La plateforme Data Legal Drive : tremplin vers une gouvernance RGPD vertueuse

Le Règlement général sur la protection des données personnelles est entré en vigueur en engendrant une vague d’inquiétude dans les entreprises européennes. La mise en conformité aux obligations du texte s’avérait complexe, chère et chronophage. Profitant des opportunités du digital, certaines legal tech tentent de rendre cette transition moins douloureuse. C’est le cas de Data Legal Drive.
Sylvain Staub, avocat et président fondateur de Data Legal Drive

Le Règlement général sur la protection des données personnelles est entré en vigueur en engendrant une vague d’inquiétude dans les entreprises européennes. La mise en conformité aux obligations du texte s’avérait complexe, chère et chronophage. Profitant des opportunités du digital, certaines legal tech tentent de rendre cette transition moins douloureuse. C’est le cas de Data Legal Drive.

Créée en avril 2018, soit un mois avant l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD), la plateforme Data Legal Drive a été lancée à pic pour accompagner les entreprises dans leur mise en conformité aux obligations de ce nouveau texte. L’enjeu est de taille puisqu’au-delà des problèmes d’image auxquels s’exposeraient les entreprises peu scrupuleuses en la matière, le niveau des sanctions, pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4 % du chiffre d’affaires mondial, dissuade les contrevenants.

Paniquées et n’y voyant pas très clair dans ce texte de loi opaque, les entreprises voient d’un bon œil l’arrivée d’acteurs spécialisés pour les aider à traiter l’épineuse question de la gestion intelligente des données. Data Legal Drive s’appuie ainsi sur l’expertise de ses deux cofondateurs, un cabinet d’avocat spécialisé en données personnelles (Staub & Associés) et un éditeur de logiciel d’aide à la décision (Pocket Result), pour offrir aux organismes traitant des données personnelles un accompagnement adapté à leurs besoins.

La gouvernance de la data est un sujet transversal et requiert des outils sophistiqués. Pour autant, la prise en main de la plateforme doit être aussi simple que rapide afin d’assurer une adoption généralisée au sein de l’entreprise. Le défi a été relevé par Sylvain Staub, avocat et président-fondateur de Data Legal Drive : « Avec Data Legal Drive, nous permettons à nos clients de démarrer leur processus de conformité RGPD en moins de 3h, sans déstabiliser leurs équipes ».

Des fonctionnalités pour simplifier la vie des responsables juridiques

La plateforme permet dans un premier temps de cartographier les process de l’entreprises ainsi que ses besoins. Au sein de Data Legal Drive, la centralisation des documents juridiques et techniques offre par ailleurs un référentiel de conformité de l’entreprise. Le pilotage des actions à mener mais aussi le suivi des demandes légales d’individus, des notifications de failles de sécurité ou des demandes de la Cnil sont disponibles en quelques clics et donnent un panorama complet des échéances de l’entreprise. Certains documents simples peuvent aussi être produits directement sur la plateforme afin de justifier son niveau de conformité.

« La digitalisation et l’automatisation de ce process sont indispensables compte-tenu des flux de données qui sont en augmentation exponentielle », conclut Sylvain Staub, « Data Legal Drive s’adresse aussi bien aux PME, ETI et grands comptes, qu’ils aient ou non démarré leur démarche RGPD et qu’ils aient ou non nommé un DPO ».

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Régulation économique : la France et la Chine coopèrent

Régulation économique : la France et la Chine coopèrent

L’AMF et son homologue chinois (la CSRC) travailleront dorénavant ensemble à l’élaboration du corpus réglementaire des marchés de capitaux français et...

Le Brexit fait les beaux jours de l’immobilier de luxe parisien

Le Brexit fait les beaux jours de l’immobilier de luxe parisien

Depuis l’annonce du Brexit de plus en plus de Français installés à Londres décident de revenir vivre à Paris. Et ce retour en masse n’est pas sans con...

Huissier de justice : la transformation est en marche

Huissier de justice : la transformation est en marche

Les huissiers de justice se sont accommodés de la loi Macron en 2015 portant ouverture des professions juridiques réglementées. L’officier public et m...

Bâtonnat 2020 : Olivier Cousi et Nathalie Roret ont gagné les élections

Bâtonnat 2020 : Olivier Cousi et Nathalie Roret ont gagné les élections

Olivier Cousi, avocat associé spécialiste de la propriété intellectuelle chez Gide, est le prochain bâtonnier de Paris. La pénaliste associée de Jean-...

Nouvelle associée chez Schmidt Brunet Litzler

Nouvelle associée chez Schmidt Brunet Litzler

Aude Le Tannou est cooptée associée au sein du cabinet Schmidt Brunet Litzler.

Thierry Lauriol  (Jeantet) : « L’adaptation des droits africains favorise la globalisation des projets »

Thierry Lauriol (Jeantet) : « L’adaptation des droits africains favorise la globalisation des proje...

Les défis de Jeantet en Afrique : sécuriser les investissements de ses clients et participer à la formation des juristes locaux. Le responsable du dép...

Avocats : carnet de mouvements du 6 décembre 2018

Avocats : carnet de mouvements du 6 décembre 2018

Antonin Lévy, Ophélia Claude, BDB Pitmans, Foley Hoag, Jeantet, Lexance … Voici les principaux mouvements qui ont marqué la quinzaine.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message