La plateforme Data Legal Drive : tremplin vers une gouvernance RGPD vertueuse

Le Règlement général sur la protection des données personnelles est entré en vigueur en engendrant une vague d’inquiétude dans les entreprises européennes. La mise en conformité aux obligations du texte s’avérait complexe, chère et chronophage. Profitant des opportunités du digital, certaines legal tech tentent de rendre cette transition moins douloureuse. C’est le cas de Data Legal Drive.
Sylvain Staub, avocat et président fondateur de Data Legal Drive

Le Règlement général sur la protection des données personnelles est entré en vigueur en engendrant une vague d’inquiétude dans les entreprises européennes. La mise en conformité aux obligations du texte s’avérait complexe, chère et chronophage. Profitant des opportunités du digital, certaines legal tech tentent de rendre cette transition moins douloureuse. C’est le cas de Data Legal Drive.

Créée en avril 2018, soit un mois avant l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD), la plateforme Data Legal Drive a été lancée à pic pour accompagner les entreprises dans leur mise en conformité aux obligations de ce nouveau texte. L’enjeu est de taille puisqu’au-delà des problèmes d’image auxquels s’exposeraient les entreprises peu scrupuleuses en la matière, le niveau des sanctions, pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4 % du chiffre d’affaires mondial, dissuade les contrevenants.

Paniquées et n’y voyant pas très clair dans ce texte de loi opaque, les entreprises voient d’un bon œil l’arrivée d’acteurs spécialisés pour les aider à traiter l’épineuse question de la gestion intelligente des données. Data Legal Drive s’appuie ainsi sur l’expertise de ses deux cofondateurs, un cabinet d’avocat spécialisé en données personnelles (Staub & Associés) et un éditeur de logiciel d’aide à la décision (Pocket Result), pour offrir aux organismes traitant des données personnelles un accompagnement adapté à leurs besoins.

La gouvernance de la data est un sujet transversal et requiert des outils sophistiqués. Pour autant, la prise en main de la plateforme doit être aussi simple que rapide afin d’assurer une adoption généralisée au sein de l’entreprise. Le défi a été relevé par Sylvain Staub, avocat et président-fondateur de Data Legal Drive : « Avec Data Legal Drive, nous permettons à nos clients de démarrer leur processus de conformité RGPD en moins de 3h, sans déstabiliser leurs équipes ».

Des fonctionnalités pour simplifier la vie des responsables juridiques

La plateforme permet dans un premier temps de cartographier les process de l’entreprises ainsi que ses besoins. Au sein de Data Legal Drive, la centralisation des documents juridiques et techniques offre par ailleurs un référentiel de conformité de l’entreprise. Le pilotage des actions à mener mais aussi le suivi des demandes légales d’individus, des notifications de failles de sécurité ou des demandes de la Cnil sont disponibles en quelques clics et donnent un panorama complet des échéances de l’entreprise. Certains documents simples peuvent aussi être produits directement sur la plateforme afin de justifier son niveau de conformité.

« La digitalisation et l’automatisation de ce process sont indispensables compte-tenu des flux de données qui sont en augmentation exponentielle », conclut Sylvain Staub, « Data Legal Drive s’adresse aussi bien aux PME, ETI et grands comptes, qu’ils aient ou non démarré leur démarche RGPD et qu’ils aient ou non nommé un DPO ».

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Marguerite Brac de La Perrière rejoint Lerins & BCW

Marguerite Brac de La Perrière rejoint Lerins & BCW

Après dix années passées au sein du cabinet Alain Bensoussan Lexing dans lequel elle a créé puis dirigé le département santé numérique, Marguerite Bra...

Matthieu Grollemund arrive chez Hogan Lovells

Matthieu Grollemund arrive chez Hogan Lovells

Matthieu Grollemund, ancien co-directeur du département corporate de Baker McKenzie, rejoint Hogan Lovells accompagné de son équipe. Sa pratique du pr...

Renforts en corporate chez Jeantet

Renforts en corporate chez Jeantet

Stephen Walters rejoint Jeantet en qualité d'associé. Accompagné de son équipe, il consolidera la pratique internationale du pôle corporate du cabinet...

Lacamp Avocat vise les contentieux franco-chinois

Lacamp Avocat vise les contentieux franco-chinois

Louis Lacamp lance Lacamp Avocat, une structure consacrée à la résolution des litiges commerciaux français et chinois.

Le costume sur mesure de Julie Couturier

Le costume sur mesure de Julie Couturier

Celle qui a revêtu la robe d’avocat le 1er mars 1995 portera à partir du 1er janvier 2022 l’habit de bâtonnier de Paris. Pas question cependant pour J...

Geoffroy Goubin devient associé chez Bougartchev Moyne

Geoffroy Goubin devient associé chez Bougartchev Moyne

Première cooptation pour le cabinet spécialiste de la défense pénale et du contentieux des affaires Bougartchev Moyne Associés : Geoffroy Goubin est p...

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

Peut-on encore se dispenser d’un permis d’aménager ou d’une déclaration préalable pour diviser un terrain en vue d’une opération immobilière important...

Nouvelle équipe en immobilier chez Altana

Nouvelle équipe en immobilier chez Altana

Altana accueille l’avocate spécialiste du droit immobilier Amélie Pinçon accompagnée de quatre de ses collaboratrices.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte