La locomotive chinoise en perte de vitesse

La locomotive chinoise en perte de vitesse

Alors que l’année 2021 a dépassé tous les espoirs de croissance des pays occidentaux, de l’autre côté du globe la machine chinoise voit apparaitre quelques grains de sable. Effet conjoncturel ou structurel ? Voici quelques éléments de réponse.

La crise sanitaire et ses conséquences permettent à la Chine de mettre en avant son industrie. Avec la nécessité croissante de produits pharmaceutiques, textiles et autres équipements informatiques, les exportations chinoises ont permis à ce pays d’être l’un des rares à avoir eu une croissance économique en 2020. L'année 2021 a cependant été  marquée par un fort ralentissement de l’activité, avec des variations du PIB réel trimestriel évaluées à +0,5% en moyenne, contre 1,6% par trimestre entre 2014 et 2019.

Comprendre le ralentissement économique chinois

Plusieurs facteurs expliquent cette situation. Le vieillissement de la population est l'un des principaux. Comme en Occident, la Chine connaît un "papy-boom". La part des 15-64 ans, dans la population est en recul depuis 2010. Ensuite joue l’épuisement des effets de rattrapage. Le modèle de Solow explique qu’un pays en voie de développement a un stock de capital bien inférieur à sa force de travail. Puis, grâce à l’investissement et au progrès technique, le taux de croissance du capital rattrape le taux de croissance du travail.

Un tiers des promoteurs immobiliers chinois seraient au bord de la faillite

Cependant, les investissements extérieurs ou intérieurs croissent de moins en moins. Le Service économique régional de Pékin explique en partie cet affaissement de l’investissement par les restrictions pesant sur le secteur de l’immobilier, où un tiers des promoteurs immobiliers chinois seraient au bord de la faillite. La dette a principalement financé ce secteur, maintenant menacé de crise, ce qui oblige le gouvernement de Xi Jinping à intervenir. L’interventionnisme du régime avec les tours de vis réglementaires envers les entreprises privées se répercute nécessairement sur les investissements, et donc sur la croissance. Plus concrètement, cela se traduit par la baisse des indices pmi manufacturier et non manufacturier en 2021.

Les répercussions chez les partenaires chinois

Ce ralentissement de l’activité conduit nécessairement à un affaiblissement du commerce extérieur, particulièrement avec les pays asiatiques car leurs chaînes d’approvisionnement sont étroitement imbriquées. Des pays comme la Malaisie ou le Vietnam ont une part des exportations vers la Chine dans leur PIB de 20 % et sont donc les plus sensibles aux évolutions économiques de la deuxième économie mondiale.  De même, des pays d’Afrique comme l’Angola ou du Golfe, exportateurs de matières premières, se voient pénalisés. Natixis a étudié l’élasticité des exportations vers la Chine en fonction de sa croissance et explique que les pays les plus impactés seraient les économies émergentes exportatrices de matière première, pétrole compris.  

L'UE a été le principal bénéficiaire des investissements chinois entre 2005 et 2019

Concernant l’Occident, l’Union européenne a été le principal bénéficiaire des investissements chinois entre 2005 et 2019, avec 15 % des flux financiers chinois cumulés. Les pays les plus industrialisés, comme l’Allemagne ou la Suède, souffriraient donc le plus d’un ralentissement de l’activité chinoise. Cependant, la Chine étant financièrement peu connectée avec le reste du monde, une éventuelle crise n’aurait un impact que modéré sur la finance mondiale. Cela étant dit, et à l’instar de l’Europe des années 1970 ou du Japon des années 1990, l’histoire a montré que la transition d’une économie en rattrapage vers une économie mature ne s’est jamais faite sans crise réelle.

Clément Redon

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Marchés émergents : la Chine, ce colosse aux pieds d'argile

Alors  que  les  pays  émergents  portaient  la  croissance  économique  mondiale  depuis  les  vingt  dernières  années,  des  problématiques  d’ordre  structurel  et  conjoncturel apparaissent dans ces économies, la locomotive chinoise en tête. Dans  un  contexte  où  la  crise  sanitaire  n’est  pas  encore  complètement  endiguée  et  où  l’incertitude demeure, quelques pays et certains secteurs d’activité tirent leur épingle du jeu et représentent de bonnes opportunités d’investissement.
Sommaire A. Attal (Russell Investments) : "Les pays émergents sont partie prenante de la reprise de la croissance mondiale" N. Parsons (ThomasLloyd) : "L'impact est ce qui importe vraiment en fin de compte" P.-Y. Bareau (JP Morgan AM) : "Les Chinois veulent éviter la politique du bazooka" B. Vanier (Gemway Assets) : "La politique de la Banque centrale chinoise tend vers un assouplissement monétaire " Panorama des meilleures performances boursières des pays émergents M. Nègre (UBP) : "Les marchés émergents représentent 23 pays avec un potentiel d’impact positif important" G. Métifeux (Alter Egale) : "Les marchés émergents ont marqué le pas"
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message