La logistique signe son retour en ville

600 millions de colis sont distribués chaque année en France, dont plus de la moitié sont livrés ou enlevés en zone urbaine. Pratique pour le consommateur, la livraison en ville s’accompagne de nombreuses problématiques environnementales, sociales et urbanistiques.

600 millions de colis sont distribués chaque année en France, dont plus de la moitié sont livrés ou enlevés en zone urbaine. Pratique pour le consommateur, la livraison en ville s’accompagne de nombreuses problématiques environnementales, sociales et urbanistiques.

Inesthétique et moins rentable que ses pendants tertiaires et commerciaux, l'immobilier logistique a progressivement été mis au ban des centres-villes, à partir des années 60, pour migrer vers les périphéries où poussaient dans un même temps hypermarchés et centres commerciaux. Pourtant, le transport de marchandises est toujours bien présent dans nos villes : un fourgon postal garé en double-file, un camion frigorifique bloquant une piste cyclable… Aujourd'hui, 80 % des livraisons sont réalisées en stationnement illicite alors que les aires dédiées constituent l'un des premiers équipements logistiques urbains : jamais nos villes n'ont paru aussi peu adaptées face à une demande pourtant croissante.

Outre l’encombrement, le bruit et la pollution générés par le transport de marchandises en villes irritent les habitants, pourtant premiers consommateurs des produits acheminés. « D’un point de vue logistique, les exigences du consommateur sont souvent contradictoires », analyse Isabelle Badoc, directrice de l’offre Supply Chain chez Generix Group. « Il souhaite être livré quand il veut, où il le veut, et à faible coût, sans avoir à souffrir des conséquences environnementales, sociales et urbanistiques ». En Île-de-France, le transport de marchandises représente 10 % à 20 % du trafic, mais il est responsable d’un quart des émissions de CO2, d’un tiers des émissions d’oxydes d’azote et de la moitié des particules liées à la circulation urbaine (rapport du think tank Terra Nova). À l’heure où les livraisons à domicile et l’e-commerce se développent, l’équation n’est pas simple à résoudre.

La restauration d'équipements logistiques urbains apparaît comme une nécessité afin de réduire ces désagréments. Celle-ci est également l'opportunité d'une vraie variable d'ajustement sur la coûteuse livraison du « dernier kilomètre », qui représente près de 20 % du coût total de la chaîne. Le prix et la raréfaction du foncier en ville condamnent pourtant le retour de simples entrepôts urbains. Collectivités et développeurs doivent donc tendre vers de nouveaux types de plates-formes logistiques : utilisation de réserves foncières comme les emprises ferroviaires ou fluviales, développement de concepts comme les hôtels logistiques mixtes où cohabitent plusieurs types d'activités, le tout en synergie avec les politiques commerciales, urbanistiques et écologiques des territoires d'implantation, amenant également les logisticiens à travailler sur de nouveaux schémas adaptés.

Article de Marion Robert (@Marion_rbrt)  & Boris Beltran (@Bobobeltran)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte