La France en pénurie de magistrats

Fin décembre, un rapport de l’Inspection générale de la justice analysait les besoins en parquetiers du ministère public et préconisait « d’augmenter significativement les effectifs » afin d’assurer le bon fonctionnement de la justice.

Fin décembre, un rapport de l’Inspection générale de la justice analysait les besoins en parquetiers du ministère public et préconisait « d’augmenter significativement les effectifs » afin d’assurer le bon fonctionnement de la justice.

Il manquerait 175 parquetiers. C’est le constat dressé par l’Inspection générale de la justice dans son rapport intitulé « Mission sur l’attractivité des fonctions de magistrat du ministère public ». Commandé par le ministère de la Justice, le texte a été remis à Nicole Belloubet lundi 20 décembre. Il souligne le « sous-effectif chronique » des magistrats du parquet dont l'attractivité régresse. L’inspection observe auprès des trois promotions de l’École nationale de la magistrature qu’elle a suivies une « hémorragie du parquet vers le siège » : 38 % des magistrats quittent le ministère public après cinq ans de fonction quand 55 % se tournent vers le siège après dix ans. En cause : une charge de travail trop importante, l’inflation législative et l’encombrement des tribunaux complexifiant les missions des procureurs. Selon le rapport, le traitement en temps réel des procédures pénales explique également le dysfonctionnement des parquets. Procédure d’urgence visant à réduire les délais, il contraint les magistrats à répondre aux demandes des enquêteurs par téléphone, ce qui les empêche d’exercer la totalité de leurs prérogatives et affecte la qualité des procédures. Les décisions sont prises sur la base de comptes-rendus oraux sommaires, sans analyse des procès-verbaux. 

Le rapport préconise un plan d'augmentation des effectifs : 175 postes sont nécessaires pour combler les vacances. Cet effort doit également s’étendre aux greffiers, assistants et secrétaires. Par manque de moyens, la Chancellerie aura sans doute des difficultés à répondre à ces importants besoins dans l’immédiat. Son porte-parole Youssef Badr a cependant annoncé qu’un comité de suivi serait mis en place en début d’année.

Maeva Kpadonou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Mais pourquoi les politiques écrivent-ils tous des livres ?

Les années passent et nos responsables politiques publient toujours autant d’ouvrages. Objectifs : se faire connaître, montrer leur expertise, se plac...

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Une droite qui ne parle quasiment plus qu’aux personnes âgées, un président de la République doté d’un socle solide dans toutes les CSP, un RN souvera...

Pegasus, au cœur du scandale

Pegasus, au cœur du scandale

De nombreux États, qu’ils soient considérés comme des dictatures ou des démocraties, utiliseraient un logiciel proposé par la société israélienne NSO...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte