La cristallerie Baccarat dans la tourmente

Le célèbre cristallier français Baccarat annonce avoir été placé sous administration provisoire par le tribunal de Nancy.

Le célèbre cristallier français Baccarat annonce avoir été placé sous administration provisoire par le tribunal de Nancy.

L'inquiétude grandit auprès des salariés de l’entreprise au vu des difficultés rencontrées, depuis quelques mois, par l’actionnaire principal, le family business chinois Fortune Fountain Capital (FFC), avec à sa tête la femme d’affaires Coco Chu.

Le Covid aura finalement érodé la bonne santé économique du cristallier. Au point que le tribunal de Nancy a nommé deux administrateurs ayant pour mission de "diriger la société et faire le point complet sur la situation entre ses actionnaires de contrôle et leurs créanciers".

Cette décision intervient à la suite du conflit opposant le FFC et ses créanciers après la démission, en mars, de sa directrice générale, l’italienne Daniela Riccardi.

Le FFC, actionnaire principal, défaillant

Pour acheter Baccarat, le FFC avait, en 2018, réalisé un emprunt auprès de deux fonds hongkongais pour 50% du montant de l’opération (près de 85 millions d’euros). La première échéance du remboursement, prévue pour le troisième trimestre 2019, n’a pas encore été honorée.

Les créanciers devaient déposer une résolution à l’AG de Baccarat afin de demander la nomination de nouveaux administrateurs, dont un issu de leurs rangs. Repoussée une première fois courant juillet, Baccarat vient de reporter une seconde fois l’AG prévue au 17 septembre.

À cette dette s’ajoute la situation économique de l’entreprise. Cette dernière a vu, au premier trimestre 2020, son chiffre d’affaire fondre de 30% rapporté à celui de 2019.

Il n’en fallait pas moins pour que celle-ci soit placée sous administration provisoire dans l’espoir de redresser la situation. Le Gouvernement, quant à lui, serait déjà à la recherche de nouveaux actionnaires. La Ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher a déclaré à France Bleue Sud Lorraine que leur objectif est de "retrouver des actionnaires qui redonnent de la sérénité à la gestion de cette entreprise".

David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le groupe DLPK s’offre Tailor Capital

Le groupe DLPK s’offre Tailor Capital

Le groupe DLPK étoffe son expertise en gestion d’actifs et plus particulièrement sur le segment obligataire international grâce à l'acquisition majori...

Generali France accélère sa digitalisation avec Advize Group

Generali France accélère sa digitalisation avec Advize Group

Generali France renforce ses liens avec la fintech Advize Group et signe avec elle un partenariat capitalistique afin d’offrir toujours plus de soluti...

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

L’audience commence dans l'affaire de l’escroquerie de la Financière Turenne Lafayette

Ce lundi 28 septembre, s’ouvre un procès disciplinaire inédit qui durera une semaine. Le Haut Conseil du commissariat aux comptes (H3C) examine l’impl...

Sophie Boissard, dirigeante tout-terrain

Sophie Boissard, dirigeante tout-terrain

Après avoir occupé différents postes dans la sphère publique, Sophie Boissard a contribué à l’évolution de la SNCF puis a rejoint le secteur privé en...

Covid-19, le grand bond en avant du digital

Covid-19, le grand bond en avant du digital

De l’agriculture au tourisme, en passant par l’industrie, la pandémie a donné un coup d’accélérateur inédit à la transformation numérique des entrepri...

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Antoine Frérot, le joueur d’échecs

Avec son sourire modeste et son ton mesuré, Antoine Frérot passe aisément pour le patron le plus flegmatique du CAC 40. Ne pas s’y fier toutefois. Hab...

M&A : évolution du contrôle de concentration

M&A : évolution du contrôle de concentration

La vice-présidente exécutive de la Commission européenne Margrethe Vestager l’avait annoncé lors du renouvellement des commissaires fin 2019 : le droi...

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Les dirigeants de TPE et PME plus optimistes qu’en avril

Bpifrance Le Lab et Rexecode interrogent chaque trimestre les patrons sur leur trésorerie et leurs anticipations de croissance. Les prévisions concern...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message