La Commission alerte sur la nécessité de filtrer les investissements étrangers

Alors que la crise sanitaire bat son plein en Europe, les économies marquent le pas. Pour éviter que certains ne profitent de cette vulnérabilité, la Commission européenne a rappelé la nécessité de garder la maîtrise sur les investissements étrangers, notamment dans les secteurs stratégiques. Un conseil que certains États ont déjà suivi à la lettre.

Alors que la crise sanitaire bat son plein en Europe, les économies marquent le pas. Pour éviter que certains ne profitent de cette vulnérabilité, la Commission européenne a rappelé la nécessité de garder la maîtrise sur les investissements étrangers, notamment dans les secteurs stratégiques. Un conseil que certains États ont déjà suivi à la lettre.

Le 25 mars, la Commission européenne publiait des orientations « concernant la protection des technologies et des actifs européens critiques dans le contexte de la crise actuelle ». L’idée étant en fait de préserver de l’appétit étranger des secteurs particulièrement sensibles comme la santé, la recherche médicale, la biotechnologie ou les infrastructures essentielles à la sécurité et à l’ordre public. Comme toujours, l’exercice consiste, in fine, à trouver le meilleur équilibre entre la protection des activités sensibles et l’ouverture de l’Union aux investissements étrangers. « Comme dans toute crise, lorsque les actifs de nos industries et de nos entreprises sont mis à rude épreuve, il nous faut protéger notre sécurité et notre souveraineté économique. Le droit de l'Union et les législations des États membres prévoient les outils dont nous avons besoin pour faire face à cette situation, et j'invite instamment les États membres à en faire pleinement usage », a confirmé Ursula von der Leyden.

« Recourir à des contrôles appropriés »

Pour l’heure, seuls quatorze États membres sont dotés de mécanismes nationaux de filtrage des investissements directs étrangers. L’UE dispose quant à elle « de moyens adéquats pour coordonner le contrôle des acquisitions effectuées par des investisseurs étrangers au niveau des États membres ». Dans ce contexte, la Commission n’a pas hésité à inviter les pays disposant de mécanismes nationaux de contrôle à « exploiter toutes les possibilités des outils à leur disposition » et, pour ceux qui n’en ont pas « à mettre en place un mécanisme de filtrage complet ». Une politique que Phil Hogan, commissaire chargé du commerce, justifie en ces termes : « Dans les circonstances actuelles, il nous faut tempérer ce principe d'ouverture [aux investisseurs étrangers] en recourant à des contrôles appropriés. Nous devons savoir qui investit et dans quel but ».

L’Espagne a déjà renforcé son arsenal

Certains États n’ont pas attendu de se le faire répéter avant d’agir. C’est notamment le cas de l’Espagne qui a déjà renforcé deux fois son dispositif de contrôle depuis le mois de mars. Le système espagnol prévoit aujourd’hui, comme l’explique Les Échos, qu’un « investisseur résident européen, détenu à plus de 25 % par un État étranger, sera contrôlé au-delà de toute acquisition de plus d’un million d’euros ». Une situation pour le moins extrême eu égard au montant relativement faible en cause. La France, pour l’instant, n’a pas fait part d’une volonté de modifier son régime de contrôle existant. En revanche, l’option de la nationalisation de certaines entreprises a été évoquée par le ministre de l’Économie et des Finances. « Nationalisations, prises de participations, montées au capital... toutes les solutions sont envisageables pour sauver nos entreprises », a déclaré Bruno Le Maire sur Radio Classique, ajoutant toutefois que « s'il y a des nationalisations à faire, elles devront se faire en dernier recours, de manière temporaire, afin d'éviter que notre patrimoine industriel soit racheté par des puissances étrangères ». Signal fort du changement d’attitude de Bercy, le 31 mars, le ministère s’opposait au rachat par l’américain Teledyne Technologies du spécialiste français de la photodétection Photonis. Une première en France.

Nul doute qu’en cette période de turbulences boursières et financières, le droit de regard des États sur le capital de leurs fleurons nationaux se fera plus insistant. « Si nous voulons que l'Europe sorte de cette crise aussi forte qu'elle y est entrée, il importe de prendre dès à présent des mesures conservatoires », affirme Ursula von der Leyden. Attention toutefois à ne pas adopter une attitude trop sévère qui aurait un effet repoussoir durable envers les investisseurs étrangers. Et qui mettrait aussi en péril le rebond du continent.

S.V.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte