La relance s'appuiera sur l'activité partielle

La relance s'appuiera sur l'activité partielle

Lors de sa prise du parole du 14 juillet, le président de la République a rappelé l'importance du dialogue social en ces temps de crise. Si l'emploi en général est une priorité pour le gouvernement, celui des jeunes se trouve en haut de la pile.

"La priorité de la rentrée, c’est l’emploi." Interrogé par les journalistes Léa Salamé et Gilles Bouleau mardi 14 juillet, le président de la République était invité à répondre aux grandes questions que se posent les Français. Le sujet économique n’a pas manqué d’être abordé. Si Emmanuel Macron n’a pas détaillé le plan de relance qui doit être annoncé dans les jours à venir, il a néanmoins rappelé l’importance de soutenir l’activité.

Le chef de l’État est revenu sur les différentes mesures d’urgence, mises en place depuis mars dernier. Malgré ces dispositifs et leur efficacité sur le court terme, Emmanuel Macron ne cache pas que le chômage sera massif. Estimant que le chiffre avancé par l’Insee, il y a quelques jours, de 800 000 emplois détruits pourrait devenir une réalité d’ici au printemps 2021.

Activité partielle longue durée

D’où la mise en place d’un dispositif d’activité partielle longue durée. Pour mémoire, le chômage partiel a bénéficié à 13 millions de Français depuis le début de la crise, le gouvernement n’ayant pas hésité à soutenir massivement l’emploi, notamment afin d’éviter que les entreprises ne renoncent à des compétences qu’elles mettraient des années à retrouver. "C’était légitime parce qu'il y avait le feu à la maison, donc on n’a pas compté les seaux. Nous avons fait ce qu'aucun pays au monde n'a décidé. Je le dis parce qu'on peut être fier de la France parfois et, en l'espèce, je crois qu'on le doit."

"Nous avons fait ce qu'aucun pays au monde n'a décidé"

Le président martèle l’importance du dialogue social dans une telle période. À la question de savoir si personnellement, il accepterait en tant qu’employé une baisse salariale afin de conserver son emploi, Emmanuel Macron répond qu’il souhaite éviter les licenciements. Néanmoins, les salariés devront aussi pouvoir bénéficier de la reprise ce qui peut passer par des plans d’intéressement ou de participation. Les actionnaires doivent également de leur côté consentir à des efforts. C’est pourquoi le chef de l’État appelle à une "modération des dividendes".

Priorité aux jeunes

De manière à prévenir un chômage massif des jeunes et la crise sociale qui pourrait en découler, le gouvernement travaille sur un "dispositif exceptionnel d'exonération des charges" pour cette tranche de la population. "C'est un dispositif exceptionnel parce qu'il durera deux ans, mais il faut qu’il y est cet élément d’accélération." En tout 300 000 contrats d’insertion seront créés pour les jeunes sur le point de rentrer sur le marché du travail, tandis que l'accent sera aussi mis sur le service civique, avec 100 000 places supplémentaires dans les six prochains mois. Emmanuel Macron insiste également sur l’apprentissage, "bataille" sur laquelle le gouvernement était déjà engagé et qu’il ne faut pas perdre.

OV

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message