La logistique regagne la ville

La crise sanitaire a mis en évidence la nécessité de la logistique dans l’économie française et, par voie de conséquence, de la logistique urbaine dans le maintien de l’activité, entre autres, des commerces de centre-ville. Suffisant pour l’accueillir de nouveau dans nos villes.

© Natee Photo

La crise sanitaire a mis en évidence la nécessité de la logistique dans l’économie française et, par voie de conséquence, de la logistique urbaine dans le maintien de l’activité, entre autres, des commerces de centre-ville. Suffisant pour l’accueillir de nouveau dans nos villes.

La logistique urbaine se définit comme l’art d’acheminer dans les meilleures conditions les flux de marchandises qui entrent, sortent et circulent dans la ville. Elle embrasse des dimensions variées bien qu’interdépendantes : habitat, activités économiques, gestion urbaine, transports… Un écosystème riche malgré une forme floue et une pratique parfois bégayante, qui participent à la défiance publique et constituent, aujourd’hui encore, des freins à son accueil général dans les villes. "Nous savons bien ce qu’est un entrepôt ou une usine de stockage, or, la logistique urbaine peut revêtir différentes formes", observe Cécile Tricault, regional head Southern Europe chez Prologis.

La fin d’un a priori

Aux enjeux de la logistique urbaine, s’ajoutent trois problématiques annexes qui l’ont contrainte à quitter la ville : une image dégradée, un foncier rare et des taux de rendement jugés trop faibles. Cécile Tricault évoque d’ailleurs son exclusion : "Pour parler de son retour, il convient d’évoquer son rejet. La logistique a été repoussée en dehors des villes car elle n’était pas assez rémunératrice et parce que l’on voyait de meilleurs usages pour les sites qu’elle convoitait. Alors qu’elle devient plus lucrative et mieux acceptée du public, elle réapparaît". Elle procède, par ailleurs, d’un biais cognitif tenace : lorsque l’on évoque la logistique urbaine, on pense camions, trafic, pollution alors même que son atout majeur réside dans la réduction des flux au profit des stocks en centre-ville.

Des atouts devenus visibles

La crise sanitaire a consacré notre dépendance à la logistique en général et à la logistique urbaine en particulier. La fermeture des commerces et le télétravail généralisé ont assez largement affecté le segment des bureaux comme l’immobilier commercial, rendant rationnelle la réintégration de la logistique urbaine en ville, par effet d’opportunité."Les commerces de centres-villes sont un peu moribonds, des surfaces seront vraisemblablement abandonnées au profit de la logistique urbaine car beaucoup d'entre elles s'y prêtent particulièrement et sont difficilement convertibles pour d'autres usages commerciaux", témoigne Gabriel Schillaci, directeur du pôle Transport et Mobilité chez Roland Berger. Par ailleurs, le e-commerce aura eu raison de l’ambition collective en matière d’écologie. Sébastien Manceau, partner chez Roland Berger, poursuit : "Il existe un paradoxe énorme entre la volonté d’écologie et le désir d’être livré rapidement. Aujourd’hui, on veut se faire livrer vite et vert, mais ces prétentions ont un coût et personne n’est prêt à l’assumer. Tout ce qui est économiquement optimisé est écologiquement désoptimisé". Suffisant pour que la logistique se réinstalle durablement en centre-ville ?

Tendance durable ? 

Afin d’y voir un peu plus clair et un peu plus loin, il conviendrait de mutualiser les intelligences des différents acteurs de l’écosystème, y compris entre concurrents. À ce sujet, Gabriel Schillaci avertit : "On est passé de flux denses au magasin à de tous petits flux disparates. Il faut renouer avec un peu de standard, d’interopérabilité. À titre d’exemple, il apparaît un peu aberrant que des concurrents livrent des produits à la même heure et au même endroit." La méfiance reste vive lorsqu’il s’agit de logistique urbaine, il appartient désormais aux acteurs de son écosystème de faire de ce mal nécessaire un bien vertueux.

Alban Castres

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sobriété : comment en faire Plus ?

Sobriété : comment en faire Plus ?

A4MT lance un programme inédit de recherche : Promouvoir les usages soutenables (Plus), en partenariat avec le Shift Project. L’objectif : recenser et...

Telaqua : la start-up qui coule de source

Telaqua : la start-up qui coule de source

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Telaqua.

Canicule : parlons climat, pas météo

Canicule : parlons climat, pas météo

Pour faire face au réchauffement climatique, le dernier rapport du Giec recommande, entre autres, le remplacement des énergies fossiles, la limitation...

A.K Amadou (OYA) : "Le continent africain, ce géant et nain électrique"

A.K Amadou (OYA) : "Le continent africain, ce géant et nain électrique"

Appelé à juste titre le "continent des paradoxes" par Christine Heuraux, l’Afrique possède des ressources naturelles capables de faire face aux besoin...

Dimitri Boulte nommé directeur général de SFL

Dimitri Boulte nommé directeur général de SFL

Dimitri Boulte a été nommé directeur général de SFL. Anciennement directeur général délégué, il succède à Nicolas Reynaud qui poursuivra d'autres proj...

French Tech Green20 : la promotion 2022 dévoilée

French Tech Green20 : la promotion 2022 dévoilée

Comment réconcilier technologie et écologie ? Les vingt-deux start-up de l’écosystème greentech français, sélectionnées dans le cadre de la deuxième é...

La lutte contre le greenwashing arrive aux portes de la finance

La lutte contre le greenwashing arrive aux portes de la finance

La France l’a inscrit dans le champ des pratiques commerciales trompeuses, l’Union européenne peaufine ses textes, la justice allemande a franchi l’ét...

Buildrz : changer la donnée

Buildrz : changer la donnée

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Buildrz.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message