La négociation pour les nuls

Ancien du Raid et spécialiste des négociations à hauts risques, Laurent Combalbert met depuis cinq ans son expertise au service des dirigeants d’entreprise, DRH, syndicats et de toute personne amenée à négocier. Sa méthode ? Former ses interlocuteurs à une nouvelle approche du conflit. Explications.

Ancien du Raid et spécialiste des négociations à hauts risques, Laurent Combalbert met depuis cinq ans son expertise au service des dirigeants d’entreprise, DRH, syndicats et de toute personne amenée à négocier. Sa méthode ? Former ses interlocuteurs à une nouvelle approche du conflit. Explications.

Connaissez-vous le point commun entre un syndicaliste en colère, un patient qui refuse de prendre son traitement, un dirigeant aux prises avec un plan social et un preneur d’otage ? Sans doute pas. Laurent Combalbert, si : avec tous on peut être amené à négocier. Et la négociation  ̶  celle de terrain, de crise, d’urgence  ̶  , il connaît. Ancien officier du Raid et spécialiste des interventions de crise, il cofonde il y a cinq ans avec Marwan Mery, lui aussi expert en résolution de situations critiques, ADN Group, une agence de négociateurs professionnels. Objectif : mettre à profit l’expertise acquise sur le terrain au cours de prises d’otage, de kidnappings et de grèves de la faim pour former dirigeants d’entreprise et acteurs économiques de tous horizons à la négociation. Un art subtil et méconnu qui, quel que soit le scénario, comprend toujours les mêmes composantes à hauts risques  – déni, mensonge, agressivité…  – auxquelles s’ajoute une dose d’égo en quantité suffisamment écrasante pour que l’ensemble soit à manipuler avec précaution. 

L’enjeu de « l’objectif commun partagé »

D’où la volonté d’ADN Group et de ses fondateurs de doter tout aspirant à la négociation – que celle-ci soit commerciale, syndicale ou sociale – d’une méthodologie éprouvée ; apte non pas à fournir des réponses mais à orienter les postures de communication de manière à rompre avec certains schémas contre-productifs. À commencer par celui, largement dominant, voulant que toute négociation se solde invariablement par un perdant et un gagnant. « 90 % des négociations sont perçues comme des compétitions, l’objectif est de sortir de cette perception en faisant émerger l’OCP, cet "objectif commun partagé"  qui permet à chacun d’obtenir ce qu’il estime juste. Pas d’écraser l’autre », explique Laurent Combalbert qui constate, sur les derniers mois, un afflux de demandes d’entreprises soucieuses de former leur DRH mais aussi leurs représentants du personnel aux ressorts de la négociation et à qui ADN propose désormais des formations communes.

Vers une éthique du conflit

Pour favoriser l’émergence d’une approche « éthique » de la négociation, l’entreprise a développé un ensemble de best practices destinées à permettre à chacun de rompre avec la logique d’affrontement pur et dur pour lui substituer la recherche du compromis. Un cheminement qui passe par le développement de l’empathie et, mieux encore de l’assertivité, cette compétence comportementale consistant à accepter et gérer le désaccord.

Pour Laurent Combalbert, l’enjeu est majeur, l’aptitude à comprendre les émotions de l’autre sans pour autant  les partager permettant d’envisager le conflit non plus comme un espace de blocage mais comme un possible levier de création de valeur. « En France, la notion de conflit reste très péjorative, rappelle-t-il. Mais  si l’on passe de l’agressivité à l’assertivité, l’opposition de points de vue débouche sur de réelles avancées. »

Le risque d’ « inflation narcissique »

À condition de juguler la part d’égo omniprésente dans toute négociation et qui, insiste l’expert, doit être contrôlée pour devenir un vecteur d’efficacité et non un élément susceptible d’engendrer, chez la partie adverse, une « inflation narcissique », elle-même de nature à déboucher sur des écueils du type ultimatums, menaces, chantages…  « Négocier, c’est maîtriser les rapports de force », résume Laurent Combalbert dont la méthode, aujourd’hui considérée comme la référence dans le monde des négociateurs professionnels, permet à ADN d’afficher, année après année, les mêmes taux élevés de réussite : entre 95 % et 98 % de négociations fructueuses contre une moyenne nationale située aux alentours de 85 %.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Les années passent et nos responsables politiques publient toujours autant d’ouvrages. Objectifs : se faire connaître, montrer leur expertise, se plac...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Une droite qui ne parle quasiment plus qu’aux personnes âgées, un président de la République doté d’un socle solide dans toutes les CSP, un RN souvera...

Pegasus, au cœur du scandale

Pegasus, au cœur du scandale

De nombreux États, qu’ils soient considérés comme des dictatures ou des démocraties, utiliseraient un logiciel proposé par la société israélienne NSO...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte