BPE : "La proximité des investissements dans le territoire est essentielle"

BPE : "La proximité des investissements dans le territoire est essentielle"

Au-delà d’un fort développement et d’une croissance à deux chiffres, BPE se veut avant tout une banque privée citoyenne et humaine où l’engagement rime avec proximité. Aurélie Tristant, membre du directoire de BPE et présidente de La Banque Postale Immobilier Conseil (LBPIC), et Jean-Marc Ribes, président du directoire de BPE, nous partagent leur vision et les actions menées par le groupe.

Décideurs. Vous avez basculé l’année dernière l’intégralité de votre gestion sous mandat en 100 % ISR…

Aurélie Tristant. C’était un engagement de longue date. Nous travaillons depuis cinq ans afin d’avoir une offre qui puisse donner du sens à l’épargne. Il était important pour nous de passer notre gestion sous mandat dans sa totalité en ISR, qui l’était à 80 % à fin 2020. Dès 2018, la gamme "Citoyen", au travers de titres vifs et d’un PEA, permettait aux clients d’investir en 100 % ISR. Nous avons ainsi accéléré et tenu nos engagements.

Vous êtes également actifs sur les Green Bonds… Quel est l’accueil des clients sur ces produits ?

La première obligation verte a été émise l’année dernière, sous forme d’un EMTN (Euro Medium Term Note), structuré avec La Banque Postale. Nous renouvelons l’expérience cette année avec une nouvelle émission de Green bonds. Il existe une vraie curiosité et un intérêt certain de nos clients pour des sous-jacents qui donnent du sens. Investir dans les secteurs de l’environnement, de la santé, de la transition énergétique… l’appétit est là, les volumes et la rapidité des collectes le montrent.

"Il existe une vraie curiosité et un intérêt certain de nos clients pour des sous-jacents qui donnent du sens"

Les clients sont-ils vraiment demandeurs ou piochent-ils simplement dans ce qui leur est proposé ?

Jean-Marc Ribes. Nous créons la demande aussi. Ils ne frappent pas à la porte pour savoir si l’on vend ce type de produits. Néanmoins, ils partagent nos valeurs citoyennes, l’ADN même du groupe BPE Banque Privée du groupe La Poste. Les produits ne sont que le reflet de cette identité. Il y a une cohérence, une convergence entre nos valeurs et ce que l’on propose, et les clients le ressentent.

A. T. Il est fondamental d’expliquer comment et pourquoi sont construits les produits. La pédagogie autour de la méthodologie nous paraît indispensable. La crise sanitaire a fait que nos clients ont consacré davantage de temps à comprendre les sous-jacents des produits que nous leur proposons dans la diversification de leur épargne.

 J.-M. R. Nous ne les enfermons pas dans des produits ISR pour autant. Ils ont le choix, la diversité est grande. Finalement, ce sont eux qui décident.

En immobilier, comment intégrer les aspects environnementaux et sociaux ?

A. T. Avec la sélection des programmes que fait notre filiale LBPIC, en commençant par leur finalité, comme les résidences seniors et étudiantes, ou le financement du parc locatif social via des offres de démembrement avec les bailleurs sociaux. D’autre part, les bâtiments respectent dans leur construction les normes environnementales. Nous allons d’ailleurs déménager notre siège social sous peu au sein de la Poste du Louvre, immeuble entièrement réhabilité ayant reçu le label britannique BREEAM, le plus répandu au niveau international pour les performances environnementales.

"La pédagogie autour de la méthodologie nous paraît indispensable"

Cela fait partie de vos efforts opérationnels de neutralité carbone…

ATBPE est neutre en carbone. Nous nous inscrivons dans le sillage du groupe La Poste, numéro un en Europe sur cette question. Cela consiste à participer à des mesures qui vont réduire les émissions carbone dans les transports, les bâtiments… Nous compensons intégralement nos émissions en participant à des programmes de reboisement dans les régions françaises ou de restauration des sols.

…qui font écho à votre véhicule d’investissement forestier…

J.-M. R. Il s’agit en effet d’un groupement forestier d’investissement de la Société forestière, filiale de la Caisse des dépôts et de CNP Assurances. À travers ce fonds, les clients achètent des parcelles de forêts françaises afin de la défendre et de la préserver.

A. T. Les clients aiment investir près de chez eux. Nous le ressentons réellement. La proximité des investissements dans le territoire est essentielle. Nous le voyons également lorsqu’ils investissent dans des parcs éoliens ou des fermes solaires avec Lendopolis, pour lesquels les souscripteurs habitent majoritairement dans les régions où sont déployés les projets.

