La France va consacrer 7 milliards d’euros à l’hydrogène

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par électrolyse, à la mobilité professionnelle, ainsi qu'au soutien à la R&D et à la formation.

Dans le cadre du plan de relance, sept milliards d’euros seront ainsi consacrés à la décarbonation de l’industrie, à la production d’hydrogène par électrolyse, à la mobilité professionnelle, ainsi qu'au soutien à la R&D et à la formation.

La rentrée est décidément frappée du sceau de l’hydrogène. Après avoir annoncé en grande pompe, à l’occasion de la présentation du Plan de relance le 3 septembre, un budget de 7,2 milliards d’euros consacré à faire de la France un acteur mondial de l’hydrogène, le gouvernement a détaillé sa stratégie cinq jours plus tard. Cette annonce fait suite au plan lancé par Nicolas Hulot, il y a deux ans, dont le budget de 100 millions d’euros a servi à financer l’expérimentation à une échelle plus réduite et essentiellement locale.  Paris s'inscrit dans le sillage de Berlin qui avait annoncé, il y a trois mois, une enveloppe de 9 milliards, et l’objectif affiché par Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, est clair : "Faire de la France de demain le champion de l’hydrogène décarboné."

Un plan en trois axes

 Le premier volet du plan a pour objectif d’atteindre une capacité de production d’un hydrogène dit « vert ». Alors que la production actuelle se base sur les hydrocarbures, l'idée est d'utiliser de l'électricité décarbonée, qu’elle soit d’origine renouvelable ou nucléaire, par électrolyse de l'eau. Bien plus propre, cette technologie est en revanche coûteuse et très gourmande en énergie. Pour réaliser des économies d'échelle en augmentant les volumes, 1,5 milliard d'euros seront consacrés à la fabrication d'électrolyseurs, avec une capacité ciblée de 6,5 gigawatts.

"Objectif, faire de la France le champion de l'hydrogène décarboné"

Le deuxième volet vise quant à lui à développer une offre de mobilité lourde fonctionnant à l’hydrogène. "L’hydrogène répond aux besoins de fortes puissances motrices ou aux besoins de longue autonomie notamment pour les flottes captives parcourant de longues distances à flux tendus", justifie le gouvernement. Un appel à projets (AAP) "Briques technologiques et démonstrateurs', doté de 350 millions sera notamment lancé afin de développer ou améliorer les composants et systèmes liés à la production et au transport d’hydrogène, et à ses usages tels que les applications de fourniture d’énergie. En tout, plus d’un milliard d’euros abonderont ce volet du plan hydrogène. Enfin, la troisième priorité affichée sera de "soutenir la recherche, l’innovation et le développement de compétences afin de favoriser les usages de demain". Les pistes sont ici plus vagues, allant de l’aéronautique à la décarbonation du secteur gazier. Aucun dispositif n'est précisé, si ce n’est un programme prioritaire de recherches "Applications de l’hydrogène" doté de 65 millions d’euros.

Création d’emplois

Le gouvernement souhaite que cette filière s’accompagne d’un mouvement de relocalisation industrielle, estimant qu’elle pourrait générer entre 50 000 et 150 000 emplois directs et indirects en France. La volonté de l’exécutif est ainsi d’accompagner "ses champions industriels", pour reprendre l’expression utilisée par Bruno Le Maire, du stade R&D à son application industrielle. Le ministre de l’Économie n’a pas manqué de citer les noms de Safran, Alstom, la SNCF, Faurecia, Symbio (piles à combustible), Air Liquide, Schlumberger et McPhy.

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 21 octobre 2020

La veille urbaine du 21 octobre 2020

Eiffage qui va réaliser le nouveau siège social de Lidl à Châtenay-Malabry, l'augmentation de capital de Quartus, Bruxelles qui aide l’Île-de-France à...

Le Master 2 GESIIC invité au SIATI

Le Master 2 GESIIC invité au SIATI

Un partenariat a été noué cette année entre le master GESIIC et le SIATI. Retour sur les tenants et les aboutissants de cette coopération.

N. Depetro (Mapic) : "La dimension phygitale deviendra la nouvelle norme de nos événements"

N. Depetro (Mapic) : "La dimension phygitale deviendra la nouvelle norme de nos événements"

L’édition 2020 du marché international de l’implantation commerciale et de la distribution se fera entièrement en ligne via une nouvelle plateforme di...

Christel Bories, transformer le minerai en or

Christel Bories, transformer le minerai en or

Patronne d’Eramet depuis l’été 2017, Christel Bories s’est attelée à sortir le groupe minier de la crise et à le désendetter. Saluée pour sa performan...

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Sûrement l’un des plus grands défis urbains découlant du changement climatique, les îlots de chaleur urbains mettent en difficulté les villes des quat...

La veille urbaine du 19 octobre 2020

La veille urbaine du 19 octobre 2020

DeA Capital qui acquiert Le Cap à la Plaine Saint-Denis, le conseil de surveillance d’URW qui rejette le plan des « activistes », la RATP qui teste un...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte