l’été pour renouveler ses statuts. Essoufflement général ou simple période de transition ?

Seuls 32 % des militants LREM ont participé à la consultation lancée par le parti au début de l’été pour renouveler ses statuts. Essoufflement général ou simple période de transition ?

Où sont passés les bénévoles d’En marche ! ? Alors qu’ils s’étaient mobilisés en masse pour soutenir la candidature d’Emmanuel Macron au printemps dernier, ils semblent aujourd’hui de moins en moins nombreux à participer à la vie du parti. En témoigne la faible participation à la consultation nationale lancée au début de l’été. Au total, seuls 32,1 % des adhérents se sont exprimés. « C’est pas si mal », estime-t-on néanmoins du côté de l’organisation. Le résultat est sans appel : les adhérents sont à 90,6 % favorables aux nouveaux statuts.

Perte de repères

Comment expliquer la faible participation, alors même que le mouvement rassemblait des milliers de bénévoles il y a encore quelques mois ? D’abord par la période : l’été serait moins propice à la mobilisation. Ensuite, par une perte de repères. Les volontaires, engagés derrière Emmanuel Macron pour « faire de la politique autrement » se retrouvent désormais encartés dans un parti hiérarchisé. « Il est d’un sens normal de voir En marche ! se structurer autour de professionnels experts des questions politiques, confie une ancienne bénévole. Je crois néanmoins que les dirigeants du parti ont véritablement à cœur de se distinguer des familles politiques traditionnelles en poursuivant les consultations locales. »  Aucun « disciple », d’Emmanuel Macron ne s’est par ailleurs véritablement dégagé. Le parti souffrirait-il d’un manque de leadership ? Sans doute.

« Préserver En marche ! »

Plus préoccupant encore, certains adhérents se sont ouvertement opposés au scrutin. En cause ? Un manque de démocratie dans l’élaboration des statuts. « Les militants sont cantonnés à un simple rôle de supporters », dénonce dans un communiqué le collectif la Démocratie en marche, composé d’une trentaine de « marcheurs ». En juillet, ces derniers ont même tenté d’annuler le vote, en saisissant le tribunal de grande instance de Créteil pour non-respect des anciens statuts du mouvement prévoyant un délai d’un mois entre la convocation au scrutin et la prise de connaissance du texte par les adhérents. « Le vote de ces statuts, en plein été, sans période de concertation permettant aux comités d'organiser des ateliers de réflexion, fait penser à un passage en force », estime le collectif qui a obtenu un prolongement du scrutin jusqu’au 16 août. « Nous avons participé activement à la création du mouvement et nous ne le regrettons pas, peut-on lire sur la page Facebook de la Démocratie en marche. Nous pensons que pour préserver En marche! de toute dérive oligarchique, il est absolument nécessaire de refuser les nouveaux statuts qui nous sont proposés. »  Un comportement à la marge selon les leaders du parti. « Vous trouverez toujours des gens qui contesteront le système, qui se sentiront un peu à côté », confie Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, sur RMC. Les fortes têtes de LREM devront néanmoins rapidement sortir de cette de période de flou et veiller à réintégrer les comités locaux dans la prise de décision nationale, faute de quoi la majorité présidentielle risque de perdre son socle militant.  

Capucine Coquand

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Les années passent et nos responsables politiques publient toujours autant d’ouvrages. Objectifs : se faire connaître, montrer leur expertise, se plac...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Une droite qui ne parle quasiment plus qu’aux personnes âgées, un président de la République doté d’un socle solide dans toutes les CSP, un RN souvera...

Pegasus, au cœur du scandale

Pegasus, au cœur du scandale

De nombreux États, qu’ils soient considérés comme des dictatures ou des démocraties, utiliseraient un logiciel proposé par la société israélienne NSO...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte