La France dans la lutte contre la corruption

La loi Sapin II a introduit des modalités de contrôle des entreprises par l’Agence française anticorruption. Les journées de l’AFTE 2019 sont revenues sur les risques et les obligations de mise en conformité auxquels les sociétés sont désormais confrontées.

La loi Sapin II a introduit des modalités de contrôle des entreprises par l’Agence française anticorruption. Les journées de l’AFTE 2019 sont revenues sur les risques et les obligations de mise en conformité auxquels les sociétés sont désormais confrontées.

Face au manque d’engagement de la France en matière de répression d’actes de corruption, les autorités françaises se sont saisies du problème avec l’objectif de hisser l’Hexagone au niveau le plus élevé de la lutte. C’est dans ce contexte qu’est intervenue la loi Sapin II qui exige la mise en place d’un dispositif de conformité pour les entreprises ayant plus de 500 salariés et réalisant 100 millions d’euros de chiffre d’affaires. La conférence « Ce qu’un trésorier doit savoir pour être en conformité avec la loi Sapin II », présentée aux journées de l’AFTE le 19 novembre 2019 à Paris, est revenue sur les mesures phares de cette loi. Évaluation des tiers de premier rang, procédures comptables et de contrôle interne ont désormais pris place dans l’ordre de priorité de 1 700 sociétés du secteur public et privé en France. Ces structures sont aujourd’hui concernées par les contrôles de l’agence française anticorruption (AFA) qui poursuit tous les faits illégaux.

L’art de cibler les risques

Afin d’éviter une exposition directe à un acte de corruption qui serait soumis à sanction, les entreprises doivent cartographier les risques et cibler les manœuvres illicites auxquelles elles peuvent être exposées, que ce soit en interne ou avec leurs partenaires. En effet, cette loi renforce la répression pour toute association à un dispositif frauduleux. Ainsi, chaque entité visée par la loi doit mettre en place un contrôle des tiers de premier rang qui consiste à prioriser un examen des partenaires qui présenteraient des facteurs de risques en la matière. Ce contrôle dispose d’un champ d’application étendu puisque les sociétés qui ne rentrent pas dans les critères de vérification de la loi Sapin II - à savoir 500 salariés et 100 millions d’euros de chiffre d’affaires - peuvent tout de même se retrouver soumis à un contrôle indirect de l’AFA. Devant le zèle des agents de cet organisme déployé pour détecter la fraude, les entreprises se doivent de rester vigilantes pour justifier leur ordre de priorité sur certains tiers.

Inès Giauffret 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le Conseil national des barreaux lance Avoventes.fr

Le Conseil national des barreaux lance Avoventes.fr

Le Conseil national des barreaux met en ligne une plateforme d’annonces de ventes aux enchères publiques immobilières, s’adressant aussi bien aux avoc...

Nemrod Avocat, la structure des secteurs de la défense et de la sécurité

Nemrod Avocat, la structure des secteurs de la défense et de la sécurité

Après plus de dix ans d’exercice au sein de cabinets internationaux, Maxime Molkhou lance sa propre structure, Nemrod Avocat, axée sur un positionneme...

Wolters Kluwer s’associe à Della

Wolters Kluwer s’associe à Della

Wolters Kluwer annonce son partenariat avec Della, une legaltech spécialisée dans l’analyse de contrats basée sur l’intelligence artificielle pour les...

G. Nemes (Patrimmofi) : "Nous préservons notre indépendance capitalistique mais l’avenir demeure très ouvert"

G. Nemes (Patrimmofi) : "Nous préservons notre indépendance capitalistique mais l’avenir demeure trè...

Le marché des CGP est en pleine consolidation. Patrimmofi, groupe issu du spin off d’avec Primonial en 2016, sait en tirer le meilleur en conjuguant c...

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants"

J. Seraqui (CNCGP) : "Il y a un fossé entre les souhaits des pouvoirs publics et ceux des épargnants...

Julien Seraqui, président de la CNCGP, fait ses propositions pour favoriser la transition énergétique et la relance économique.

Solidarité intrafamiliale : nouvelle exonération pour relancer l’économie

Solidarité intrafamiliale : nouvelle exonération pour relancer l’économie

Le troisième projet de loi de finances rectificative adopté par le Parlement le 23 juillet prévoit une exonération de droits de mutation à titre gratu...

Le CSA lance l’Observatoire de la haine en ligne

Le CSA lance l’Observatoire de la haine en ligne

Le régulateur de l’audiovisuel met en place un organe chargé de quantifier, de favoriser le partage d’information et d'améliorer la compréhension de l...

DocuSign lance sa solution de paiement

DocuSign lance sa solution de paiement

Le spécialiste de la signature électronique crée une nouvelle solution de dématérialisation complète permettant la signature et le paiement rapide sur...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message