La Edtech made in France dans la cour des grands

Selon les tendances 2018-2019 de l’étude annuelle de Cap Digital, le marché mondial de l’éducation n’est digitalisé qu’à 3 %. Avant-gardistes, les start-ups américaines et chinoises se sont emparées les premières de ce marché en pleine expansion et plusieurs structures ont annoncé des levées de fonds d’envergure. Toujours plus nombreuses, elles proposent des solutions innovantes et se structurent autour d’un écosystème structuré.

Selon les tendances 2018-2019 de l’étude annuelle de Cap Digital, le marché mondial de l’éducation n’est digitalisé qu’à 3 %. Avant-gardistes, les start-ups américaines et chinoises se sont emparées les premières de ce marché en pleine expansion et plusieurs structures ont annoncé des levées de fonds d’envergure. Toujours plus nombreuses, elles proposent des solutions innovantes et se structurent autour d’un écosystème structuré.

La puissance de Pékin dans ce domaine est incontestable. Sophie Chen, associée chez JMDedu, média Edtech chinois leader, déclare : « Pékin est le centre technologique et éducatif de la Chine. Le gouvernement et le système éducatif traditionnel soutiennent réellement les startups dans la Edtech » (citée par l’étude Navitas Ventures). Le marché new-yorkais, qui ne parvient pas encore à outrepasser l’hégémonie asiatique, se positionne en deuxième acteur mondial avec environ 1000 Edtech référencées.

Dans ce paysage, l’Europe a pour sa part la place de challenger… et la France émerge parmi les places les plus avancées, Paris se révélant le berceau de plusieurs start-ups qui se font remarquer. Svenia Busson, fondatrice de l’accélérateur de start-ups LearnSpace, croit dans les chances de la capitale : « La Edtech explose à Paris, se réjouit-elle, le secteur est particulièrement grandissant dans les domaines du Corporate Learning et de la formation continue. » (Navitas Ventures). L’Hexagone regorge de talents et bénéficie de soutiens aussi bien publics que privés. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, déclarait d’ailleurs en 2017 à EducPros : « Je veux être en première ligne du déploiement de la Edtech française ». En septembre 2018, ce dernier présentait le plan « Intelligence artificielle et Éducation » annonçant un investissement de huit millions d’euros dans ce secteur d’activité avec pour leitmotiv : « ouvrir l’école à l’expérimentation d’outils numériques ». Le montant dédié à ce projet semble pour autant bien dérisoire quand, dans le même temps, les Chinois et les Américains annonçaient des investissements de plus de 30 millions d’euros dans leurs pays respectifs. Lors du Bett Show 2018, le plus grand Salon international de l’éducation, la France a été le troisième pays le plus représenté du monde (source : EdFab). Station F, le plus grand foyer de start-ups au monde basé à Paris, est le parfait exemple de la volonté française de percer dans le secteur des nouvelles technologies.

La French Tech et ses pépites semblent donc prêtes à relever le défi de la digitalisation du secteur de l’éducation : zoom sur cinq d'entre elles qui tirent leur épingle du jeu.

Talentsoft

Talentsoft, société de logiciels dédiée aux RH, a réalisé en janvier 2019 une levée de fonds de 45 millions d’euros. L’ambition de Jean-Stéphane Arcis, cofondateur et dirigeant de l’entreprise, est claire : permettre à Talentsoft de concurrencer le monopole des sociétés américaines et permettre aux décisionnaires de multinationales européennes de « faire le choix d’un acteur européen » en parfaite maîtrise de la spécificité de leurs enjeux.

Openclassrooms

OpenClassrooms, école en ligne innovante, propose des parcours certifiants et diplômants construits autour de sessions de mentorat. Le leitmotiv des dirigeants : rendre l’éducation accessible à tous. D’ici à 2025, l’entreprise en développement vise l’objectif de former plus d’un million d’étudiants par an.

360Learning 

Plateforme Learning Management System, 360Learning propose différents services aux entreprises au travers de la création de Mooc, Spoc et autres parcours interactifs. Depuis sa levée de fonds en 2013, le chiffre d’affaires de la start-up a augmenté de 270 % par an

Coorpacademy

Coorpacademy, cofondée en 2013 par l’ancien directeur de Google France Arnauld Mitre, est une start-up technologique offrant des solutions LMS autour de quatre piliers : la gamification, la communauté, la flexibilité et la pédagogie inversée. L’entreprise annonce avec fierté que 50% des entreprises du CAC 40 font appel à leurs services.

Unow

Spécialiste du Spoc, Unow est un organisme de formation digitale. Avec 50 formations certifiantes, l’entreprise travaille avec de grands groupes comme AccorHotels, Safran ou Carrefour… Parmi les formations le plus demandées, l’on retrouve les modules sur la culture digitale, la gestion de projet et la gestion du temps à l’ère du digital.

Klaxoon

L’entreprise en croissance propose un outil collaboratif basé sur les méthodes agiles industrielles et révolutionne les réunions. Avec l’appui de 200 salariés, son CEO Matthieu Beucher bat de nombreux records : une levée de fonds de 50 millions d’euros en 2018, le lancement récent de Klaxoon3 qui a rassemblé 2000 personnes ou encore les partenariats avec Microsoft et Dropbox.

Tom Fouan

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les avantages de l'externalisation de la paie

Les avantages de l'externalisation de la paie

Pourquoi confier sa paie à un prestataire extérieur ? Concrètement, quels sont les gains et pourquoi ne pas continuer à l’internaliser ? Explications...

L’apprenance, le nouveau mantra

L’apprenance, le nouveau mantra

Le terme est désormais passé dans le vocabulaire courant des DRH. Au-delà de l’effet de mode, que revêt cette notion ? Le professeur Jean-Marie Perett...

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Message d’absence du bureau : modèles et exemples

Les congés approchent. Il est nécessaire de configurer sa boîte mail pour signifier son départ, en français ou en anglais. Voici quelques bonnes prati...

CSP The Art of Training et Docendi se rapprochent

CSP The Art of Training et Docendi se rapprochent

C’est « le » mariage de l’été dans l’univers de la formation professionnelle. Docendi et CSP The Art of Training ont annoncé la semaine dernière leur...

F.Moreau (LHH Altedia) : " Pour faire face aux défis de la transformation, il faut embarquer le corps social "

F.Moreau (LHH Altedia) : " Pour faire face aux défis de la transformation, il faut embarquer le corp...

Avec l'évolution du contexte économique et les premiers effets des ordonnances travail qui fêteront bientôt leurs deux ans, le paysage des relations s...

Vous avez dit « plafond de verre ? »

Vous avez dit « plafond de verre ? »

Année après année, les constats sont les mêmes : il y a trop peu de femmes en politique, au sommet des entreprises, ou associées en cabinets d'avocats...

N.Moreau (Foncia) : " Nous avons défini un modèle social en phase avec l’évolution du groupe "

N.Moreau (Foncia) : " Nous avons défini un modèle social en phase avec l’évolution du groupe "

Quand un groupe de 7500 collaborateurs décide de se doter d’institutions représentatives du personnel, le dossier est nécessairement hors norme. Natha...

F.Mazzella (BlaBlaCar) : "Nous voulons répondre à tous les besoins en termes de mobilité"

F.Mazzella (BlaBlaCar) : "Nous voulons répondre à tous les besoins en termes de mobilité"

Vision de l’entrepreneuriat, valeurs, levées de fonds, axes de développement : le fondateur de BlaBlaCar répond aux questions de Décideurs Magazine.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message