J.-M. R. Cela rejoint notre approche de maillage local. Les implantations où nous ouvrons des points de vente se font via les espaces de banque privée dans les bureaux de poste, au plus proche des clients.

Parlons d’engagement sociétal au sens large…

J.-M. R. Tout notre engagement au niveau du handicap est très marquant pour notre groupe. Nous faisons d’abord, nous communiquons après. Un recrutement sur deux aujourd’hui est une personne porteuse de handicap, ce qui est assez innovant. Il s’agit de notre mesure phare. En tant que banque privée, ce n’était pas forcément intuitif. À partir du mois de mars, un centre de marche accueillera à la Poste du Louvre des personnes paraplégiques afin qu’ils puissent faire un parcours de sport, être en position debout et marcher, avec des exosquelettes développés par la start-up française Wandercraft. Ça n’existe nulle part dans le monde. L’Institut pour la recherche sur la moelle épinière et l’encéphale (IRME) est également partenaire du projet. Les séances de marche d’une heure sont financées par les dons de nos clients et de nos partenaires à travers une offre philanthropique. Nous allons de surcroît créer à l’étage un job center, et ainsi mettre à disposition de nos clients chefs d’entreprise des locaux pour réaliser des entretiens d’embauche de personnes handicapées.

A. T. Tenir dans la durée est indispensable, être régulier et embarquer chaque année nos clients et collaborateurs. Nous souhaitons élargir l’offre philanthropique à d’autres grandes causes, parmi lesquelles la violence faite aux femmes. Pour cela, nous nous appuyons sur Make.org avec qui nous partageons la démarche d’exprimer concrètement l’utilité des dons et de les pointer sur des projets très concrets.

Enjeux environnementaux, sociaux… même combat ?

A. T. Tout part d’un prisme commun, de banque privée positive, citoyenne et innovante. Évidemment vous avez des sujets généraux de gouvernance et de société, d’inclusion, de mixité… qui se déclinent dans l’offre avec des produits qui donnent du sens, notamment sur les aspects de durabilité et d’environnement. C’est un tout, qui s’inscrit dans une démarche globale, illustrée par la notation de l’indice de positivité de BPE, depuis 2020, par l’Institut de l’économie positive, qui englobe une multitude de dimensions.

Propos recueillis par Marc Munier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Capitalisme responsable : le coeur est la raison

Un capitalisme qui prenne en compte toutes les parties prenantes (salariés, fournisseurs, actionnaires, clients...) et s’inscrive dans une démarche environnementale durable ? C’est possible et même rentable. Le mouvement enclenché par certains actionnaires, représentants des pouvoirs publics et entreprises s’intensifie. Tour d’horizon d’engagements concrets en la matière.
Sommaire M. Vial (APE) : "Nous avons créé une charte RSE" Capitalisme responsable, ce n'est qu'un début Hubert Joly : "Le monde tel qu’il existe ne marche pas" Transition environnementale et stabilité économique : l'impossible équation ? Gestion d’actifs, le virage responsable F. Lemery (Legrand) : "La performance RSE du groupe aide la performance financière" Frédérique Giavarini (Nature et Découvertes) : "La raison d'être est une boussole" C. de La Marnierre (ICR) : "Je crois à la politique des petits pas" Le nouveau capitalisme selon Larry Fink
Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Emmanuelle Wargon à la CRE, une nomination controversée

Mercredi, les parlementaires se sont exprimés majoritairement contre l’arrivée d'Emmanuelle Wargon à la tête de la Commission de régulation de l'énerg...

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

Climatisation, jusqu'où baisser le thermostat ?

La conséquence des fortes chaleurs sur les centres-villes des mégapoles aux quatre coins du globe est systématiquement la même : rappeler à chacun que...

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Sobriété énergétique : Pedro Sánchez, Premier ministre espagnol, propose de quitter la cravate

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a exhorté pouvoirs publics et secteur privé à se libérer de leur cravate pour contribuer aux économies d’én...

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Préservation du patrimoine : une tâche monumentale aux allures de chantier pharaonique

Avec plus de 80 millions de touristes par an, la France est la première destination touristique mondiale. Au-delà d’une riche diversité de territoires...

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Transition écologique : soutien public, abysse politique

Un sondage "OpinionWay – Square pour Les Echos et Radio Classique", explore le soutien des Français aux quelques mesures ou incantations environnement...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Urban Canopee : végétaliser la jungle urbaine

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Urban Can...

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Bertrand Hoornaert devient directeur de l’Asset Management de Foncière Magellan

Désireuse de poursuivre la structuration de ses activités, Foncière Magellan annonce la nomination, effective le 30 juin, de Bertrand Hoornaert, 38 an...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message