La division ascenseurs de Thyssenkrupp cédée à des fonds d’investissement

Dans le cadre de son démantèlement, Thyssenkrupp a refusé de vendre ses ascenseurs à son concurrent finlandais, Kone. Conséquence de l’intransigeance des autorités de la concurrence, cette partie des activités du géant sidérurgique allemand est cédée à des fonds, ce qui réjouit ses actionnaires.

Dans le cadre de son démantèlement, Thyssenkrupp a refusé de vendre ses ascenseurs à son concurrent finlandais, Kone. Conséquence de l’intransigeance des autorités de la concurrence, cette partie des activités du géant sidérurgique allemand est cédée à des fonds, ce qui réjouit ses actionnaires.

C’est tout un symbole. Longtemps fleuron de l’industrie d’outre-Rhin, le groupe allemand fait face à des problèmes de rentabilité. Pour faire face à la concurrence chinoise, Thyssenkrupp avait prévu de fusionner avec l’indien Tata, dans la lignée d’Arcelor-Mittal, derrière qui ce nouvel acteur serait devenu le deuxième groupe sidérurgique mondial. Mais les autorités de la concurrence européenne se sont opposées à ce projet. Contraint de scinder son groupe, l’industriel allemand a alors décidé, pour alimenter sa trésorerie, d’introduire en bourse sa division la plus rentable, celle des ascenseurs. Criblé de dettes et de moins en moins rentable dans ses autres activités, il doit vendre sa division au plus vite.

Malgré une offre de Kone, son homologue finlandais, supérieure d’un milliard à celles de ses concurrents, les précédentes déconvenues légales de Thyssenkrupp l’ont poussé à choisir, le 17 février, celle des fonds d’investissements. À 15 heures, le jour de cette annonce, le cours des deux industriels dévissait respectivement de 2 % pour Thyssenkrupp et de 5 % pour Kone.

C’est parce qu’un oligopole formé par Thyssenkrupp, Kone, l’américain Otis et le suisse Schindler se partage déjà la quasi-totalité du marché, qu’il est si difficile de former un géant de l’ascenceur. Ainsi, deux consortiums menés par Blackstone et Carlyle d’une part et par Advent et Cinven d’autre part se sont affrontés pour réaliser cette acquisition. Le second regroupement d'investisseurs double son concurrent avec une offre de 17,2 milliards d'euros, le plus gros LBO depuis treize ans.

On comprend l’intérêt des investisseurs pour ce secteur en pleine expansion du fait de l’urbanisation, du vieillissement du parc, de la nécessité de mise aux normes et de maintenance de ces équipements. La start-up française WeMaintain tente d’ailleurs, depuis 2017, de disrupter ce marché très fermé en mettant directement en relation des techniciens qualifiés avec les entreprises ou les gestionnaires d’immeubles.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience collaborateur

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience colla...

En adoptant l’Obsession Client, une entreprise qui investit dans l’expérience client ne doit pas négliger l’expérience collaborateur, au risque de pas...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte