La rémunération des associés, première variable d’ajustement

En période de vaches maigres, les associés sont généralement les premiers à sacrifier tout ou partie de leur gratification afin de maintenir les rétrocessions d’honoraires et les salaires. Un calcul gagnant tant pour le reste des équipes que pour l’avenir de la structure.

En période de vaches maigres, les associés sont généralement les premiers à sacrifier tout ou partie de leur gratification afin de maintenir les rétrocessions d’honoraires et les salaires. Un calcul gagnant tant pour le reste des équipes que pour l’avenir de la structure.

Presque la moitié des avocats associés (47,3 %) qui ont répondu au sondage réalisé par Décideurs Juridiques projettent une réduction de leur rémunération dans les prochains mois, alors qu’ils ne sont que 2 % à vouloir diminuer la rétrocession d’honoraires de leurs collaborateurs. La réduction des dépenses externes comme la communication et le marketing (42,7 %) et celle du nombre d’avocats (14,7 %), tout comme l’arrêt des recrutements (36,7 %) sont également envisagés. En d’autres termes, la plupart des dirigeants de cabinet considèrent qu’il vaut mieux se serrer la ceinture en période de crise, tout faire pour conserver ses équipes, plutôt que d’avoir à recruter lorsque l’activité reprendra. Une logique d’anticipation porteuse lorsque l’on sait qu’un cabinet qui licencie aura par la suite toutes les peines du monde à redorer son blason pour attirer les talents. Pour l’avenir et pour son image, mieux vaut donc tenter de garder ses équipes.

Remettre au pot

« Maintenir les emplois est notre priorité, réagit Louis de Gaulle, l’associé à la tête de la centaine d’avocats de De Gaulle Fleurance & Associés. Puisque nous ne sommes pas aidés par l’État, ce sont aux associés d’absorber l’effort financier. » Ce n’est pas une option, mais une nécessité. D’ores et déjà, chez Dentons, il a été décidé que les associés renonceront à 15 % ou 20 % de leurs avances ou revenus mensuels. Pour d’autres, tout se décidera en fin d’année, lorsque le groupe d’associés fera le bilan de l’activité de l’année et répartira les parts du gâteau à chacun. Encore faut-il qu’il reste du gâteau. « Dans certains cabinets, la diminution des rémunérations ou leur suppression ne suffira pas, complète le conseil en stratégie de Day One, Olivier Chaduteau. Il sera demandé aux associés de remettre au pot. » Autrement dit, il sera peut-être nécessaire de refinancer le cabinet sur ses fonds propres afin d’éviter la cessation d’activité.

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Avocats d'affaires et coronavirus : les armes contre la crise

S'engager dans la lutte • Surmonter les difficultés • Tirer les enseignements • Préparer l'avenir
Sommaire Les craintes du CNB pour la profession d'avocat La digitalisation comme moyen de survie Rester aux commandes de son cabinet Comment communiquer en période de crise ? La solidité financière des cabinets, garantie de leur avenir Les avocats privés de palais Ces avocats spécialistes du contentieux qui ne chôment pas Confidences d’avocats confinés Quand la crise rebat les cartes des practices
BlackRock dépasse les 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion

BlackRock dépasse les 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion

Le premier gérant d’actif au monde a annoncé vendredi dernier avoir dépassé la barre des 10 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, à fin déce...

Concurrence : des huissiers lourdement sanctionnés

Concurrence : des huissiers lourdement sanctionnés

Le 13 janvier, l’Autorité de la concurrence a rendu deux décisions par lesquelles elle condamne pour entente le Bureau de signification de Paris ainsi...

Hughes Hubbard Paris consolide sa pratique conformité

Hughes Hubbard Paris consolide sa pratique conformité

La nomination en tant qu'associée de Marie-Agnès Nicolas, spécialiste de l’anticorruption et des enquêtes internes, constitue une nouvelle étape pour...

Delcade s’installe à Biarritz

Delcade s’installe à Biarritz

Delcade ouvre un nouveau bureau à Biarritz et y accueille le fiscaliste Antoine Descotte en qualité d’associé.

Fichorga et FoxNot s’unissent pour numériser le notariat

Fichorga et FoxNot s’unissent pour numériser le notariat

Mutualiser savoir-faire et compétences pour accompagner l’évolution des notaires : voilà, en somme, l’idée à l’origine du rapprochement entre les deux...

N. Hubert (Milleis Banque) : "Les mouvements audacieux sont souvent opportunistes"

N. Hubert (Milleis Banque) : "Les mouvements audacieux sont souvent opportunistes"

Croissance externe, codes du luxe, innovation, Milleis Banque affirme sa nouvelle identité et ses ambitions. Échange avec Nicolas Hubert, directeur gé...

Comment intégrer l’impact des prix du carbone dans les portefeuilles ?

Comment intégrer l’impact des prix du carbone dans les portefeuilles ?

Depuis des années, les responsables européens s’appliquent à lutter contre le changement climatique. Si les autres pays ne parviennent pas à s’aligner...

Stéphanie Smatt-Pinelli, l'hyperactive

Stéphanie Smatt-Pinelli, l'hyperactive

Directrice juridique en charge du règlement des grands contentieux d'Orano, Stéphanie Smatt-Pinelli figure parmi les personnalités incontournables du...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte