La maison Duvivier sort du cadre

À la tête de l’atelier familial de dorure-encadrement depuis 2001 dont elle perpétue l’activité, Valérie Duvivier se lance dans la création artistique de miroirs originaux. Rencontre avec une artiste passionnée à l’ADN d’artisan.
« Des îles et des ailes » et « Cobra », deux œuvres signées Valérie Duvivier

À la tête de l’atelier familial de dorure-encadrement depuis 2001 dont elle perpétue l’activité, Valérie Duvivier se lance dans la création artistique de miroirs originaux. Rencontre avec une artiste passionnée à l’ADN d’artisan.

C’est un tournant pour la maison Duvivier dont l’histoire commence au sortir de la guerre, quand Édouard Duvivier crée son atelier de dorure et d’encadrement qui sera repris par son fils Robert au début des années 1960. C’est aujourd’hui Valérie, petite-fille du fondateur, qui a repris l’affaire, entre tradition et modernité.

Maison familiale

De l’héritage familial, elle garde un savoir-faire d’excellence en dorure et en encadrement, notamment en matière de copie cadres anciens. « Je perpétue une technique transmise de génération en génération », explique-t-elle avec passion en désignant d’un mouvement circulaire les cadres de tout style et de toute époque qui habillent les murs de sa boutique. D’ailleurs, la maison propose également ses services en matière de nettoyage de gravures et de restauration de tableaux. Une palette d’activité qui séduit une clientèle variée. « Nous travaillons beaucoup pour les particuliers. Certaines familles faisaient travailler mon grand-père et je continue à les servir aujourd’hui », s’amuse l’hôtesse des lieux. Mais la boutique collabore également avec de grands hôtels comme Le Bristol ou Le Crillon, de grands groupes ou, plus ponctuellement, certains musées. « Le marché de l’encadrement est bousculé par l’émergence de la technique de la résine qui casse les prix. De plus, les habitudes des clients évoluent : beaucoup n’hésitent pas à exposer des œuvres dans leur jus, sans les restaurer ni réparer leur cadre. », explique Valérie Duvivier.

Nouveau souffle

Forte de ce constat, la jeune femme s’adapte en développant une gamme de cadres plus modernes pour s’adapter au marché du tableau contemporain. Surtout, elle décide de faire profiter à tous de ses talents d’artiste grâce à sa collection de miroirs uniques. « Mes miroirs sont une vraie passion exercée depuis toujours », confie-t-elle. Les modèles présentés dans la pièce adjacente à la boutique sont saisissants. Ils convoquent tous l’or et le noir. « Ce sont deux valeurs que j’adore associer, détaille cette passionnée d’Art Déco et du style Second Empire. Utilisé seul, le doré a une connotation classique et c’est la seule valeur qui puisse tenir tête au noir. » Cette activité prend un essor tel que Valérie Duvivier, qui crée sous le statut d’artiste auto-entrepreneuse, dispose désormais d’une cote sur le marché de l’art (1 500 euros le 10 figure) après son passage dans les salles de ventes. Pour parvenir à réaliser ses projets, celle qui se définit comme une « artiste doreuse ornemaniste », a mis au point une technique inédite. Afin de pallier l’absence de bois suffisamment souple pour satisfaire ses envies, elle a créé un matériau à base de textile et de résine à l’eau baptisé Tassoflex. Les possibilités ornementales s’en trouvent décuplées, comme en témoigne l’œuvre intitulée Des îles et des ailes (photo). La première exposition de l’artiste est annoncée pour novembre à la galerie de Neuilly.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Livres : la sélection de la rentrée

Livres : la sélection de la rentrée

Romans, BD, politique… En cette période de rentrée scolaire et littéraire, découvrez la sélection de Décideurs Magazine.

Essai auto : BMW iX XDrive50 100% vert

Essai auto : BMW iX XDrive50 100% vert

Attendu en novembre, ce nouveau modèle 100 % électrique signé du constructeur allemand s’annonce comme un véritable bijou conjuguant performances, lux...

Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques

Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques

Alors que le marché de la bande dessinée semble arriver à maturité, les ventes se multiplient. Pour dénicher la perle rare, la stratégie est simple :...

Que lire en août ? Les coups de cœur de la Rédaction

Que lire en août ? Les coups de cœur de la Rédaction

En recherche d'ouvrages pour décompresser en ce mois d'août ? Décideurs vous présente sa sélection littéraire du mois. Au menu : Flaubert en Bretagne,...

H. Felbacq (Maison Cornette de Saint Cyr): "Oui, la mode est objet de collection"

H. Felbacq (Maison Cornette de Saint Cyr): "Oui, la mode est objet de collection"

Alors que les expositions consacrées aux grands couturiers se multiplient et battent des records d’affluence, la mode a pris une place d’importance su...

Essai auto : Renault Arkana E-tech hybride, un SUV vert, sportif et abordable

Essai auto : Renault Arkana E-tech hybride, un SUV vert, sportif et abordable

Sportif et dynamique, ce nouveau SUV est proposé en plusieurs motorisations, notamment sous la technologie E-Tech qui permet une hybridation particuli...

Ces livres à emmener en vacances

Ces livres à emmener en vacances

L’été est le moment idéal pour lire. Pour vous aider à trouver l’ouvrage idéal, Décideurs vous présente sa sélection estivale. Au menu : BD, essais, p...

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte