La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

En acceptant de se saisir du cas de la commune de Grande-Synthe, le Conseil d’Etat est pour la première fois contraint de trancher dans une affaire portant sur le respect des engagements environnementaux. Manquant d’informations pour rendre un verdict, le Conseil accorde un délai de trois mois au gouvernement.

En acceptant de se saisir du cas de la commune de Grande-Synthe, le Conseil d’Etat est pour la première fois contraint de trancher dans une affaire portant sur le respect des engagements environnementaux. Manquant d’informations pour rendre un verdict, le Conseil accorde un délai de trois mois au gouvernement.

Les accords de Paris du douze décembre 2015, organisés dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), furent le théâtre de nombreuses prises de position et promesses. La France ne fait pas exception, et a convenu de l’objectif de 37 % de baisse des émissions par rapport au niveau de 2005, avant 2030. Non content de ce premier engagement, l’hexagone a néanmoins décidé de mettre la barre encore plus haut, en mettant sa stratégie de lutte contre le changement climatique sur les rails d’une baisse des émissions de 40 %, par rapport au niveau de 1990, d’ici à 2030.

Une commune aux origines

Après avoir imploré le gouvernement français d’intensifier ses efforts en matière de lutte contre le changement climatique en 2018, et avoir essuyé un refus, la commune de Grande-Synthe place le curseur au cran supérieur, et saisit le Conseil d’Etat en 2019. Toutefois, elle était cette fois-ci soutenue par les villes de Grenoble et de Paris, ainsi que par plusieurs associations, parmi lesquelles Oxfam, la Fondation Nicolas Hulot et la branche française de Greenpeace. De fait, la commune du Nord de la France est particulièrement sensible à ces problématiques environnementales, étant par sa position géographique directement exposée aux conséquences néfastes du changement climatique. Grande-Synthe est située sur le littoral, rendant le moindre épisode de montée des eaux préoccupant, avec à la clé un risque accru d’inondations, mais aussi de sécheresses.

"La France a seulement réalisé une baisse moyenne de ses émissions de 1 % par an alors que le plafond fixé imposait une réduction de l'ordre de 2,2 % par an"

Compte tenu de la situation de la commune, le Conseil d’Etat a accepté de se pencher sur ce cas, envisageant la possibilité que les mesures prises par les plus hautes instances soient insuffisantes au regard des promesses itérées. Il précise néanmoins que les objectifs que s'est fixés la France à ce titre doivent être lus à la lumière de ces accords afin de leur donner une pleine portée en droit français.

Un engagement qui s’amorce mal

Si l’engagement de la France est louable, les promesses n’engagent que ceux qui les croient. En effet, sur la période 2015-2018, l’hexagone a largement dépassé le plafond d’émissions prévu par son engagement aux accords de Paris, repoussant l’essentiel des efforts à la décennie 2020. La stratégie du gouvernement français se décline sur quatre périodes (2015-2018, 2019-2023, 2024-2028 et 2029-2033). Chacun de ces paliers de voit allouer un budget carbone, c’est à dire un seuil d’émissions à ne pas dépasser. D’après le Conseil d’Etat, "la France a seulement réalisé une baisse moyenne de ses émissions de 1 % par an alors que le plafond fixé imposait une réduction de l'ordre de 2,2 % par an". De plus, les deuxième, troisième et quatrième plafond d’émissions ont été revu à la baisse, suite à un décret du 21 avril 2020.

Une réaction proportionnée ?

Au vu des éléments rapportés, le Conseil d’Etat laisse au gouvernement français un délai de trois mois pour justifier de son refus. Si au bout de ce délai, le gouvernement ne parvenait pas à fournir les justifications nécessaires à convaincre le Conseil d’Etat de l’adéquation des efforts fournis avec les objectifs de l’horizon 2030, alors, ce dernier pourrait annuler le refus gouvernemental de prendre des mesures supplémentaires, adressé à la commune de Grande-Synthe.

Thomas Gutperle

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

UGGC développe ses activités en Chine

UGGC développe ses activités en Chine

Anticipant l'entrée en vigueur du prochain accord entre la Chine et l'Union européenne, UGGC Avocats nomme Jenny Cao associée de son bureau de Shangha...

Florence Henriet, l’électron libre

Florence Henriet, l’électron libre

Dans le petit monde des juristes d’affaires, tout le monde la connaît. Florence Henriet est celle qui a créé la fonction de business developer dans le...

Croissance interne et externe chez Dechert

Croissance interne et externe chez Dechert

Dechert renforce ses pratiques concurrence et corporate par les promotions respectives de Marion Provost et Xavier Leroux comme associés nationaux. Il...

Acer Finance et Laillet Bordier unissent leurs talents

Acer Finance et Laillet Bordier unissent leurs talents

Les fusions continuent dans le secteur de la gestion de patrimoine avec l’alliance entre la société de gestion de portefeuille Acer Finance et le cab...

M. Ouaniche (OCA) : "L'expertise économique et financière implique une approche pluridisciplinaire"

M. Ouaniche (OCA) : "L'expertise économique et financière implique une approche pluridisciplinaire"

Reconnu pour ses compétences économiques et financières dans le cadre de contentieux et d’arbitrages complexes, OCA compte une trentaine de consultant...

Apostrophe mise sur le contentieux des affaires

Apostrophe mise sur le contentieux des affaires

Sophie Gijsbers et Delphine Dendievel s’associent pour lancer Apostrophe, un cabinet entièrement consacré au contentieux des affaires, au droit pénal...

Yves Boissonnat souffle à l'oreille des patrons de cabinets d'avocats

Yves Boissonnat souffle à l'oreille des patrons de cabinets d'avocats

Dans son domaine, il fait partie des meilleurs. Discrétion et bienveillance sont les maîtres-mots de ce chasseur de têtes spécialiste des avocats d’af...

Guillemin Flichy coopte une associée

Guillemin Flichy coopte une associée

Deux ans après son arrivée, Mathilde Delaunay est promue associée chez Guillemin Flichy. Sa nomination consolidera le droit des organismes sans but lu...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte