La récolte de données par les gendarmes via GendNotes recadrée par le juge

Il y a un an, plusieurs organisations professionnelles, parmi lesquelles figurait le Conseil national des barreaux (CNB), avaient demandé l’annulation de l’acte règlementaire permettant la création de l’application mobile GendNotes, destinée à faciliter la récolte de data par la gendarmerie nationale. Le Conseil d’État vient de leur donner partiellement raison.

© Gendarmerie nationale

L’application GendNotes doit permettre aux gendarmes de dématérialiser leur prise de notes et d'en faciliter la transmission

Il y a un an, plusieurs organisations professionnelles, parmi lesquelles figurait le Conseil national des barreaux (CNB), avaient demandé l’annulation de l’acte règlementaire permettant la création de l’application mobile GendNotes, destinée à faciliter la récolte de data par la gendarmerie nationale. Le Conseil d’État vient de leur donner partiellement raison.

Le 13 avril dernier, le Conseil d’État, statuant sur les requêtes jointes, a jugé que la finalité du traitement automatisé de données par l’application mobile GendNotes n’était pas "déterminée, explicite et légitime", comme l’exige la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978. Ayant constaté que le décret ne comportait aucune indication sur la nature ou l’objet des transferts de données collectées via l’application, il annule la possibilité de les transférer vers d’autres fichiers. Cette victoire n’est cependant que partielle puisque les hauts magistrats administratifs estiment que les autres finalités de GendNotes, ainsi que leurs conditions de mise en œuvre, sont conformes à la loi. Si les organisations et associations réclamaient bien l’impossibilité de transférer les données, elles exigeaient aussi la mise en œuvre de garanties propres à assurer une protection des droits et libertés des personnes ainsi que l’apport de précisions sur les mesures de sécurité organisationnelles et techniques mises en œuvre pour garantir la confidentialité des données collectées. Ce qu’elles ne sont pas parvenues à obtenir du juge administratif.

Des risques de dérives 

Rappel des faits. Par un décret du 20 février 2020, le ministre de l’Intérieur avait été autorisé à mettre en œuvre un traitement automatisé de données à caractère personnel via l’application mobile GendNotes. Destinée à la gendarmerie nationale, celle-ci doit permettre aux gendarmes de dématérialiser leur prise de notes et d'en faciliter la transmission, par voie électronique, aux autorités judiciaires et administratives compétentes. C’est la Cnil qui avait été la première à se prononcer sur cette application dans un avis du 3 octobre 2019 sur le projet de décret. Elle attirait alors l’attention de l’Hôtel de Beauvau sur plusieurs modalités envisagées du traitement de données et l’invitait à revoir sa copie sur les problématiques qu’elle soulevait. Dans une motion adoptée le 20 mars 2020, le Conseil national des barreaux (CNB) a quant à lui dénoncé la non-prise en compte par le gouvernement de cette délibération de la Cnil et l’atteinte grave portée par le décret aux libertés fondamentales.

Entre mars 2020 et mars 2021, de nombreuses associations (dont la Ligue des droits de l’homme) et organisations (dont le CNB, le Syndicat de la magistrature et celui des Avocats de France) ont introduit des requêtes devant le Conseil d’État, toutes réclamant l’annulation du décret autorisant la création de GendNotes. Pour les requérants, l’utilisation d’une telle application mobile engendrerait des risques de dérives : détournement des données collectées et fichage de la population. Reprenant les inquiétudes de la Cnil, ils critiquent plusieurs aspects du traitement automatisé de données personnelles. C’est tout d’abord, le manque de précision quant à la finalité du traitement des données ainsi que les catégories de données sensibles pouvant être insérées dans la zone de commentaire de l’application. L’absence du principe de suppression de la data devenue inutile, de contrôle strict des attributions de leurs destinataires et de définition du besoin d’en prendre connaissance (en particulier vis-à-vis des données dites sensibles) pose également problème. De plus, la faiblesse des mesures de sécurité et de protection des données est pointée du doigt : aucun dispositif de chiffrement des terminaux ou des supports de stockage n’est prévu. Enfin, les modalités de transfert des données vers d’autres fichiers, notamment hors Union européenne, ne sont ni précises ni strictement encadrées.

Léna Fernandes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L. Le Maux (Aqua AM) : "La croissance du marché des infras durables a eu pour corollaire la montée de ces actifs"

L. Le Maux (Aqua AM) : "La croissance du marché des infras durables a eu pour corollaire la montée d...

Partenaire des entreprises actives dans la transition écologique, Aqua Asset Management a fait le choix de se focaliser à 100 % sur cette thématique....

La maison Hermès attaque l'artiste Mason Rothschild pour contrefaçon sous forme de NFT

La maison Hermès attaque l'artiste Mason Rothschild pour contrefaçon sous forme de NFT

En janvier 2021, l’artiste numérique Mason Rothschild collaborait avec le peintre Eric Ramirez créant, sous forme de NFT, une œuvre intitulée Baby Bir...

Plasseraud IP et Vittoz se rapprochent

Plasseraud IP et Vittoz se rapprochent

Depuis le 1er janvier 2022, le cabinet parisien de conseil en propriété industrielle Vittoz a rejoint le groupe Plasseraud IP, spécialiste de la propr...

Kramer Levin nomme une associée en droit social

Kramer Levin nomme une associée en droit social

Counsel chez Kramer Levin depuis presque trois ans, Clémentine de Guillebon accède à l’association au sein du département droit social de l’enseigne i...

Benoît Cœuré, nouveau président de l’Autorité de la concurrence

Benoît Cœuré, nouveau président de l’Autorité de la concurrence

L’économiste Benoît Cœuré, passé par la Direction du Trésor et la Banque centrale européenne, et qui succède à Isabelle de Silva, a reçu le feu vert d...

Taliens accueille un spécialiste de la propriété intellectuelle

Taliens accueille un spécialiste de la propriété intellectuelle

Un expert du droit des brevets et des marques pour un cabinet spécialisé en propriété intellectuelle. Après plus de trente ans passés ailleurs, Grégoi...

H. Rodarie (Af2i) : "C’est sans doute le moment de regarder s’il n’y a pas un animal qui traverse l’écran"

H. Rodarie (Af2i) : "C’est sans doute le moment de regarder s’il n’y a pas un animal qui traverse l’...

L’Association française des investisseurs institutionnels s’apprête à fêter ses vingt ans en 2022. L’occasion de faire un point sur les grands chantie...

Adaltys muscle ses équipes

Adaltys muscle ses équipes

Lucie Paitier avait créé le bureau de rennais d’Adaltys en 2019. Elle accède à présent à l’association au sein du cabinet français qui renforce ainsi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte