La haute joaillerie américaine en ligne de mire du géant LVMH

Le leader mondial du luxe confirme son intérêt pour l’un des grands joailliers américains, Tiffany & Co, avec une offre de 14,5 milliards de dollars.

Le leader mondial du luxe confirme son intérêt pour l’un des grands joailliers américains, Tiffany & Co, avec une offre de 14,5 milliards de dollars.

LVMH poursuit son ascension. La première capitalisation boursière européenne a pris en chasse la marque de luxe américaine qui fait tant rêver les futures mariées de l’autre côté de l’Atlantique, Tiffany & Co. Le groupe de l’homme d’affaires Bernard Arnault a en effet soumis une offre préliminaire non contraignante d’environ 14,5 milliards de dollars (13 milliards d’euros) pour racheter le joaillier new yorkais, numéro deux mondial après Cartier. Une acquisition de 100 % du capital au prix de 120 dollars par action, soit une prime de 22 % par rapport au cours de clôture de Tiffany le 25 octobre. Le groupe coté a enregistré une hausse de 6,5 % à 4,4 milliards de dollars de son chiffre d’affaires lors de son dernier exercice fiscal et capitalise 12 milliards de dollars à la Bourse de New York. Une perspective alléchante pour Bernard Arnault qui entend doubler la taille de son pôle montres & joaillerie, même si, pour l’instant, aucun accord ne se profile.

D’une pierre deux coups

L’enseigne, fondée en 1837, par Charles Lewis est l’incontournable spécialiste des bagues de fiançailles et des diamants sur le marché américain. Fidèle à son mode opératoire stratégique, le leader mondial du luxe a bien choisi sa cible et surtout le moment pour lancer son offre. Sa proposition intervient en effet dans une période où l’industrie du luxe redoute les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, et où, Tiffany & Co subit les conséquences des droits de douane sur les exportations. Cette transaction permettrait à LVMH de faire d’une pierre deux coups. D’une part, en affirmant son rayonnement aux États-Unis, et d’autre part, en positionnant le groupe face aux leaders du secteur de la joaillerie. Un objectif qui se dessine depuis le rachat de Bulgari en 2011, qui a permis d’assoir la position du géant face à Cartier et Van Cleef & Arpels, toutes deux détenues par le groupe suisse Richemont. Parvenu à redresser l’italien Bulgari en difficulté, LVMH a des arguments de poids qui pourraient bien séduire Tiffany & Co avec ses perspectives de rentabilité.

Une ascension sans limites ?

Rien ne semble inaccessible pour LVMH, propriétaire notamment de Louis Vuitton, Chaumet et Dior qui est devenu un spécialiste des opérations d’envergure. Mais cela ne va pas sans son revers puisqu’il finit par attirer l’attention et une surveillance rapprochée des autorités. Son leadership appelle à jouer stratégique pour éviter les obstacles et les freins à son développement. Comment poursuivre la croissance d’une entité comme LVMH ? En continuant d’investir. Sa diversification sectorielle est devenue sa signature. Bernard Arnault choisit soigneusement chaque acquisition afin de balayer une à une les menaces à son ascension. Une stratégie qui porte ses fruits pour rester dans la course, tous secteurs confondus. Tiré par ses deux marques phares, Christian Dior et Louis Vuitton, sa valorisation ne cesse de rebondir confortant sa première place au CAC 40.

Inès Giauffret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à aller plus loin"

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à alle...

Le réseau de crèches Babilou Family, créé en 2003 en France, leader en Europe et très présent à l’international, poursuit sa croissance malgré une ann...

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conseil est prioritaire"

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conse...

En 2021, Vestiaire Collective, spécialiste de la vente de vêtements et d’accessoires d’occasion de luxe, est devenu l’une des licornes françaises de l...

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Le courtier de portefeuille de cryptomonnaies Ledger boucle un nouveau tour de table de 380 millions de dollars. Désormais valorisé 1,23 milliard de d...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

Conseil des entreprises du secteur du numérique, des éditeurs de logiciels aux sociétés de services, PAC - teknowlogy Group propose son offre à des en...

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Alors que le gouvernement amorce la sortie des aides exceptionnelles, déconfinement oblige, les sujets ne manquent pas : de la réforme des retraites a...

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis se prépare à lancer son introduction en Bourse sur le marché coté Euronext 40. Créée en 2001, l’entreprise a su se démarquer de la concurrence...

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

La pandémie n’en finit pas de maintenir dirigeants et investisseurs dans un brouillard d’incertitudes. Frédéric Balochard, associé-fondateur de la soc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte