La gouvernance des entités médicales et paramédicales : enjeux et vigilance

"Gouverner": action de gérer, d’administrer. La gouvernance de toute entité, en particulier dans le secteur sanitaire, s’inscrit dans un cadre, normé et organisé. Quels fondamentaux, quelles actions mettre en place, quelles vigilances apportées, pour tendre vers une gouvernance efficiente ?

"Gouverner": action de gérer, d’administrer. La gouvernance de toute entité, en particulier dans le secteur sanitaire, s’inscrit dans un cadre, normé et organisé. Quels fondamentaux, quelles actions mettre en place, quelles vigilances apportées, pour tendre vers une gouvernance efficiente ?

Administrer ou gérer ne signifie pas pour autant « imposer », ou en encore moins « contraindre » ; « gouverner » impose aux détenteurs des pouvoirs de gestion et d’administration, d’organiser, d’impulser, tant dans les actions quotidiennes, que les projets ou l’anticipation des évolutions de la structure ou de son secteur d’activité.

La gouvernance interne de toute entité repose sur des piliers fondamentaux, liés aux caractéristiques même de la personne morale ou de la structure à laquelle elle s’applique. Et dans le secteur médical comme médicosocial, il existe de nombreuses entités : établissements de santé publics, privés, à but lucratif, maison de santé, société interprofessionnelle, société d’exercice libéral (SEL), groupement de coopération sanitaire (GCS), groupement d’intérêt économique (GIE), société civile ou commerciale, association loi 1901, etc. Les « fondamentaux » s’appuient également sur la collectivité des membres ou des associés (assemblée générale), et sur les organes de direction (gérant, administrateur, président, directeur général, conseil d’administration ou de surveillance notamment).

Les règles, imposées par les textes légaux, complétées et choisies par les membres, devront permettre à l’entité médicale ou médicosociale, de fonctionner dans son quotidien, comme d’affronter une situation exceptionnelle pour la conduite de projets.

"La gouvernance, reflet de la structuration
interne de l’entité comme vecteur d’évolution : un équilibre nécessaire au fonctionnement quotidien comme prospectif"

Une modélisation spécifique à l’entité

S’il faut s’appuyer sur le corps institutionnel de l’entité, règlementaire comme statutaire, imposé par des arcanes déterminées (pour partie par les textes légaux et règlementaires qui régissent les formes sociales de l’entité concernée et les rapports internes de celle-ci), cela nécessite également une modélisation et un détail propre à la structure même, qui sera le garant de son bon fonctionnement, comme d’une information transparente, claire et loyale en son sein.

Aussi, le pacte social de l’entité (statuts ou convention constitutive) devra être complété par tout autre document (charte, règlement intérieur, etc.) dont l’objet sera de compléter le pacte originel ; attention toutefois à ne pas créer un conflit de normes, la primauté des règles extra statutaires pouvant engendrer des incompréhensions, tensions et discordes entre les membres, fragilisant ainsi la prise de décision.

Éviter les contrepouvoirs inutiles

Cela peut également conduire à l’instauration de contrepouvoirs, qui fractionneront la cohésion et les opérateurs dans leurs arbitrages et même paralyser l’entité dans ses actions (obligeant à dessaisir la gouvernance en place ou la réformer).

Ces compléments ont toutefois la vertu de permettre de créer des délais et process dans la prise de décision ou la préparation de celle-ci. Les comités médicaux peuvent être saisis de questions spécifiques à l’exercice des activités médicales ou des soins. Des commissions consultatives peuvent permettre d’identifier et de trouver des solutions à des situations de blocage ou de dysfonctionnement. Des comités exécutifs ou de surveillance peuvent également faire des propositions pour déterminer les évolutions futures de l’entité, dessiner les projets médicaux ou socio-économiques à venir.

Un exercice de composition

Au-delà de ces caractéristiques organiques et règlementaires imposées ou choisies, la gouvernance repose sur des échanges, des consentements à recueillir, des consultations à organiser et des comptes-rendus d’exécution des missions confiées. La gouvernance, malgré la diversité de ses opérateurs, devra donc « composer » en fonction des objectifs, des décisions soumises à son approbation ou son arbitrage et de ses interlocuteurs internes (assemblées générales, conseils, comités, etc.), ou externes (autorités de tutelle, certification, labellisation par exemple). Cette composition devra être assurée par les mandataires sociaux, dans le cadre de l’exercice légal de leurs missions et le respect des règles sociétaires dont est dotée l’entité.

La concertation est un élément-clé du fonctionnement interne des instances et de la qualité des décisions prises. Le facteur temps ne devra pas être sous-estimé, ni le formalisme qui accompagnera la prise de décision ; ce sont des éléments centraux en cas de difficulté dans celle-ci ou de recours, en cas de litige, à la conciliation ou l’arbitrage.

Une gouvernance souple et adaptable

L’efficience de la gouvernance repose aussi sur sa capacité à se renouveler ou s’adapter pour autant que le corps législatif, de sa forme ou de son domaine, le lui permette cependant.

Il est de la responsabilité des dirigeants, d’impulser ou de proposer des amendements, en tant que de besoin ; la durée déterminée des mandats permet d’assurer le renouvellement des dirigeants, tentant ainsi d’éviter un effet de lassitude ou de confort.

Cependant, il faut demeurer vigilant aux révolutions radicales du changement dans l’ordonnancement des instances internes. Cela ne doit pas déstabiliser la structure même, ni la paralyser. S’attacher à la gouvernance administrative interne s’avère précieux également : celle-ci doit aussi refléter les besoins en composition, concertation, adaptation, pour suivre au mieux l’activité et l’évolution de la structure.

Là aussi, point trop n’en faut : la multiplication des organes et échelons informels brouille la prise de décision ou l’application des mesures. L’instauration et la pratique de la gouvernance résultent d’un équilibre composite et subtil, dont la consolidation est à faire et à imaginer, au quotidien comme au long cours.

Exercice qui s’avèrera d’autant plus nécessaire dans un contexte de crise sanitaire, telle que celle que nous traversons. Il en va de l’administration même de l’entité comme de sa pérennité ou de sa capacité à s’adapter. 

SUR L'AUTEUR

Me Alix Domas-Descos intervient principalement en droit de la santé et droit des sociétés. Elle assite les opérateurs (médecins, établissements, maisons de santé, groupements de moyens, d’exercice ou d’exploitation, CPTS, etc.) dans leurs projets médicaux et socio économiques, comme dans leur fonctionnement structurel quotidien. L’équipe d’A2D avocats les accompagne dans leurs orientations, mises en oeuvre et organisations juridiques.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Guide Santé, Pharmacie & biotechnologies 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Santé, pharmacie et biotechnologies 2021.
Sommaire
V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise avec les projets du salarié"

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise a...

Présidente du jury du prix du DRH numérique 2020, Valérie Decaux, DRH du Groupe La Poste envisage la transformation digitale à la fois comme complémen...

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

Infhotep réalise une importante augmentation de capital pour le secteur de la legaltech, dont la finalité est de permettre à sa solution de mise en co...

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

Bloom poursuit son développement en réalisant une nouvelle levée de fonds de 11 millions d’euros et scelle un partenariat stratégique avec Dassault Sy...

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, l’arsenal thérapeutique reste limité contre la Covid-19. Si aucun traitement n’a encore été valid...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte