La liquidité des entreprises à l’épreuve du confinement

« Cash is king ». Si la formule est devenue le mantra des directions financières depuis des années, la crise sanitaire mondiale actuelle le met à rude épreuve. Après une semaine de confinement en France, les entreprises hexagonales s’organisent pour pallier le risque de liquidité et les banques se préparent.

« Cash is king ». Si la formule est devenue le mantra des directions financières depuis des années, la crise sanitaire mondiale actuelle le met à rude épreuve. Après une semaine de confinement en France, les entreprises hexagonales s’organisent pour pallier le risque de liquidité et les banques se préparent.

Le constat est simple. Les marchés court terme, le Neu CP, comme long terme, obligataire, se sont rapidement fermés. « Ce n’est pas surprenant », explique le responsable trésorerie d’une grande entreprise, « sans vision, les investisseurs ne savent pas comment réagir. Et il ne s’agit pas d’une question de prix ou de qualité. »  Impossible aujourd’hui pour la profession d’émettre ou de rouler les positions. Ainsi, si l’environnement se dégrade et que les marchés restent fermés, la seule solution, pour tout le monde, sera d’avoir recours au crédit bancaire.

Une situation différente de celle de 2008

Si l’effondrement des marchés rappelle les événements de 2008, les deux situations ne sont pas comparables. Il y a douze ans, la crise tirait son origine des banques, et avait entraîné avec elle l’activité économique. « Ce que nous vivons aujourd’hui est un ralentissement économique issu des décisions prises par les gouvernements pour juguler la pandémie du Covid-19 » développe un professionnel de la finance. Les établissements financiers ne sont pas en crise réelle, même si les demandes de financement engendreront forcément un stress.

Les entreprises ont appris à gérer leurs liquidités et pourront, dans un premier temps, poursuivre leur activité grâce aux réserves de cash dont elles disposent. Les établissements bancaires se préparent à répondre à la demande de leurs clients à qui ils envoient un message positif :  ils sont prêts à les accompagner et montrent leur volonté de participer à l’effort. « On ressent une certaine fierté des banquiers à faire leur métier » s’accordent les trésoriers. D’autant plus que les dispositions de la BCE leur permettent de faire face aux besoins des entreprises.

PME vs grandes entreprises

Il faut néanmoins distinguer deux cas de figure. D’un côté, les grandes entreprises qui bénéficient déjà de lignes garanties – plus de 300 milliards d’euros selon les chiffres de la Banque de France. Ces dernières, juridiquement contraignantes pour les banques, ne pourront pas leur être refusées au moment où elles demanderont à les tirer pour éviter le défaut. De l’autre, les PME disposent de crédits bancaires au cas par cas et sont déjà sujettes à des problèmes de liquidité. Elles devront donc négocier une augmentation de leurs facilités de crédit. Une situation plus délicate puisque leur situation dépendra alors de la bonne volonté des banques et de l’attitude du gouvernement. Sans oublier la participation de Bpifrance.

Dans le cas des entreprises notées, elles doivent montrer qu’elles ont la capacité de fonctionner entre douze à dix-huit mois avec leurs lignes de crédit et leur trésorerie. Combien de temps le pourront-elles avant d’avoir recours au crédit bancaire ? « Cela dépendra de la situation de chacun », avance un trésorier, « ce n’est pas un hasard si Air France a tiré en premier sa ligne de crédit, les compagnies aériennes étant les premières à avoir perdu la totalité de leur chiffre d’affaires ». À l’inverse, les sociétés du secteur alimentaire, dont la clientèle de particuliers paie comptant, ne devraient pas rencontrer de problème de liquidité à court terme.

Anne-Gabrielle Mangeret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail d'Alibaba et des partenariats avec les marques. Elle revie...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur dédié au supercalcul"

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur déd...

Spécialiste du semi-conducteur depuis plus de 25 ans, après avoir travaillé notamment chez STMicroelectronics et Atos, Philippe Notton a fondé SiPearl...

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

En juin, le quinquagénaire issu du groupe en prendra la direction générale, tandis que l’actuel PDG, Benoît Potier, est appelé à conserver la présiden...

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Les réseaux féminins ont le vent en poupe et ne cessent de se multiplier. À l’heure des lois Copé-Zimmerman et Rixain, la question de leur utilité se...

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message