La legaltech a sa boutique

Les consommateurs de technologies juridiques peuvent désormais faire leur shopping sur une unique plateforme : le Legal Tech Store. Une boutique attendue à la fois par les juristes et les start-up du droit elles-mêmes.

© Pascale D'Amore

Thomas Saint-Aubin, fondateur de Seraphin Legal et du Legal Tech Store, et sa collaboratrice Maud Gilet qui a dirigé la création de la boutique en ligne.

Les consommateurs de technologies juridiques peuvent désormais faire leur shopping sur une unique plateforme : le Legal Tech Store. Une boutique attendue à la fois par les juristes et les start-up du droit elles-mêmes.

Pas facile de s’y retrouver parmi les quelque 300 acteurs de la legaltech existant à ce jour en France. Les services qu’ils proposent sont si variés et leur efficacité tellement irrégulière qu’un directeur juridique, un professionnel libéral (avocat, notaire, huissier, etc.) ou un entrepreneur aura du mal à identifier quelle solution est celle qui répondra à ses besoins. Afin de faciliter la vie de ces consommateurs de droit, Seraphin Legal a créé une boutique en ligne : le Legal Tech Store.

User centrique

Le service voit le jour après un an de préparation et se veut centré sur l’utilisateur. Un robot, conçu spécialement pour la plateforme, guide le futur acheteur dans son choix jusqu’à la constitution de son panier et la réalisation des prestations. « Le bot est le principal investissement du projet, explique Thomas Saint-Aubin, fondateur de Seraphin Legal à l’origine de la création du Legal Tech Store. Aujourd’hui, c’est un salarié de plus dans l’équipe », ironise celui qui regroupe ainsi tout un écosystème, intégrant même ses propres concurrents.

Sauf que toute start-up du droit n’a pas vocation à être proposée sur la plateforme. Pour prétendre figurer dans la liste des prestataires, il faut que les services proposés correspondent à une liste de critères élaborée par un board (ou comité scientifique) composé des fondateurs des plus anciens acteurs de la legaltech. Parmi ces critères, l’adhésion à la charte éthique de la profession, un premier bilan financier et une activité depuis au moins douze mois, quelques références de clients, un site internet et un organigramme, des managers formés à la réglementation en matière de protection des données personnelles et l’existence d’un data protection officer (DPO), une politique de sécurisation du système informatique, un service numérique en mode SaaS ou API marchand, etc. La boutique exige également des conditions générales de vente et une grille tarifaire précise, excluant de fait les outils vendus sur devis. Un numéro Siret et un siège social en France sont également requis afin de promouvoir la legaltech française, même si le site a vocation à s’internationaliser. « Grâce à nos legaltech lawyers, nos ambassadeurs, nous sommes déjà très présents en Afrique, en Belgique et en Pologne, mais aussi à Hong Kong et Singapour, se réjouit Thomas Saint-Aubin. Celui d’entre eux qui voudra développer cet écosystème dans un pays étranger pourra dupliquer le site et gérer les marques qui l’intégreront. » Encore un moyen de mettre en avant les produits français puisque les start-up du droit qui ont leur siège en France et dont l’activité s’étend à l’international pourront intégrer différentes versions du site.

La boutique, qui a ouvert le 12 mars, se rémunère grâce à une commission de 10 % sur l’ensemble des prestations vendues. Un accord avec les enseignes exclut tout tarif préférentiel hors du store. « Nous partons du principe que chaque juriste a des besoins particuliers, ajoute le fondateur. Nous lui proposons donc un service au meilleur prix et sur mesure grâce à un assemblage de solutions. » Ces dernières ont un accès au back-office pour créer et faire vivre la présentation de leur enseigne. « Nous y voyons un intérêt indéniable à y être référencés », réagit Philippe Laurence de Doctrine. Même les plus gros acteurs ont toujours besoins de nouveaux clients.

Quant aux plus petits, notamment ceux qui sont encore en cours de développement, la plateforme offre un accompagnement avec l’accès à une page web de lancement et aux technologies du Legal Tech Store. Une dizaine de projets conçus par des élèves avocats de l’école des avocats du grand Est, l’Erage, ont d’ores et déjà été sélectionnés.

Pascale D’Amore (@PascaleDAmore)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

HFW s’installe à Monaco

HFW s’installe à Monaco

La firme d’origine britannique et spécialiste du shipping Holman Fenwick Willan (HFW) recrute une équipe de chez Ince & Co pour investir un marché...

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Certains avocats britanniques prennent la nationalité belge afin d’être prêts en cas de « no deal ». C’est notamment le cas de Trevor Soames, managing...

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

Deux associés de Shearman & Sterling, spécialisés en fusions-acquisitions et marchés de capitaux, rejoignent le cabinet américain. La guerre des t...

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Dentons se rapproche de Lee International, un cabinet sud-coréen de premier plan à Séoul.

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

En juillet, la Commission européenne a publié une étude sur la corruption, qui présente la perception de la corruption par les citoyens ainsi que les...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Deux semaines après l’annonce de l’ouverture d’un bureau à San Diego, Eversheds Sutherland recrute une équipe en IP.

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message