La reprise est fébrile et localisée Trois questions à Alain Zimmermann CEO de Baume & Mercier

« Nous travaillons sur le repositionnement de Baume & Mercier pour atteindre une clientèle plus jeune »

« Nous travaillons sur le repositionnement de Baume & Mercier pour atteindre une clientèle plus jeune »

Décideurs. Confirmez-vous la reprise de l’activité horlogère ?

Alain Zimmermann. Ce que l’on constate depuis six mois c’est la fin d’une période de crise et les prémices d’une zone de progression, faible, au maximum de 3 %. Mais sur douze mois, l’industrie reste dans le rouge. La reprise est fébrile et localisée, en Corée du Sud, en Chine continentale et en Angleterre. Il faut encore attendre pour enfin parler d’une reprise durable.

Quel sera le plus important chantier pour Baume & Mercier en 2018 ?

 

Le même que celui de 2016 et 2017. Nous devons assurer une continuité dans notre stratégie. Nous travaillons sur le repositionnement de Baume & Mercier pour atteindre une clientèle plus jeune et s’ancrer dans l’air du temps. Tout ceci à travers nos nouveaux produits, notre tonalité générale et le digital. L’utilisation de nouvelles plates-formes et des réseaux sociaux s’inscrit dans ce chantier.

Quelles sont les décisions les plus difficiles à prendre lorsque l’on dirige une maison comme Baume & Mercier ?

 

Ce n’est pas une question de difficulté, mais de justesse. Nous ne sommes pas une start-up, j’ai le plaisir de pouvoir m’appuyer sur un patrimoine, une histoire. Mais je dois être très vigilant, le passé ne doit pas être un frein, je dois absolument éviter l’immobilisme. C’est un arbitrage qui me revient, aucun ordinateur ne peut répondre à ma place.

Propos recueillis par hervé borne

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte