La Macif rachète Aviva France pour 3,2 milliards d’euros

La maison-mère de la Macif, Améa, est entrée en négociations exclusives avec Aviva pour racheter sa filiale française. Une opération à 3,2 milliards d’euros.

La maison-mère de la Macif, Améa, est entrée en négociations exclusives avec Aviva pour racheter sa filiale française. Une opération à 3,2 milliards d’euros.

Finalement, c’est la Macif qui l’a emporté. Après que le Britannique Aviva a annoncé, l’été dernier, sa volonté de se séparer de son activité française, les candidats à la reprise n’avaient pas manqué. Outre Améa, la société qui chapeaute la Macif, Generali, Athora, Allianz ou encore Eurazeo avaient manifesté leur intérêt. En précisant aujourd’hui être entré en négociations exclusives avec Améa, Aviva a mis fin au suspens. Mieux, le groupe d’Outre-Manche fait un pas de plus vers l’un de ses objectifs : recentrer son activité. "La vente d'Aviva France est une étape très importante dans la mise en œuvre de notre stratégie", confirme Amanda Blanc, PDG d'Aviva, selon des propos repris par Les Échos.

Reprise totale de l’activité

Au-delà du prix de la transaction – 3,2 milliards d’euros –, l’offre formulée par Améa avait l’avantage de concerner l’ensemble des métiers d’Aviva France (assurance-vie, assurance générale et de gestion d’actifs en France et participation dans l’UFF, réseau spécialisé dans la gestion patrimoniale) alors que les autres candidats au rachat entendaient céder l’une ou l’autre de ses activités. En effet, alors que Allianz ou Generali souhaitaient vendre l’assurance-vie, Eurazeo voulait quant à lui se séparer de l’assurance-chômage. Dans ces conditions, non seulement les pouvoirs publics mais aussi les salariés d’Aviva France soutenaient l’offre du groupe Améa qui, selon un communiqué d’Aviva, permet de "sécuriser les emplois d’Aviva France et d’assurer le maintien du service clients grâce à un nouvel actionnaire de référence".

Changement d’échelle

Pour la Macif, le rachat d’Aviva France marque une étape de taille dans son développement. En effet, si les négociations aboutissaient, le Français doublerait de taille, atteignant 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Un changement d’échelle particulièrement marqué en matière d’assurance-vie puisqu’avec 90 milliards d’euros d’encours, "nous serons dans le top 5 du marché français", s’enthousiasme Adrien Couret, directeur général d’Améa dans les colonnes des Échos. Surtout, le groupe deviendra l’assureur de l’Afer, association de 760 000 épargnants, ayant confié à Aviva France 55 milliards d’euros. De plus, avec le rachat, la Macif pourra compter sur mille agents généraux de réseau supplémentaires. Financée en partie par des fonds propres et par la levée de dette subordonnée, l’opération est historique pour la Macif. Mais, comme le confiait Adrien Couret aux Échos : "des opportunités de cette ampleur sont rares. Sur le marché français, cela se produit une fois par décennie si ce n'est moins. D'où l'enjeu qui consistait à être assez réactif pour la saisir".

S.V.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte