La carte Visa Premier se renouvelle-t-elle avec le digital ?

Applications sur smartphone, Apple Pay, sans contact… A l’ère de la dématérialisation et des innovations numériques, la carte Visa Premier a su parfaitement s’adapter aux nouveaux enjeux. Focus sur ce classique des moyens de paiement.

Applications sur smartphone, Apple Pay, sans contact… A l’ère de la dématérialisation et des innovations numériques, la carte Visa Premier a su parfaitement s’adapter aux nouveaux enjeux. Focus sur ce classique des moyens de paiement.

Loin le temps où il fallait patiemment attendre le passage du facteur, quand à chaque fin de mois notre relevé bancaire nous attendait dans notre boîte aux lettres. Loin aussi celui où il fallait absolument se déplacer jusqu’à notre agence pour effectuer une opération pourtant courante. Désormais, les relations avec notre banque passent le plus souvent par le digital.

La Visa Premier, première en tout ?

C’est devenu une habitude bien ancrée dans leur quotidien : chaque matin, au petit-déjeuner, en même temps qu’ils consultent la météo et leurs réseaux sociaux, les Français se penchent sur leurs applications bancaires. En effet, selon l’enquête annuelle « Digital Payments Study » de Visa publiée en 2018, 62 % des Français utiliseraient celles-ci pour suivre leurs flux d’argent, gérer leur budget au plus près et payer leurs achats. Le digital (mobile et internet) est ainsi devenu leur principal point de contact avec leur banque. Face à cette nouvelle réalité, la Visa Premier, must have des moyens de paiement, aurait pu peiner à conserver sa place dans le cœur et le portefeuille de ses utilisateurs. Il n’en est rien...  Toujours d'après la même étude, avec 5,5 millions de possesseurs et des dépenses annuelles à hauteur de 15 000 euros en moyenne, on est même très loin de l’échec. Pourquoi ?

Un produit bancaire qui offre souplesse et sécurité

Si les utilisateurs ont besoin que leurs moyens de paiement s’intègrent dans un univers ATAWAD (Any Time, Any Where, Any Device), ils ne veulent pas pour autant que leur carte bancaire s’apparente à un gadget. Aucun doute n’est permis, à commencer par la sécurité qu’elle garantit. Or, en offrant à ses utilisateurs l’assurance de faire face à un tiers de confiance (leur banque !) la Visa Premier rassure. Et pour cause…

Les standards de la Visa Premier demeurent une garantie indéniable dans l’écosystème bancaire. Au fil des ans, elle est même devenue le modèle à suivre lors du lancement de nouvelles cartes sur le marché. Ainsi, plus que jamais ses concurrentes tendent à vouloir rivaliser au plus près avec la Visa Premier, ses caractéristiques, et bien sûr ses avantages. Une preuve supplémentaire de son succès !

Un confort pour l’utilisateur

La Visa Premier est un produit dont l’élasticité bien réelle varie toutefois en fonction des banques, des montants crédités sur le compte du client, et bien entendu des besoins de celui-ci. Si les plafonds de paiement sont régulés, la marge de manœuvre de l’utilisateur est toujours importante : en effet, ces montants butoirs peuvent généralement être renégociés après quelques mois d’usage.

A l’étranger, la Visa Premier est la carte bancaire la mieux acceptée des commerçants, des hôteliers et autres loueurs de voitures. En effet, ces derniers ont besoin de provisionner une caution. Elle est donc le « Sésame, ouvre-toi ! » idéal de nos loisirs … et parfois de nos petits et grands désagréments. C’est ainsi que des assurances et des assistances sont proposées avec la VISA Premier pour parer à la plupart des obstacles et autres contretemps lors de nos déplacements, en France comme à l’étranger. Ces assurances et assistances couvrent notamment les voyages (retard, annulation…), les frais médicaux (remboursement, avance sur frais médicaux), la responsabilité civile… Une protection immatérielle puissante que l’on aurait tort de sous-estimer.

Le swipe au service de la Visa Premier

Pour inscrire durablement les cartes bancaires dans un univers 2.0, comment les enseignes les ont-elles faites évoluer ? En s’inspirant du… Swipe !

Les écrans tactiles et les applications de rencontre ont démocratisé le swipe, cette manière de balayer l’écran avec son index pour indiquer une validation ou la bloquer. Pour entrer dans l’ère du sans contact et indexer ainsi son usage aux facilités proposées par les mobiles, la Visa Premier a su adapter ces nouvelles possibilités à l’univers bancaire. La Visa Premier Contactless permet ainsi de s’acquitter d’achats jusqu’à 30 euros (le plafond ayant été relevé). De plus, bonne nouvelle, le client ne sera jamais facturé d’un surcoût, la puce permettant l’activation du sans contact grâce à la technologie NFC.

Sur le plan de la sécurité, le paiement sans contact ne présente pas plus de risques que le paiement bancaire usuel. Le taux de fraude sur ce type de transactions demeure très marginal en France : il ne dépasse pas 0,02%, et reste stable.

Mais la liberté avant tout ! Un client peu enclin au sans contact est parfaitement en droit de demander à sa banque le remplacement de sa carte bancaire par une autre qui n’offrirait pas ce service, ou simplement de procéder à une désactivation de la fonction NFC (selon la politique mise en place par les établissements bancaires, cette opération peut parfois être facturée).

C’est ainsi que, pour toutes ces raisons et bien d’autres, la Visa Premier n’a jamais été aussi prisée par les usagers. En ayant su évoluer et s’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs, sa mise au placard n’est certainement pas pour demain !

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Application de tracing : l’Europe se disperse

Application de tracing : l’Europe se disperse

La crise actuelle met à mal l’Union européenne sur le plan sanitaire. Si l'outil numérique a démontré son utilité dans la gestion de l’épidémie via le...

F.Guinard (Syndicat des biologistes) : "Sur les tests, il existait un déficit structurel avec l’Allemagne"

F.Guinard (Syndicat des biologistes) : "Sur les tests, il existait un déficit structurel avec l’Alle...

Le secrétaire général du Syndicat des biologistes, Francis Guinard, explique les différences entre les tests de Covid-19. Il revient surtout sur les r...

Contentsquare boucle une série D de 175 millions d’euros menée par BlackRock

Contentsquare boucle une série D de 175 millions d’euros menée par BlackRock

Le spécialiste français de « l’experience analytics » Contentsquare a récolté 190 millions de dollars dans le cadre d’une série D abondée par BlackRoc...

Bold House : "Le jeu vidéo est vecteur de sociabilité en créant du lien et des émotions"

Bold House : "Le jeu vidéo est vecteur de sociabilité en créant du lien et des émotions"

Officiellement lancée durant la crise sanitaire du Covid-19, Bold house agence intégrée dédiée au gaming et à l’eSport, fondée par trois spécialistes...

Laboratoires : Biofutur lève 60 millions d’euros auprès d’Omnes

Laboratoires : Biofutur lève 60 millions d’euros auprès d’Omnes

Le groupe de biologie médicale, récolte 60 millions d’euros auprès d’Omnes, acteur établi du private equity français. Ce tour de table, auquel nombre...

OMS : les 5 success stories

OMS : les 5 success stories

L'Organisation mondiale de la santé joue, depuis sa création, le rôle de chef de file en matière de prise de décisions sanitaires à l'échelle mondiale...

Personnel soignant : les combattants

Personnel soignant : les combattants

En première ligne de la lutte menée contre la pandémie, sur-sollicités par l’afflux de malades et surexposés au risque de contamination, les médecins...

Donateurs privés et milliardaires : des héros peu discrets

Donateurs privés et milliardaires : des héros peu discrets

Certains des hommes d’affaires les plus éminents du monde - Jack Dorsey, Azim Premji, Andrew Forrest... - ont fait des dons pour lutter contre le coro...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message