La faculté du juriste à télétravailler

La faculté du juriste à télétravailler

Pendant la crise sanitaire, les équipes juridiques d’entreprises se sont rapidement et efficacement adaptées au travail à distance. La digitalisation amorcée il y a quelques années aura produit tous ses bénéfices en cette période particulière. Et convaincu les plus frileux qu’une nouvelle manière d’exercer la fonction juridique était possible.

À l’instar de nombreux cadres, les juristes d’entreprise ont été pris de court par l’annonce des mesures de confinement. Contraintes de travailler à distance, les équipes juridiques ont vite trouvé leurs marques. Du moins, celles déjà engagées dans un processus de digitalisation. Grâce à leurs équipements technologiques, elles ont su répondre efficacement aux besoins de l’entreprise en interne mais aussi à ceux de leurs clients. Et démontré leur capacité à s’adapter en temps de crise, au point même d’avoir convaincu les plus réticents de l’efficacité du travail à distance.

Efficacité inchangée

Ian Kayanakis, directeur juridique groupe et conformité d'une société internationale d'ingénieurie, l’un des leaders mondiaux de l’ingénierie comptant 13 000 collaborateurs répartis dans 30 pays, confirme l’habileté de ses collaborateurs. Chacun a pu poursuivre son activité, et ce, de façon soutenue. Pour faciliter les échanges, le recours à des canaux de communication comme Whatsapp ou Teams s’est organisé très naturellement. "L’enjeu du télétravail consistait à ne pas perdre notre proximité quotidienne. Grâce à la performance informatique élevée de Segula, le travail à distance n’a rien changé pour nous, dans le sens où tous nos outils de gestion et d’accès au serveur étaient déjà sécurisés et cryptés. Notre efficacité n’a pas été affectée, bien au contraire", constate Ian Kayanakis. Marc Mossé, président de l’AFJE et directeur juridique de Microsoft, s’est félicité de la poursuite des activités de son équipe sans que l’aspect humain du métier n’ait été rompu. "Nous avons été attentifs à ce que le travail à distance généralisé soit accompagné de moments d’échanges et de socialisation en ligne. Nous avons accepté la distanciation physique mais refusé la distanciation sociale", relève le directeur des affaires juridiques. Passé un temps d’adaptation plus ou moins long selon les entreprises, le travail à distance semble être entré sans encombre dans les habitudes de travail de nombreuses directions juridiques.

"Nous avons accepté la distanciation physique mais refusé la distanciation sociale"

Repenser le travail à distance

"Nous avions anticipé plus de difficultés que celles que nous avons véritablement rencontrées. Le métier juridique s’adapte plutôt bien au travail à distance comme nous avions pu déjà le constater bien avant la crise", confie Dominique Bourrinet, à la tête de la direction juridique de la Société générale. Éric Amar, directeur juridique de Bolloré Transport et Logistics, explique quant à lui qu’il était d’abord réticent à l’idée d’exercer en télétravail : "La crise sanitaire a permis de tirer des enseignements du travail à distance, mon opinion a ainsi évolué positivement sur la question", se réjouit celui qui continue dorénavant à travailler parfois à distance. Avant de relever que cette méthode exclusive d’exercice n’est pas forcément adaptée à la fonction juridique. "Si nous avons pu vérifier, à l’occasion de cette crise, que nos outils technologiques étaient suffisamment développés pour garantir la cohésion de notre équipe, nous nous sommes rendus compte également que ces outils ne pouvaient pas remplacer les liens qui nous unissaient dans l’équipe, et ceux nous liant à nos clients internes. Les relations humaines et entrevues physiques restent indispensables", poursuit-il.

Les inquiétudes des premiers temps auront finalement laissé place à l’apaisement. Ce qui ne veut pas dire que la fonction juridique doit exclusivement être envisagée à distance. "La période de crise n’a pas donné pour autant naissance à un modèle opératoire applicable en temps normal. Il faut faire une distinction entre le télétravail choisi et subi, et repenser cette méthode de travail à l’aune d’enjeux qui dépassent la gestion de crise", déclare Dominique Bourrinet. Timothé Kieffer, directeur juridique adjoint et directeur de la conformité au sein de SNCF Réseaux a pour sa part déjà une idée bien précise de la façon dont le télétravail pourrait être repensé dans le futur. "Les juristes ont à la fois besoin de s’isoler pour réfléchir et de disposer d’espaces de travail partagés, indispensables pour continuer d’échanger avec leurs équipes. Il s’agit de trouver un bon équilibre entre les deux." Si les juristes retournent peu à peu au bureau, il y a fort à parier que leur façon de travailler en ressortira changée.

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Directions juridiques : garder le cap lors de la reprise d’activité

• Les juristes d’entreprise sur le pont • Sécuriser l’équipage • Les leçons de la tempête • Les points de vigilance
Sommaire La ligne droite Les directions juridiques face à la crise : les résultats de l'enquête Gestion de la crise : l’occasion de révéler les atouts des juristes Vol de données : les directions juridiques en première ligne Le défaut de legal privilege des juristes mis en exergue par le confinement ? Juriste, j'ai pris mon poste en plein confinement Les juristes sur le front de la gestion de crise La nouvelle donne du marché de l’emploi des juristes Le juriste de transition : un atout en temps de crise
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message