La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine crise économique, ces derniers tentent d’imposer la modération comme seul mot d'ordre.

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine crise économique, ces derniers tentent d’imposer la modération comme seul mot d'ordre.

Alors que les assemblées générales ont été convoquées, les ordres du jour établis et les dates de vote définies, les dirigeants de la plupart des banques d’envergure européenne et mondiale sont appelés à la plus grande retenue quant au montant de leur salaire. C’est ce qu’a tenu à rappeler la BCE par la voix de son patron de la supervision bancaire en Europe, qui invite les banques à faire preuve « d'une extrême modération » dans la part variable de la rémunération de leurs dirigeants, selon des mots rapportés par Les Échos. À l’heure où les contraintes prudentielles pesant sur les établissement bancaires ont été assouplies et que priorité absolue est donnée au soutien des entreprises, des rémunérations excessives pourraient rapidement être perçues par l’opinion publique comme indécentes. La BCE n’est d’ailleurs pas la seule à être montée au créneau puisque son homologue pour le secteur de l’assurance, l’OEIPA, a tenu un discours semblable, solilicitant pour sa part le report des rémunérations variables.

Pas de réaction de la part des banques françaises

Pour l’heure, aucune déclaration des principaux intéressés n'est à signaler. Assureurs et banques français semblent s’en tenir à leurs prévisions établies avant la crise sanitaire mondiale et au vote de leurs actionnaires. Tout juste le Crédit agricole a-t-il confirmé « avoir entendu l’appel des autorités à la modération », sans plus de détail. Pourtant, d’autres acteurs étrangers ont déjà sauté le pas. C’est le cas notamment, comme l’explique Les Échos, de Santander qui a annoncé réduire de moitié le montant variable et fixe 2020 de la rémunération de sa présidente exécutive Ana Botín et de son directeur général, et de 20 % celui des ses directeurs non exécutifs. En dehors de la finance et de l’assurance, plusieurs voix se sont élevées pour réclamer de la modération à la fois dans le versement des dividendes mais aussi dans la rémunération des dirigeants. L’Association française des entreprises privées (Afep) qui regroupe les dirigeants des 110 plus grandes entreprises privées hexagonales comme L’Oréal ou Total, s’est exprimée sur le sujet exhortant « les dirigeants mandataires sociaux qui sont restés à leur poste ou qui sont en télétravail de réduire d'un quart (-25%) leur rémunération globale qui leur sera versée en 2020 pour la durée où des salariés de leur entreprise seront en chômage partiel ».

S.V.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

M. Agache Durand (Groupama AM) : "Investir sur les marchés financiers est créateur d’emplois"

Dans un environnement économique et financier marqué par la crise de la Covid-19, les sociétés de gestion ont montré une certaine résilience. Si Mirel...

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gagne"

Stéphane Boujnah (Euronext) : "Quand on a un projet ambitieux avec un plan cohérent et clair, on gag...

Après l’annonce de la signature d’un accord pour l’acquisition du groupe Borsa Italiana, Euronext s’impose encore dans le paysage boursier européen. S...

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

J.-D. Bachot (Fidelity International) : "L’ESG s’invite dans tous les conseils d’administration"

2020 a confirmé la montée en puissance de la prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les décisions d’investissem...

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

D'épicier à milliardaire, l'incroyable destin d'Ilson Mateus

La plus importante introduction en Bourse brésilienne de 2020 est signée Ilson Mateus. Ce self-made-man, parti d’une simple épicerie en 1984, est aujo...

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Louis Margueritte (Ciri) : "Le prochain enjeu sera celui de la taille des bilans"

Bras armé de l’État dans l’aide aux entreprises de plus de 400 salariés, le Comité interministériel de restructuration industrielle (Ciri) voit sa mis...

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

La crise sanitaire, catalyseur de la digitalisation des acteurs du wealth management ?

Attendue depuis plusieurs années mais souvent réalisée a minima, la digitalisation du Wealth Management redevient une priorité absolue dans le context...

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Les femmes paient le prix fort de la pandémie. Pour limiter le recul déjà constaté en matière d’égalité, le Women’s Forum plaide pour une inclusion pl...

Éric Lombard (Caisse des dépôts) : "Il est possible de faire de l’industrie efficace et compétitive en France"

Éric Lombard (Caisse des dépôts) : "Il est possible de faire de l’industrie efficace et compétitive...

Dans le cadre du plan de relance, la Caisse des dépôts investira 26 milliards d’euros en fonds propres. Son directeur général, Éric Lombard, qui prési...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte