La Communication Interculturelle: un enjeu stratégique pour les managers

Réaliser une prise de parole en public dans un pays ou dans un environnement multiculturel, devant un auditoire de langue ou de culture différente est toujours un défi...

Réaliser une prise de parole en public dans un pays ou dans un environnement multiculturel, devant un auditoire de langue ou de culture différente est toujours un défi...

Nombreux sont les managers partis à l’étranger négocier un contrat, présenter de nouvelles orientations stratégiques, établir un nouveau contact et rentrés désappointés car rendus à l’évidence : communiquer à l’international n’est pas chose aisée et même souvent, un exercice de haute voltige qui demande d’être sérieusement préparé.

Alors qu’il a souvent été dit que la seule maîtrise du globish – anglais approximatif mais compréhensif de tous – était indispensable, être capable d’internationaliser sa communication, lui donner une véritable dimension interculturelle (on parle également de cross-cultural communication) et développer ses compétences en la matière est aujourd’hui un impératif.

Communiquer VS Communiquer dans un contexte multiculturel

Bo Shan, de la Wuhan University,  la définit comme « l’interaction de l’homme dans le contexte de cultures différentes »[1] ou encore, en s’appuyant sur le concept « d’étranger » développé par Georg Simmel, comme « la relation de l’individu avec l’étranger ». Pour le dire autrement, c’est émettre un message à destination d’un récepteur aux habitudes, coutumes et réglages culturels différents.

Or être un bon orateur, incarner son message et retenir l’attention de son public durant toute la durée d’une présentation ne sont pas les seules qualités nécessaires à une prise de parole en public devant des interlocuteurs étrangers. Il y en effet une grande différence entre communiquer chez soi, dans un environnement familier, et devant un auditoire qui comprend aussi bien la langue que le non-dit et prendre la parole dans un building à New-York, dans une salle de réunion ou un comité de direction cosmopolite.

D’ailleurs, les hommes politiques, rompus à l’art oratoire et maîtrisant les codes de la diplomatie, s’illustrent régulièrement par leurs bourdes et maladresses en déplacement. On se souvient par exemple du fiasco de la visite de Justin Trudeau en Inde au début de l’année 2018 : alors qu’il avait tout mis en œuvre pour, de son point de vue, honorer la culture et la coutume indienne, il avait au contraire multiplié les impairs et avait été raillé pour sa « diplomatie de la mode »[2].

Plus simplement, Donald Trump est, pour la plupart des occidentaux – anglophones compris – inaudible du fait de sa prosodie et de son accent très marqués. Il ne s’agit que de deux exemples mais qui montrent les enjeux de la maîtrise d’une communication multiculturelle.

La communication interculturelle : de l’importance de se comprendre

Quels sont alors les éléments constitutifs d’une communication interculturelle ? Stella Ting-Tomey, spécialiste en la matière, donne quatre éléments pour la définir : il s’agit « de deux personnes (ou deux groupes), de cultures différentes, en interaction et négociant un signifié commun »[3]. Cette dernière dimension souligne l’importance de se comprendre au-delà de la signification linguistique.

Natalie Lutz, spécialiste de la Communication Multiculturelle et formatrice chez Personnalité, utilise ainsi une métaphore, celle de l’iceberg, pour montrer que, lors d’une situation de communication, la culture que l’on a incorporée détermine la façon dont on transmet des messages et dont on les perçoit. On ne perçoit que la « face émergée de l’iceberg », alors qu’il existe toute une face immergée marquée de notre propre éduction, de nos stéréotypes et de nos normes sociales. Ainsi, notre parole est marquée de nos valeurs culturelles, mais c’est également au filtre de celles-ci que nous évaluons les actions d’autrui, et notamment de l’étranger (aux valeurs bien différentes).

Ainsi, ces variables conditionnent notre façon d’habiter le monde, de le comprendre et structurent nos styles de communication. Natalie Lutz explique lors de ses séances de coaching que certaines cultures sont plus « explicites », c’est le cas par exemple des Pays-Bas, des Etats-Unis ou de la France ; tandis que d’autres sont plus « implicites », comme le Japon. De même, certaines sont davantage dans une culture de la relation, c’est le cas des Etats-Unis ; tandis que d’autres privilégient le travail et la tâche accomplie. Selon le public, il ne s’agit pas de se déformer mais plutôt d’effectuer un réglage de sa propre communication pour être sûr d’envoyer un message qui sera correctement interprété, selon les compétences culturelles et communicationnelles de son interlocuteur.

Comment développer son style de communication et que faire quand on part communiquer à l’étranger ?

Il n’y a donc pas de bon ou de mauvais style de communication, mais plutôt une bonne façon d’entrer en communication. Celle-ci commence par prendre conscience de sa propre culture et de la façon dont elle affecte la manière dont on communique : évaluer son style et la façon dont on fait passer un message est donc la première étape, immédiatement suivie de la seconde, qui est l’identification du style de son interlocuteur et de son public, évidemment.

Travailler ensuite sa communication non verbale est indispensable. Déjà capital dans une situation de communication « classique », cet effort doit être redoublé dans le cadre d’une communication interculturelle : entre 65 et 90% de la communication passe en effet par ce mode – souvent involontaire –, qui inclut les mouvements du corps, le contact visuel, les silences, la scansion…  Etre conscient que la majorité du sens du message passe par ce mode est déjà une bonne chose, observer sans juger celle des autres pour essayer consciemment d’adapter la sienne est encore mieux !

Enfin, mettre en place des feed-backs permettra de s’assurer que l’on est bien en phase avec son interlocuteur. S’assurer, régulièrement, de la bonne compréhension par tous permettra, en situation de communication et de prise de parole en public par exemple, que l’on n’a vexé, choqué, ou, plus simplement, perdu personne en route !

Laurent Philibert, Directeur Pédagogique de Personnalité

[1] Bo Shan, « La communication interculturelle : ses fondements, les obstacles à son développement », Communication et organisation [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 07 juin 2018. https://journals.openedition.org/communicationorganisation/2928

[2] « En Inde, Justin Trudeau raillé pour sa ‘diplomatie de la mode’ », Le Monde, publié le 23 février 2018, consulté le 07 juin 2018. https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2018/02/23/en-inde-justin-trudeau-raille-pour-sa-diplomatie-de-la-mode_5261177_4832693.html

[3] Tnig-Toomey Stella. Communicating across cultures. New York; London: The Guilford Press, 1999. series).

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

e-coaching : double réponse aux défis du management à distance et du retour sur investissement des formations

e-coaching : double réponse aux défis du management à distance et du retour sur investissement des f...

Selon un livre blanc de SPI Sales Performance, si les équipes ne mettent pas rapidement en pratique les formations, 80% du contenu est oublié au cours...

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

En 2010, quand la Société Générale lance son plan « Ambition SG 2015 », elle y introduit la volonté de développer l’engagement citoyen au sein du grou...

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Avec l'arrivée de la robotisation et de l'intelligence artificielle, ou encore l'émergence des cyber-risques, l'audit et le contrôle interne sont conf...

Ghada Hatem : la magicienne

Ghada Hatem : la magicienne

Le prix Nobel de la paix décerné au docteur Denis Mukwege pourrait être le sien. Comme lui, Ghada Hatem, gynécologue et fondatrice de La Maison des fe...

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message